B.Kostic (Groupe Setec) : "Rester une femme, là où je pourrais parfois être tentée d’adopter la posture d’un homme"

À la tête de la direction des ressources humaines du groupe d’ingénierie Setec, le défi de Biljana Kostic est double : faire vivre la fonction dans un univers à la fois technique et masculin.

À la tête de la direction des ressources humaines du groupe d’ingénierie Setec, le défi de Biljana Kostic est double : faire vivre la fonction dans un univers à la fois technique et masculin.

Décideurs. Par quels moyens favori-sez-vous la diversité chez Setec ?

Biljana Kostic. Tout d’abord, je souhaite rappeler quelques particularités. Notre métier est d’aider nos clients privés ou publics à imaginer et concevoir des projets dans le domaine des infrastructures, du transport, du bâtiment et de l’énergie. Nos collaborateurs sont, pour 80 %, des ingénieurs ou sont diplômés de niveau bac +5. L’organisation de Setec est singulière car nous sommes un groupement de PME ce qui nous confère une forme d’agilité, malgré le fait que nous sommes un groupe de 3 000 personnes. Cela permet un management de proximité et crée les bonnes conditions de la collaboration et de l’ouverture à la différence. Concernant les femmes, nous essayons de faire savoir que l’on recrute et cela constitue tout un enjeu ! Nos actions sont multiples, à l’externe nous nous rendons régulièrement dans les écoles et les universités afin de par-ler de nos métiers. Nous constatons que les femmes ingénieures s’intéressent plus naturellement à la construction, secteur connu avec de grandes marques, mais moins à l’ingénierie car moins connu du grand public. En interne, nos ingénieurs témoignent sous forme de vidéos, pour expliquer qu’on peut être une femme et s’épanouir dans un milieu technique comme celui de l’ingénierie. Nous partons du principe qu’expliquer ce que l’on fait et pourquoi on le fait permettra d’atti-rer de nouveaux talents, et de montrer que chacun peut trouver sa place dans notre en-vironnement. Chez Setec, on compte 35 % de femmes, une représentation légèrement supérieure à celle de la profession qui en compte 32 %. Mais il reste encore à faire !

Comment aider les femmes à prendre confiance et tenter d’accéder à des postes de direction ?

Il ne suffit pas de détecter un haut potentiel chez une femme puis de mettre un programme en place pour lui faire gravir les échelons. Il faut d’abord lui donner envie de prendre des postes à responsabilité, ce qui passe d’abord par l’image que nous véhiculons des membres du comité de direction, mais également par la prise en compte de l’équilibre entre vie personnelle et professionnelle. L’enjeu réside donc dans la capacité à donner envie aux femmes pour qu’elles soient incitées à prendre des postes à responsabilité. Ce point nécessite d’ailleurs parfois un travail sur l’affirmation de soi. Chez Setec, nous réfléchissons par exemple à la mise en place du mentoring ou de programmes spécifiques de formation dans une logique d’accompagne-ment à la prise de poste.

 En tant que femme, quels défis rencon-trez-vous dans le secteur de l’ingénierie ?

Le défi est double, le premier étant de faire vivre la fonction RH dans un groupe où le cœur de métier est la technique et d’en-tretenir le lien entre toutes les sociétés du groupe. Le second enjeu consiste à exister dans un milieu principalement compo-sé d’ingénieurs, des hommes de surcroît. Conjuguer rigueur et pragmatisme avec l’intuition et l’empathie qui font partie des fondamentaux du métier de RH. Il s’agit par ailleurs de savoir rester une femme, là où je pourrais parfois être tentée d’adopter la posture d’un homme.

Quelles actions recommanderiez-vous afin de promouvoir ce secteur auprès des femmes ?

La meilleure façon est de faire témoigner les femmes qui œuvrent chaque jour pour faire vivre de beaux projets dans le domaine de l’ingénierie. Faire savoir également qu’il est possible de s’épanouir dans un monde d’hommes en conjuguant carrière et obligations familiales. Je crois également qu’il est du ressort de l’Éducation nationale de nous aider sur ce sujet pour faire découvrir et rayonner le secteur de l’ingénierie qui a de belles histoires à raconter.

Roxane Croisier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

J.-M. Fonteneau (Groupe Rideau), "Faciliter les passerelles et maintenir dans l’emploi les collaborateurs"

J.-M. Fonteneau (Groupe Rideau), "Faciliter les passerelles et maintenir dans l’emploi les collabora...

Les perspectives de croissance n’impliquent pas inéluctablement de renoncer aux valeurs humaines d’une entreprise familiale. La preuve par l’exemple a...

I. Calvez (Suez), "Faire vacciner nos personnels essentiels le plus vite possible"

I. Calvez (Suez), "Faire vacciner nos personnels essentiels le plus vite possible"

Comment un groupe présent sur cinq continents traverse-t-il la crise de la Covid-19 ? Mènera-t-elle à transformer durablement l’organisation ? Le rega...

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

Entreprises comme freelances sont souvent à la recherche d’un accompagnement pour sécuriser leurs collaborations. Un soutien que propose Freelance.com...

En période de pandémie, comment gérer sa transition professionnelle ?

En période de pandémie, comment gérer sa transition professionnelle ?

En période de crise sanitaire, les grands principes de gestion des transitions professionnelles ne changent pas... mais certaines modalités méritent u...

Joël Grangé, la défense du droit et de ses confrères

Joël Grangé, la défense du droit et de ses confrères

Après plus de trente ans de barre, Joël Grangé se dit toujours autant fasciné par la chose juridique et le procès. Redoutable avocat, il met désormais...

Quelle place pour les freelances en entreprise ?

Quelle place pour les freelances en entreprise ?

La flexibilité du monde du travail renforcée par la crise sanitaire et la remise en question de la relation de travail poussent les entreprises à reco...

G.Ravix (Nexity) : " Ne pas investir dans le capital humain c’est risquer de perdre tout avantage compétitif "

G.Ravix (Nexity) : " Ne pas investir dans le capital humain c’est risquer de perdre tout avantage co...

Directeur de La Cité, Guillaume Ravix revient sur la transformation de Nexity en organisation apprenante. Ou comment mettre le développement des compé...

La gestion de l’absence en période pandémique, un sujet d’avenir…

La gestion de l’absence en période pandémique, un sujet d’avenir…

La période du confinement a mis en exergue toute la complexité de la gestion de l’absence dans les entreprises. Elles vont désormais devoir composer a...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte