B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audit interne, des fusions et acquisitions, de la gestion des locaux et de l'organisation juridique, y compris de la conformité. Il revient sur les conséquences de la situation mondiale sur l’activité du groupe ainsi que sur les biais d’action envisageables.

Décideurs. Quel regard portez-vous sur les conséquences de la situation mondiale sur votre activité ?

Bernd Stangl. Nous devrions atteindre en 2022 approximativement la même profitabilité que l’année passée. Le marché est même meilleur et nous enregistrons une augmentation des commandes. En revanche, nous rencontrons un problème pour les délivrer. Ce qui entraîne un sujet en matière de stock, de trésorerie et implique des conséquences sur les marges. Finalement, la volumétrie des ventes ne correspond pas à la demande. Il s’agit d’une problématique rencontrée par tous nos concurrents et dans plusieurs marchés et qui est liée à la fois à la guerre en Ukraine et à la gestion de la reprise du Covid.

Dans ce genre de situation, il faut savoir se concentrer sur les problèmes pour lesquels il est possible de trouver des solutions ciblées. Pour cela, impossible de fonctionner en silo. Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main. Celle des ventes avec celles de la supply chain, des stocks, des financements… C’est ce qui fait la force d’une entreprise et lui permet d’avancer.

La problématique rencontrée ne peut être résolue qu’avec une approche systématique ou holistique de chacun des spécialistes de la société, chacun dans leur domaine. Dans ce contexte, nous ne pouvons pas installer de nouveaux outils pour maîtriser ces sujets car cela prend beaucoup de temps. Agilité et pragmatisme sont les maîtres-mots dans cette situation.

"Post-Covid, nous constatons une certaine pression sur les marchés avec un important déploiement de dettes et de liquidités"

Quels sont aujourd’hui vos relais de financement ?

Notre financement se fait par la dette, émise particulièrement sur le moyen terme. Ce choix nous permet d’obtenir une certaine stabilité et une sécurité sur les frais financiers. Nous sommes d’ailleurs en train de refinancer nous anciens prêts.

Post-Covid, nous constatons une certaine pression sur les marchés avec un important déploiement de dettes et de liquidités. Par ailleurs, comme les banques anticipent une vague de faillites, obtenir des refinancements devient plus complexe car la gouvernance est beaucoup plus restrictive.

Le sujet des ressources humaines est en tension depuis ces dernières années. Comment vous adaptez-vous ?

La question du recrutement est effectivement particulièrement sensible. Afin de retenir les talents, nous œuvrons toujours à améliorer notre environnement de travail. Nous favorisons notamment le télétravail en fonction des besoins de nos salariés. En outre, notre politique de rémunération évolue pour assurer une égalité sur une même fonction.

Pour les jeunes qui nous rejoignent, nous mettons en place des programmes de mentoring et nous les impliquons intimement dans le développement de l’entreprise. Nous préférons faire évoluer les talents au sein de l’organisation plutôt que de les perdre et devoir investir sur de nouvelles recrues.

Propos recueillis par Béatrice Constans

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Oui, le salaire des PDG du CAC 40 dépend (un peu) du climat

Oui, le salaire des PDG du CAC 40 dépend (un peu) du climat

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a promis d’inciter les grands groupes à davantage lier la rémunération de leurs dirigeants à des c...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message