B.Ravache (ANDRH) : « Nous contribuons au débat public sur l’évolution de l’épargne salariale »

L’épargne salariale restant insuffisamment connue, les salariés ne profitent pas assez de ses atouts. Face à ce constat, l’ANDRH se mobilise et tente de trouver des solutions. Bénédicte Ravache, secrétaire générale de l’association, croit en l’efficacité de ce dispositif.

L’épargne salariale restant insuffisamment connue, les salariés ne profitent pas assez de ses atouts. Face à ce constat, l’ANDRH se mobilise et tente de trouver des solutions. Bénédicte Ravache, secrétaire générale de l’association, croit en l’efficacité de ce dispositif.

Décideurs. L’épargne salariale est un dispositif insuffisamment connu, comment l’expliquez-vous ?

Bénédicte Ravache. Il faut relativiser car l’épargne salariale est promue depuis le Général de Gaulle,  elle concerne – pour la participation – obligatoirement toutes les entreprises de plus de 50 salariés et représente 131,5 milliards d’euros d’encours gérés ! Mais il est certain que ces dispositifs pourraient être plus développés notamment dans les PME/TPE, car ce sont des outils de motivation et de cohésion très puissants. Mais comme toutes les politiques de rémunération, elles impliquent une communication fréquente et précise, d’autant que les Français ne sont pas les plus à l’aise en culture financière. 

Pourquoi les entreprises ne proposent-elles pas toutes de l’épargne salariale à leurs employés ? Quels sont les freins des employeurs ?

L’épargne salariale est perçue comme étant complexe et instable. Les employeurs craignent de lourdes contraintes administratives, des documents à valider, des négociations à mener avec les partenaires sociaux, ils semblent un peu perdus dans la diversité des dispositifs disponibles lors de la mise en place, ou ont été refroidis par l’évolution du forfait social qui est passé de 2 % à 20 % en quelques années. Côté salarié, on craint que l’épargne salariale ne se substitue aux augmentations de salaire par exemple. En réalité, le cadre de mise en place n’est pas si complexe et garantit qu’il n’y aura pas de substitution. La diversité des dispositifs permet de choisir ceux qui conviennent le plus aux particularités de l’entreprise. Les dispositifs d’épargne salariale font ensuite partie du « contrat psychologique » passé avec les salariés.

Que fait l’ANDRH pour encourager l’épargne salariale ?

Notre commission nationale « Épargne salariale » qui existe depuis de nombreuses années s’est fixé comme objectif de faire connaître l’épargne salariale auprès de nos 5 000 adhérents en mobilisant les meilleurs experts et de contribuer au débat public sur ses évolutions. Nous organisons régulièrement des wébinars, des événements à Paris et en région lors de la Semaine de l’épargne salariale par exemple, nous produisons des guides, des cahiers, des repères. Nous identifions aussi les acteurs qui peuvent être précieux pour les DRH comme l’association La Finance pour tous.

La loi Pacte peut-elle contribuer au ­développement de l’épargne salariale ?

C’est l’objectif de ce projet de loi. ­L’ANDRH s’est beaucoup impliquée dans les réflexions menées autour de l’évolution des dispositifs, dans un dialogue constant, par exemple avec les parlementaires et les administrations, notamment pour simplifier la transférabilité des dispositifs, diminuer et stabiliser le forfait social, conserver la plus grande latitude de négociation possible au niveau de l’entreprise, etc. Ce qui est intéressant dans ce projet c’est qu’il considère à la fois le développement des dispositifs d’épargne salariale autour de la question de la création et du partage de la valeur, et suscite également le débat sur la « raison d’être » voire la « mission de l’entreprise ». Car les collaborateurs d’une entreprise ont besoin de sens pour s’engager et de dispositifs concrets !

Roxane Croisier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le chômage au plus bas en France depuis 2009

Le chômage au plus bas en France depuis 2009

Le taux de personnes sans emploi par rapport à la population active est tombé au plus bas depuis une décennie. Un mouvement entamé depuis 2015 et qui...

C.Margot (Bénéteau) : « Notre groupe est industriel mais requiert un savoir-faire d’artisan »

C.Margot (Bénéteau) : « Notre groupe est industriel mais requiert un savoir-faire d’artisan »

Le groupe Bénéteau, leader de la plaisance, est l’un des employeurs les plus réputés des Pays de la Loire. Corinne Margot, sa DRH, évoque les défis de...

Ruth Cernes (Monster) : "Se réinventer pour se développer"

Ruth Cernes (Monster) : "Se réinventer pour se développer"

Ruth Cernes est depuis peu la dirigeante France et Europe du Sud du moteur de recherche d’emplois Monster. Diplômée en intelligence artificielle, admi...

O.Lajous (BPI Group) : « La gouvernance responsable »

O.Lajous (BPI Group) : « La gouvernance responsable »

Olivier Lajous, Amiral et ancien DRH de la marine nationale, maîtrise les problématiques de management et de leadership. C'est désormais en qualité de...

E.Perrier (Viseo) : « Après 3 mois d'ancienneté, un collaborateur peut devenir actionnaire»

E.Perrier (Viseo) : « Après 3 mois d'ancienneté, un collaborateur peut devenir actionnaire»

Viseo, ESN de 2 200 salariés double de taille tous les 4 ans. Croissance interne, rachats, management, formation, FCPE… Son cofondateur Éric Perrier r...

Sexisme au travail : les entreprises à la traîne

Sexisme au travail : les entreprises à la traîne

En 2018, la vague MeToo a placé le harcèlement sexuel sous le feu des projecteurs et libéré la parole des femmes sur la réalité des agissements sexist...

L'innovation RH dans nos territoires : focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes

L'innovation RH dans nos territoires : focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes

Parcours d’évolution au sein de l’entreprise, accompagnement du changement, QVT, transparence des salaires … ces DRH d’entreprises basées en Région Au...

O.Orjas (Groupe Aoste) : « La RSE est un outil de management »

O.Orjas (Groupe Aoste) : « La RSE est un outil de management »

Avec près de 1 500 collaborateurs et cinq sites industriels, le groupe Aoste fait la fierté de la région Rhône-Alpes où il est historiquement implanté...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message