B. Costes (Agrihub) : "Il faut que nos fournisseurs sortent des mains des Chinois"

Si de nombreuses entreprises sont à l’arrêt à cause du confinement, d’autres doivent gérer une forte activité mais dans des conditions de crise. Bruno Costes raconte ce défi, qui est surtout organisationnel.
Bruno Costes, directeur général d'Agrihub.

Si de nombreuses entreprises sont à l’arrêt à cause du confinement, d’autres doivent gérer une forte activité mais dans des conditions de crise. Bruno Costes raconte ce défi, qui est surtout organisationnel.

Décideurs. La crise sévit alors que vous êtes en plein pic d’activité. Racontez-nous.

Bruno Costes. Agrihub est une centrale d’achat qui acquiert de l’agrofourniture – c’est-à-dire des semences et des produits phytosanitaires – pour le secteur agricole. Notre activité est en phase avec les besoins de la nature qui, elle, ne s’intéresse pas au Coronavirus. Nous sommes en plein pic d’activité : en un mois nous dégageons 50 % de notre chiffre d’affaires annuel. Au printemps, les graines sont semées et les plants traités. Notre challenge est de répondre aux besoins des agriculteurs. Nous nous assurons que nos grands fournisseurs sont capables de nous approvisionner, que nous pouvons les payer – étant donné que les factures sont habituellement reçues en format papier – et que nos clients sont livrés.

Comment vous êtes-vous organisé ?

Il nous a fallu agir vite pour répondre à notre pic d’activité malgré le confinement. Nous sommes vingt personnes pour 500 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit une petite équipe au taquet par rapport au volume de travail. Une partie des employés disposait d’un ordinateur portable, une autre non. Nous en avons acheté six ou sept et les avons connectés en l’espace de quelques jours. Il y avait urgence, notamment pour les postes administratifs.

Vos fournisseurs disposent-ils de stocks suffisants ?

Nous étions un peu inquiets au départ mais nos fournisseurs constituent des stocks. Ils produisent partout dans le monde, en Chine notamment. De notre côté, nous avons aussi commandé plus que d’habitude pour ne pas nous laisser surprendre. La difficulté réside dans les problèmes de transport qui ont conduit à des retards de quelques jours. Ce qui est gênant mais pas dramatique. Ce que je crains maintenant c’est que les usines arrêtées en Chine n’aient pas délivré suffisamment de matière active – c’est-à-dire de base médicamenteuse pour les produits phytosanitaires – et de faire face dans quelques mois à une pénurie. Peut-être serons-nous gênés à l’automne au moment où les désherbants deviendront nécessaires. Nous y réfléchissons mais restons néanmoins un secteur protégé puisque nous faisons partie de la chaîne agroalimentaire.

Avez-vous des alternatives à vos fournisseurs habituels ?

Les produits phytosanitaires sont régulés comme les médicaments. Peu d’autorisations sur le marché sont délivrées, limitant la production à quelques acteurs. Nous les connaissons et saurons vers qui nous tourner en cas de besoins. Diversifier ses sources d’approvisionnement, c’est de la politique d’achat de base. Parfois, il n’y a pas de solutions de remplacement, comme pour le souffre qui a manqué cette année alors qu’il s’avère nécessaire afin de protéger les vignes du mildiou.

Depuis deux ans, nous subissons sans arrêt des ruptures d’approvisionnement

Comment percevez-vous le débat autour de la relocalisation d’activités en Europe et en France ?

Depuis deux ans, nous subissons sans arrêt des ruptures d’approvisionnement. Le cœur des produits phytosanitaires est produit en Chine, pays qui s’intéresse un peu plus à l’environnement qu’avant et décide du jour au lendemain de fermer certaines usines chimiques. Je rouspète pour que mes fournisseurs se dotent de solutions de remplacement. Cela peut passer par des relocalisations ou de la production dans plusieurs pays pour ne pas être captif d’un État. Il faut que nos fournisseurs sortent des mains des Chinois. Pour les semences, qui représentent un tiers de notre activité, nous ne rencontrons pas ce problème puisque la majorité est produite en France ou en Europe, un an avant leur mise sur le marché.

En tant que patron, comment vivez-vous cette situation ?

Ce qui est difficile dans la gestion à distance, c’est de moins contrôler ce qu’il se passe. On ne sait pas ce que font les gens, s’ils sont au travail. Ce qui requiert un degré de confiance et une délégation supplémentaire. Les discussions informelles autour d’un bureau sont bien plus riches que les échanges par téléphone ou par visioconférences. Je trouve que je perds beaucoup de contrôle sur les affaires. Cela ne constitue pas un problème majeur car je sais faire confiance mais je suis beaucoup plus aveugle donc davantage stressé. Je dois progresser là-dessus.

Les prochains moins ne vous inquiètent-ils donc pas ?

Je n’ai pas d’enjeux financiers liés à la crise et mes problématiques restent très opérationnelles. Mes soucis sont surtout d’ordre réglementaire. Les produits phytosanitaires sont de plus en plus critiqués et la loi Egalim nous demande de nous transformer en une année. La transformation est déjà en cours et la gérer dans la période actuelle est encore plus complexe. Autre réglementation qui me touche : je n’ai plus le droit de négocier les tarifs auprès de mes fournisseurs. Je dois donc changer de métier et leurs proposer des services pour compenser (promouvoir la bonne utilisation de leurs produits auprès des agriculteurs, leur donner une vision des quantités à livrer, etc.). Je troque ma casquette d’acheteur contre celle de vendeur. Ce n’est pas tant la crise qui constitue un challenge que les changements qui nous sont imposés.

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Chefs d'entreprises face à la crise : résilience psychologique et stratégie opérationnelle

La crise économique liée au Coronavirus met les patrons à rude épreuve, tant sur le plan psychologique qu'opérationnel. Quelles sont leurs solutions ? Revoient-ils déjà leur business model ? Éléments de réponses.
Sommaire A. Dyèvre (Gatti) : "Il faut que la force et le calme d’en haut se diffusent en bas" G. Sanson (Bonduelle) : "Il est essentiel de maîtriser le crédit inter-entreprises" O. Saguez (Saguez & Partners) : "Cette période est l’occasion d’inventer un nouveau monde" B. Guimbal (Hélicoptères Guimbal) : "Je me prépare à une diète salutaire" J. Ginart (Relais vert) : "La solution se trouve dans le collectif" L. Pottier Caudron (Temporis) : "L’économie n’est qu’une succession de crises et de relances" P. Loustric (Scentys) : "La communication a été essentielle" F. Bieber (Kwanko) : "Cette période de crise exacerbe les émotions" E. Cazeneuve (Hesus) : "Pousser l'internationalisation et augmenter les investissements" Roinat (Recommerce) : "Le rebond est envisagé grâce à de l'innovation"

retrouvez l'intégralité du dossier Leadership de crise : autant de réponses que de dirigeants

La crise économique liée au Coronavirus met à rude épreuve les chefs d'entreprise, tant sur le plan psychologique qu'opérationnel. Quelles sont leurs solutions ? Revoient-ils déjà leur business model ? Éléments de réponses.
Sommaire Leadership de crise : autant de réponses que de dirigeants Fabrice Le Saché (Medef) : "La reprise sera difficile" F. Gervais (Accor) : "Nous renforçons nos mesures sanitaires pour préparer la sortie du confinement" V. Carreau (Comet Meetings) : "Si les équipes sortent démotivées, la machine ne repartira pas" C. Deldycke (Turenne Groupe) : "Le marché du capital-investissement va forcément accélérer"
Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

Le 15 février 2021, Laurence Comte-Arassus a été nommée General Manager de GE Healthcare pour la zone France, Belgique, Luxembourg et Afrique francoph...

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners fête ses trois ans, l’occasion de revenir sur un modèle unique, à contre-courant de ce que propose la concurrence.

Obsession Client : une expérience client d’exception passe avant tout par une bonne expérience collaborateur

Obsession Client : une expérience client d’exception passe avant tout par une bonne expérience colla...

En adoptant l’Obsession Client, une entreprise qui investit dans l’expérience client ne doit pas négliger l’expérience collaborateur, au risque de pas...

Adena Friedman, la femme la plus puissante du monde ?

Adena Friedman, la femme la plus puissante du monde ?

Depuis qu’elle a pris la tête du Nasdaq en 2017, Adena Friedman en diversifie les activités. Elle mise sur les données et les nouvelles technologies e...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte