B. Vibert (Technip Energies) : "Un carve-out est techniquement plus complexe qu’une fusion"

B. Vibert (Technip Energies) : "Un carve-out est techniquement plus complexe qu’une fusion"

Trois ans après la fusion franco-américaine, le groupe de services parapétroliers TechnipFMC s’est scindé en début d’année 2021 pour donner naissance à une nouvelle entité, Technip Energies. Bruno Vibert, directeur financier de Technip Energies revient sur les enjeux de ce carve-out et identifie les facteurs qui en ont fait un véritable succès.

Décideurs. Comment s’est déroulé le carve-out de Technip Energies dans ce contexte de crise sanitaire ?  

Bruno Vibert. Il s’est réalisé en deux temps. Commencé fin août 2019, il devait être conclu au premier semestre 2020. Il a été finalement mis en pause compte tenu de l’environnement sanitaire et économique général. Avec l’arrivée du vaccin, notre capacité à prouver que nos projets pouvaient être mis en œuvre et avec des marchés financiers et pétroliers en rebond, nous avons pu relancer le spin-off en janvier et le finaliser seulement quelques semaines plus tard. Cela a été l’occasion de démontrer au marché et à nos clients que malgré un environnement compliqué les compétences et l’ADN de Technip Energies étaient suffisamment solides pour y faire face.  

Ce carve-out a été un véritable succès. Tout d’abord en interne grâce à l’adhésion des équipes au projet et la volonté de démontrer de manière indépendante la valeur de l’entreprise. Du point de vue externe, les clients nous ont renouvelé leur confiance et, dès le premier trimestre, nous avons conclu de très gros contrats comme celui du GNL [gaz naturel liquéfié, Ndlr] au Qatar qui représente plusieurs milliards d’euros. Enfin, notre positionnement est idéal pour adresser des thématiques de croissance notamment sur la transition énergétique, un élément supplémentaire pour notre visibilité mais aussi pour l’engagement de nos collaborateurs dans cette démarche. 

Quels sont les points d’attention primordiaux pour réussir un carve-out ?  

Il est nécessaire d’avoir une equity story, un projet entrepreneurial, fort. Cela permet avant tout d’obtenir l’adhésion des équipes ; ce qui est primordial pour les mobiliser pendant et surtout après le spin-off. Mais aussi pour la compréhension des clients et des partenaires sur la pertinence du projet et le positionnement de la nouvelle structure.  

Pour réussir un tel projet, il est essentiel que l’équipe soit soudée et travaille de concert pour réaliser le carve-out tout en poursuivant la conduite des opérations en cours et des nouveaux projets, dans notre cas, le redéploiement stratégique pour répondre aux besoins de la transition énergétique.  

Enfin, la partie technique ne doit pas être négligée. Tant d’un point de vue informatique, que de la trésorerie, ou encore des ressources humaines. Tous les process doivent être en place pour que du jour au lendemain, une société – dans notre cas, 15 000 personnes – puisse être autonome et continuer à opérer sans discontinuité. D’expérience et d’un point de vue technique, un carve-out est plus complexe qu’une fusion. En revanche, ce sont des projets qui offrent des opportunités pour les équipes. Il faut cependant bien anticiper ces sujets et bien les accompagner. 

"Le carve-out n’est qu’une première opération"

Et après ? Quels sont les écueils à éviter ? 

Le plus dur reste à faire. Les premières échéances sur les marchés, les premiers reportings, les premières réorganisations internes, amènent très vite à se mobiliser. Le carve-out n’est qu’une première opération et il faut s’attacher à démontrer la trajectoire qui a été promise au marché. La marge d’erreur est très faible. Par ailleurs, le travail de pédagogie doit être poursuivi en interne comme en externe pour afficher des résultats concrets répondant aux attentes. 

Nous avons traversé ces différentes étapes avec beaucoup de précaution, une grande rigueur et un réel esprit d’équipe. Je n’ai aucun regret tant sur l’opportunité de réaliser cette scission que dans sa réalisation dans un contexte exceptionnel lié à la pandémie COVID-19.  

Quels sont les projets de Technip Energies ? 

De nombreux relais de croissance doivent être mis en œuvre afin de travailler à la décarbonation à travers de nouveaux secteurs, autres que le pétrole ou le gaz, mais aussi pour investir sur la chimie durable ou encore le recyclage. L’enjeu est de cerner ce qu’un tel changement de business model implique et quelle trajectoire de croissance le groupe peut avoir avec ces opportunités à la fois riches et complexes à aborder. Il est important pour nous que ces projets soient tangibles et que nous soyons un acteur clef de la transition énergétique. 

Propos recueillis par Béatrice Constans

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Fusions & Acquisitions 2021

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Fusions & Acquisitions 2021
Sommaire
B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message