B. Paternot (Bpifrance) : "Ouvrir un canal supplémentaire entre les épargnants et les entreprises non cotées"

Le fonds « Bpifrance Entreprises 1 », dit BE1, est le nouveau défi relevé par Bpifrance et le gouvernement pour ouvrir l'accès au private equity. Benjamin Paternot, directeur exécutif en charge de l’activité fonds de fonds de Bpifrance, nous en parle.
Benjamin Paternot

Le fonds « Bpifrance Entreprises 1 », dit BE1, est le nouveau défi relevé par Bpifrance et le gouvernement pour ouvrir l'accès au private equity. Benjamin Paternot, directeur exécutif en charge de l’activité fonds de fonds de Bpifrance, nous en parle.

Décideurs. Pouvez-vous nous parler de la genèse de ce projet ?

Si le fonds s’inscrit bien dans le contexte de la relance, la réflexion sur le projet est antérieure à la crise sanitaire. Avec le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, nous y réfléchissons depuis plus d’un an. Nous avons souhaité travailler sur un produit inédit et complémentaire aux fonds de capital investissement proposés aux particuliers par les acteurs du retail et les banques. Il s’agit d’un univers encore peu connu des particuliers, le private equity étant réservé traditionnellement aux investisseurs professionnels. Il s’agit donc ici de créer un canal supplémentaire permettant aux personnes physiques de soutenir l’économie réelle en investissant dans des PME et start-up non cotées. Le fonds répond à une logique d’investissement, ce qui signifie qu’il est risqué et sans garantie.

Comment BE1 se différencie des autres produits ?

Nous avons voulu mettre l’accent sur deux paramètres de distinction essentiels : la diversification et l’horizon de maturité. On retrouve dans un fonds de private equity classique entre 15 et 25 entreprises et sa maturité est longue, 10 ou 12 ans minimum. Avec BE1, il y a une exposition, via des investissements dans 147 fonds ayant déjà constitué leurs portefeuilles dans, au global, environ 1 500 entreprises appartenant à tous les secteurs d’activité ; de plus, la durée de vie de ce fonds est bien plus courte, soit 6 à 7 ans maximum dans la mesure où l’actif est intégralement constitué dès le départ et que l’horizon de maturité du fonds est donc plus court que traditionnellement. Le fonds ne fait l’objet d’aucun avantage fiscal de faveur à l’entrée, l’argument commercial est donc intrinsèquement lié aux qualités du produit. 

Quels ont été les principaux enjeux de sa création ?

L’actif du fonds étant constitué dès le départ, l’un des enjeux était de mettre en place une méthode objective au niveau de la détermination et de la valorisation du portefeuille apporté au FCPR. En synthèse, nous avons choisi de trancher 5% de notre portefeuille de fonds partenaires français dans lesquels Bpifrance a investi sur fonds propres entre 2005 et 2016 pour l’apporter au FCPR. Cette méthodologie a été certifiée par un cabinet d’audit indépendant et a été appliquée de façon systématique. Il nous a fallu objectiver la valorisation de ce portefeuille par un prix de marché c’est pourquoi nous avons organisé concomitamment la cession d’une deuxième tranche de 5% du même portefeuille auprès de deux acquéreurs professionnels des opérations secondaires à l'issue d'un processus ouvert et compétitif. Cette opération a été finalisée au mois de septembre, postérieurement à la crise de la Covid-19. La taille du fonds est de 95 millions d’euros et nous avons fixé le ticket d’entrée à 5 000 euros. Les montants perçus par Bpifrance dans le cadre de l’opération de cession secondaire et de la souscription par les particuliers seront réinvestis par Bpifrance dans des entreprises ou des fonds de capital investissement, sans fléchage particuliers.

Pourquoi avoir choisi 123 IM comme partenaire ?

Cette société de gestion a été sélectionnée à la suite d’un appel d’offres ouvert. Les raisons principales de notre choix portaient sur son expertise en matière de gestion de fonds de capital investissement pour le compte de personnes physiques non professionnelles, mais aussi sur la capillarité de son réseau (banques, assureurs, gestionnaires de patrimoine). Il s’agit d’un partenaire commercial principal, Bpifrance peut aussi s’adresser directement aux réseaux qui ne sont pas partenaires de 123 IM. En attendant le référencement des produits sur les différents réseaux, BE1 est disponible via une plateforme digitale.

Proposerez-vous d’autres produits de ce type ?

La commercialisation de BE1, lancée le 1er octobre, a très bien démarré. Nous sommes confiants mais nous attendons la confirmation de son succès au premier trimestre 2021. Si c’est le cas, nous envisagerons une deuxième génération.

Propos recueillis par Emilie Zana

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

L’AFA annonce une enquête sur l’état des dispositifs anticorruption en entreprise

L’AFA annonce une enquête sur l’état des dispositifs anticorruption en entreprise

L’Agence française anticorruption a annoncé le lancement d’une nouvelle enquête. L’objectif de ce diagnostic : faire un état des lieux des dispositifs...

Marc Mossé retrouve August Debouzy

Marc Mossé retrouve August Debouzy

Il y a deux décennies, Marc Mossé commençait sa carrière d’avocat chez August Debouzy. Un passage par le monde de l’entreprise et par l’AFJE plus tard...

Edgar Avocats : un an d’existence, des recrutements externes et de beaux dossiers

Edgar Avocats : un an d’existence, des recrutements externes et de beaux dossiers

En décembre 2020, Guillaume Bredon quittait brl avocats, qu’il avait ouvert vingt ans plus tôt, pour fonder Edgar Avocats. Après une première année dy...

Simon Associés se renforce en contentieux des affaires

Simon Associés se renforce en contentieux des affaires

Vanessa Ruffa rejoint Simon Associés. Elle intègre le département contentieux et arbitrage du cabinet d’affaires en qualité d’associée.

Squair crée un département droit public

Squair crée un département droit public

Quentin Maujeul s’associe au cabinet Squair. Il y animera le nouveau département consacré au droit public.

The Line, nouvelle boutique de droit des sociétés et fiscalité

The Line, nouvelle boutique de droit des sociétés et fiscalité

Caroline Zimbris-Golleau et Alexandra Ménard s’associent et lancent The Line, un cabinet spécialisé en droit des sociétés et fiscalité, mais aussi com...

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

La cour d’appel de Paris, qui avait annulé la mise en examen du cimentier pour complicité de crimes contre l’humanité, a opéré hier un revirement. Laf...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message