B.Dugenêt (Thyssenkrupp Ascenseurs) : " Les représentants de proximité ne sont pas les DP d’hier ".

Fabricant d’ascenseurs de renommée mondiale, ThyssenKrupp a signé début 2019 un accord unanime sur le CSE. Benoît Dugenêt, directeur général en charge des ressources humaines, a mené les négociations d’une façon habile, permettant de satisfaire à la fois la direction et les partenaires sociaux.

Fabricant d’ascenseurs de renommée mondiale, ThyssenKrupp a signé début 2019 un accord unanime sur le CSE. Benoît Dugenêt, directeur général en charge des ressources humaines, a mené les négociations d’une façon habile, permettant de satisfaire à la fois la direction et les partenaires sociaux.

Décideurs. Comment avez-vous abordé la négociation de la mise en place du CSE ?

Benoît Dugenêt. Avec beaucoup d’anxiété. J’avais l’impression que la mise en place des nouvelles instances représentatives du personnel nous ouvrait un champ des possibles important et structurant pour de nombreuses années. Il fallait donc prendre les bonnes décisions sur le long terme. Les partenaires sociaux étaient également inquiets car ils pensaient avoir beaucoup à perdre, craignant la suppression de nombreux mandats et d’heures de délégation. Ils ne maîtrisaient pas encore le sujet, leur fédération ne les avait pas encore formés. Nous avons compris que si nous abordions cette négociation d’une manière classique, nous avions de fortes chances de ne pas aboutir à un accord. Un membre de mon équipe a alors eu l’idée lumineuse de proposer un séminaire paritaire.

Comment ce séminaire s’est-il déroulé ? Quel en a été le résultat ?

Il regroupait vingt personnes, dix représentant les salariés et dix personnes de tous les niveaux de la direction : directeurs d’agence, directeurs de région, DRH de région et le président. Nous nous sommes réunis durant 24 heures. La directrice de la direction régionale des entreprises du Maine-et-Loire a ouvert le séminaire par un résumé sur l’histoire des instances représentatives du personnel, le président a ensuite expliqué l’importance que revêt le dialogue social à ses yeux et combien il souhaitait signer un accord unanime. Nous avons poursuivi, avec l’intervention de deux consultants spécialisés en relations sociales, permettant de transmettre à tous les mêmes informations pour équilibrer les futures négociations. Nous avons organisé un atelier de cuisine et avons dîné à la même table. Dès le lendemain, les connaissances de chacun sur le sujet et l’ambiance étaient propices à des échanges constructifs. Rapidement, nous nous sommes mis d’accord sur l’essentiel : le souhait d’une instance nationale, un seul CSE. Par ailleurs, nous nous sommes accordés pour avoir des représentants de proximité (RDP) au niveau local.

Comment avez-vous convaincu la direction de la pertinence de cette approche ?

Le président souhaitant un accord et du dialogue social, je n’ai pas eu à le convaincre. Les ordonnances constituaient une opportunité de refondre les IRP. Nous avons réduit le nombre de représentants du personnel d’un tiers mais donné cinquante heures de délégation aux membres de bureau du CSE. La volonté de part et d’autre de s’ouvrir et de dialoguer était réelle.

Quels en ont été les effets sur le dialogue social, pour le groupe, de ces différentes mesures ?

Cette négociation nous a demandé plus d’un an. C’est aujourd’hui que tout commence et l’accompagnement au changement est primordial pour que les RDP d’aujourd’hui ne soient pas les DP d’hier. Nous avons déjà conclu trois avenants, ce qui montre le dynamisme du dialogue social. Il est prévu dans notre accord un bilan officiel en septembre.

Roxane Croisier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

P. O. Bernard (Opleo Avocats) : "Une bonne gouvernance doit permettre de sortir d’un conflit"

P. O. Bernard (Opleo Avocats) : "Une bonne gouvernance doit permettre de sortir d’un conflit"

La gouvernance est un sujet dont l’importance est trop souvent minimisée par les entreprises. Pourtant, une gouvernance efficace est indispensable pou...

P.Coton (CFTC) : "Pour le moment, la réforme est sociale"

P.Coton (CFTC) : "Pour le moment, la réforme est sociale"

Pascale Coton mène les négociations sur la réforme des retraites au nom de la CFTC dont elle est vice-présidente. Elle estime que, pour l'instant, le...

L.Escure (Unsa) : "Nous n'étions pas demandeurs de la réforme des retraites"

L.Escure (Unsa) : "Nous n'étions pas demandeurs de la réforme des retraites"

Le secrétaire général de l’Unsa, Laurent Escure, essaie de peser sur la réforme des retraites. Il explique pourquoi cette dernière pourrait potentiell...

Equipe Wemean :  "Le dirigeant doit accepter d’être un leader"

Equipe Wemean : "Le dirigeant doit accepter d’être un leader"

Après plus de quinze ans à conseiller les entreprises et leurs dirigeants sur leur stratégie de communication et d’influence, le cabinet Wemean est né...

A.Broches (Lidl) : "La mobilité freine les candidatures féminines"

A.Broches (Lidl) : "La mobilité freine les candidatures féminines"

Même lorsque les effectifs sont en majorité féminins, la question de l’égalité hommes-femmes se pose. Elle implique de faire face au fameux plafond de...

B.Laforge (Sanofi) : "Associer nos partenaires sociaux plus en amont"

B.Laforge (Sanofi) : "Associer nos partenaires sociaux plus en amont"

Des transformations d’envergure s’annoncent dans l’industrie pharmaceutique. Le défi de Bruno Laforge dans ce contexte ? Adapter les compétences des c...

Jean-Paul Delevoye : le discours et la méthode

Jean-Paul Delevoye : le discours et la méthode

Pour réformer les retraites, Emmanuel Macron fait confiance à Jean-Paul Delevoye. Cet homme de dialogue mène un véritable marathon pour convaincre syn...

Anticafé lève 1,7 million d’euros

Anticafé lève 1,7 million d’euros

La chaîne spécialisée dans l’accueil de freelances et d’entrepreneurs annonce une levée de 1,7 million d’euros auprès de Nexity et de Raise Sherpas vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message