B. Julien-Laferrière (Banque Transatlantique) : "Un changement de paradigme flagrant concernant la philanthropie"

La Banque Transatlantique appuie son développement sur ses trois lignes métiers historiques : la gestion de fortune, l’accompagnement des Français expatriés ainsi que la conception et la mise en œuvre de plans de stock-options et d'attributions d'actions gratuites. Bruno Julien-Laferrière décrypte le positionnement de l’établissement, aussi surnommé « la banque du Quai d'Orsay ».

La Banque Transatlantique appuie son développement sur ses trois lignes métiers historiques : la gestion de fortune, l’accompagnement des Français expatriés ainsi que la conception et la mise en œuvre de plans de stock-options et d'attributions d'actions gratuites. Bruno Julien-Laferrière décrypte le positionnement de l’établissement, aussi surnommé « la banque du Quai d'Orsay ».

Fidèle à votre image de banque internationale, vous avez ouvert un nouveau bureau à Boston en mars dernier. Qu’est-ce qui a motivé le choix de cette ville ?

Effectivement, nous venons d’annoncer l’ouverture à Boston d’un nouveau bureau, placé sous la direction de Michael Audrain. Il s’agit de la treizième implantation du Groupe Banque Transatlantique à l’étranger. Notre présence sur le sol américain s’inscrit dans la stratégie de développement international de la Banque Transatlantique. Nous visons notamment les pays ou les villes dans lesquelles on détecte une forte communauté française CSP+. Ce bureau s’adresse en particulier aux entrepreneurs et cadres français ainsi qu’aux investisseurs américains désireux d’accéder aux marchés européens ou de diversifier leur allocation d’actifs.

Votre année a également été marquée par un travail très important avec votre agence de communication autour du positionnement de votre marque. Pourquoi l’avoir fait maintenant ?

Depuis 2005 nous avons connu un développement important, essentiellement par croissance organique. Durant ces douze années, nous avons collecté près de 25 md€. Il était donc l’heure pour nous de mener une réflexion sur le positionnement de la banque et préparer les prochaines étapes. Nos équipes ont travaillé sur un nouveau site web, une nouvelle application de grande qualité. Une nouvelle déclinaison visuelle et une plus grande présence sur les réseaux sociaux sont à l’étude.

Vous êtes une filiale du CIC et pourtant vous œuvrez de manière très indépendante. Quelles relations entretenez-vous avec leur banque privée ?

Nous travaillons en très bonne intelligence avec nos collègues du CIC Banque Privée et mettons en commun nombre de développements et projets. Nous avons des fonds de commerce complémentaires. Le CIC peut s’appuyer sur une présence exceptionnelle en région et notamment auprès d’entrepreneurs et gérants de petites et moyennes entreprises. Leurs clients s’adressent naturellement à eux pour la qualité de leur accompagnement sur la partie corporate banking.

Les valeurs que vous partagez ne sont-elles pas éloignées de celles d’une banque mutualiste comme le groupe Crédit-Mutuel CIC ?

Cela peut paraitre paradoxal dans la mesure où nous conseillons une clientèle aisée mais nous sommes très à l’aise avec les valeurs mutualistes reposant sur la bienveillance, le respect du client, la transparence et l’éthique.

La clientèle des banques privées est traditionnellement fortement engagée dans des actions philanthropiques. Quel accompagnement leur proposez-vous ?

Nous avons un positionnement assez original. Nous avons créé le Fonds de Dotation Transatlantique qui finance des projets d'excellence dans les domaines de la santé, de la solidarité et de la culture. Ce choix a plusieurs vertus. D’une part, ce véhicule porte les actions de mécénat de la Banque Transatlantique en tant que telle et est mis à disposition des collaborateurs. Ce fonds soutient ainsi des projets qu’ils ont eux-mêmes choisis. On s’assure ainsi que nos collaborateurs soient impliqués personnellement, comme ce fut par exemple le cas lors de nos participations à des courses solidaires. D’autre part, cet outil est mis à disposition de nos clients lorsqu’ils veulent soutenir un projet familial avec de très belles réalisations que nous sommes fiers d’avoir soutenues. En pratique, ils dotent le fonds et nous mettons à disposition de ses familles l’outil, on l’encadre sur le plan juridique et fiscal. On ressent une très grande attente de nos clients sur ces questions. Il y a eu unchangement de paradigme flagrant avec le dernier passage générationnel. Cette démarche leur permet de donner un sens aux fruits de leur travail.

Propos recueilis par Aurélien Florin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Antoine Frérot, le joueur d’échecs

Antoine Frérot, le joueur d’échecs

Avec son sourire modeste et son ton mesuré, Antoine Frérot passe aisément pour le patron le plus flegmatique du CAC 40. Ne pas s’y fier toutefois. Hab...

M&A : évolution du contrôle de concentration

M&A : évolution du contrôle de concentration

La vice-présidente exécutive de la Commission européenne Margrethe Vestager l’avait annoncé lors du renouvellement des commissaires fin 2019 : le droi...

La France va consacrer 7 milliards d’euros à l’hydrogène

La France va consacrer 7 milliards d’euros à l’hydrogène

Dans le cadre du plan de relance, sept milliards d’euros seront ainsi consacrés à la décarbonation de l’industrie, à la production d’hydrogène par éle...

Les dirigeants de TPE et PME plus optimistes qu’en avril

Les dirigeants de TPE et PME plus optimistes qu’en avril

Bpifrance Le Lab et Rexecode interrogent chaque trimestre les patrons sur leur trésorerie et leurs anticipations de croissance. Les prévisions concern...

Jacques Veyrat, l’intrépide homme d’affaires

Jacques Veyrat, l’intrépide homme d’affaires

Passé par un cabinet ministériel, homme d’affaires et chef d’entreprise, Jacques Veyrat a changé de cap en quittant la direction du groupe Louis-Dreyf...

Jonathan Salter est le nouveau Head of Risk Consulting chez AXA

Jonathan Salter est le nouveau Head of Risk Consulting chez AXA

Le spécialiste de la gestion des risques Jonathan Salter est promu au sein d’Axa XL. Il succède à compter du 1er octobre à Corinne Vitrac qui prend la...

Cédric O : "Si elles veulent survivre, les entreprises doivent accélérer sur leur transition numérique"

Cédric O : "Si elles veulent survivre, les entreprises doivent accélérer sur leur transition numériq...

Dans une interview accordée à Décideurs, le secrétaire d’État au numérique, Cédric O, évoque les grands enseignements de la crise sur la digitalisatio...

Schneider Electric et Dassault Systèmes : cap vers la tech

Schneider Electric et Dassault Systèmes : cap vers la tech

Des entreprises historiquement industrielles peuvent pivoter peu à peu leur business model. En France, c’est notamment le cas de Schneider Electric, p...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message