B. Lièvre-Thery : "Nous avons réfléchi à notre propre raison d’être pour nous inscrire pleinement dans celle de Société Générale

Société Générale a adopté en début d’année sa raison d’être*. Béatrice Lièvre-Thery, directrice des activités immobilières du groupe, nous explique dans quelle mesure elle va impacter les métiers de la transaction immobilière, de la promotion et du financement des professionnels de l’immobilier.
Béatrice Lièvre-Thery

Société Générale a adopté en début d’année sa raison d’être*. Béatrice Lièvre-Thery, directrice des activités immobilières du groupe, nous explique dans quelle mesure elle va impacter les métiers de la transaction immobilière, de la promotion et du financement des professionnels de l’immobilier.

Décideurs. Comment la raison d'être a-t-elle été définie par Société Générale ?

Béatrice Lièvre-Thery. Une réflexion a été engagée en 2019 au niveau de la direction générale et du comité de direction. En parallèle, le groupe a interrogé l’ensemble de ses collaborateurs sur leur sentiment en matière de raison d’être dans le cadre de son baromètre annuel. Des groupes de travail ont également été mis en place pour réfléchir sur le sujet. Un consensus a émergé suite à ces différentes démarches. Le conseil d’administration a finalement validé en janvier 2020 la raison d’être « Construire ensemble, avec nos clients, un avenir meilleur et durable en apportant des solutions financières responsables et innovantes ». Elle fait écho aux valeurs de Société Générale qui sont responsabilité, esprit d’équipe, innovation et engagement. Elle est également fortement liée à la culture du groupe qui a été fondé sous Napoléon III pour soutenir le développement du commerce et de l’industrie en France. Sa publication concrétise donc une approche déjà très ancrée au sein du groupe.

Dans quelle mesure cette raison d’être impacte les activités immobilières de Société Générale ?

Nous avons réfléchi à notre propre raison d’être pour nous inscrire pleinement dans celle du groupe. Nous avons donc procédé à deux ajouts : « Construire ensemble, avec nos clients, un avenir meilleur et durable dans les villes de demain en apportant des solutions financières immobilières responsables et innovantes ». Nous sommes déjà fortement sensibilisés sur les questions éthiques. Nous déclinons actuellement une politique responsable en matière de ressources humaines pour assurer la formation de nos collaborateurs. Et nous allons mettre l’accent sur la RSE en nommant un responsable pour l’ensemble de nos métiers, à savoir ceux dédiés aux transactions immobilières, la promotion immobilière et le financement des professionnels de l’immobilier.

Quelles sont les déclinaisons concrètes dans la promotion ?

La thématique RSE est plus facile à appréhender dans la promotion car tous les bâtiments qui sont construits répondent à différentes normes et aux attentes des clients. Nous veillons également à la durabilité de nos réalisations en sélectionnant les matériaux, les procédés constructifs et en travaillant sur les usages, notamment la réversibilité. Nous évitons par ailleurs de contribuer à la surenchère foncière en développant des programmes à prix accessibles. Enfin, le plan stratégique « Utile et Performant » lancé par Caroline Fortier va dans le sens de notre raison d’être. Nous allons prochainement mesurer de façon plus précise notre empreinte carbone et ensuite objectiver un certain nombre de mesures sur cette thématique.

Qu’en est-il du financement des professionnels de l’immobilier ?

La transposition de la raison d’être est plus complexe dans cette activité car elle suppose la collecte d’informations dont nous ne disposons pas forcément. Au-delà des notations extra-financières de nos clients qui se développent de plus en plus, nous cherchons à mieux qualifier les projets financés. Cette démarche est réalisée en lien avec la banque car cela devient également partie intégrante de son approche en matière de risques. Autre axe de travail, nous sourçons et intégrons des financements à impact en intervenant dans des dossiers de logements abordables, sociaux, intermédiaires…

Et pour les transactions immobilières ?

La confiance qui nous est accordée est un atout. Contrairement aux agences immobilières ou aux brokers, nous n’avons pas une relation éphémère avec le client car nous nous inscrivons dans un accompagnement global de par la diversité de nos métiers. Nous avons intégré depuis longtemps cette dimension qui est complétement en ligne avec notre raison d’être.

Quelles seront les prochaines actions déployées pour joindre les actes à l'esprit de la raison d'être ?

Nous allons travailler avec la banque sur les sujets autour des villes de demain et des mobilités durables. Un autre sujet important concernera l’intégration de la RSE dans les projets financés et la manière de mieux refléter cet aspect dans le pricing proposé au client.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

* La raison d'être de Société Générale est « Construire ensemble, avec nos clients, un avenir meilleur et durable en apportant des solutions financières responsables et innovantes »

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les raisons d'être des acteurs immobiliers

Promulguée en mai 2019, la loi PACTE s’est notamment donnée pour objectif de penser autrement la place des compagnies dans la société à travers les notions de raison d’être et d’entreprise à mission. Plusieurs acteurs immobiliers n’ont pas tardé à se saisir de ces nouveaux concepts. Tour d’horizon des précurseurs du secteur.
Sommaire F. Bonnifet (C3D) : "Toutes les entreprises se saisiront des concepts de raison d’être et de société à mission dans les années à O. Wigniolle : "La raison d’être sera un fort moteur de développement et de performance économique pour Icade dans les dix ans à Y. Marque : "Notre raison d’être exprime ce que Covivio est déjà et le renforce" M. Oppenheim (Crédit Agricole Immobilier) : "Nous avons construit un projet de groupe autour de trois piliers" M. Sissoko : "La raison d’être représente la colonne vertébrale de la stratégie de Citallios" J.-F. Bouillé : "Le changement de statut de la MAIF induira plusieurs sujets pour la direction immobilière" A. Mollet (Perl) : "L’entreprise à mission, une troisième voie entre business classique et ESS"
La veille urbaine du 2 décembre 2020

La veille urbaine du 2 décembre 2020

WeWork qui ouvre un nouvel espace au 7 rue de Madrid à Paris 8e, Géraldine Ajax qui prend la direction de la marque du groupe Quartus, les pertes de l...

Déviation routière : peut-elle porter un intérêt public majeur justifiant une dérogation à la protection des espèces protégés ?

Déviation routière : peut-elle porter un intérêt public majeur justifiant une dérogation à la protec...

Affecter la conservation d’espèces suppose l’obtention d’une autorisation dérogatoire : le projet répond à un impératif d’intérêt public majeur mais a...

La mise en concurrence des concessions hydroélectriques aura-t-elle lieu ?

La mise en concurrence des concessions hydroélectriques aura-t-elle lieu ?

Avec une puissance installée qui avoisine les 25 GW, soit près du 1/5e du parc de production français et près de 12 % de la production d’électricité,...

Face au Covid-19, les aides d’État au soutien du secteur de l’énergie

Face au Covid-19, les aides d’État au soutien du secteur de l’énergie

En principe prohibées, les aides d’État sont aujourd’hui largement mobilisées par la France. Ces aides visent tant à remédier aux perturbations graves...

Contrats administratifs : la fin anticipée à l’initiative de l’acheteur public

Contrats administratifs : la fin anticipée à l’initiative de l’acheteur public

Dans deux arrêts rendus cet été, le Conseil d’État vient préciser le régime de la fin anticipée des contrats publics, frappés d’irrégularité, ou concl...

Le Bail réel solidaire ou la promesse d’un dispositif anti-spéculatif enfin efficient ?

Le Bail réel solidaire ou la promesse d’un dispositif anti-spéculatif enfin efficient ?

Mis en place par l’ordonnance numéro 2016-985 du 20 juillet 2016, conformément à la loi Croissance 2015-990 du 6 août 2015 (ou « loi Macron »), le Bai...

Quelle procédure pour transférer une convention d’occupation du domaine public ?

Quelle procédure pour transférer une convention d’occupation du domaine public ?

L’ordonnance du 19 avril 2017 sur la propriété des personnes publiques n’a pas traité du transfert d’un titre d’occupation du domaine public. S’il ne...

P. Calmon (Esset PM) : "Nous continuerons à regarder des opérations de croissance externe"

P. Calmon (Esset PM) : "Nous continuerons à regarder des opérations de croissance externe"

Malgré le contexte compliqué, Esset, filiale BtoB du groupe Foncia, a poursuivi son développement en 2020 avec les acquisitions d’Yxime et de Perial P...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte