Bernard Cerquiglini : "Pendant la crise, il y a eu une appropriation collective de la langue"

Historien de la langue, Bernard Cerquiglini est conseiller
scientifique du Petit Larousse illustré qui accueillera dans
sa version 2022 de nouveaux mots, tels que déconfinement
ou quatorzaine. Le linguiste, qui publiera en octobre prochain
un essai consacré aux mots de la crise, revient sur l’évolution
du français avec la pandémie.
Bernard Cerquiglini - linguiste, professeur émérite de l’université de Paris, ancien recteur, conseiller scientifique du Petit Larousse illustré

Historien de la langue, Bernard Cerquiglini est conseiller scientifique du Petit Larousse illustré qui accueillera dans sa version 2022 de nouveaux mots, tels que déconfinement ou quatorzaine. Le linguiste, qui publiera en octobre prochain un essai consacré aux mots de la crise, revient sur l’évolution du français avec la pandémie.

Décideurs. La crise que nous connaissons n’est-elle pas parfois aussi une crise du langage ?

Bernard Cerquiglini. Albert Camus a dit que mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde. Quand la pandémie a commencé, je me suis montré attentif à cette question. J’ai été heureusement surpris. Les Français ont bien réagi : ils ont compris que cette crise était aussi une question de langue, qu’il fallait passer l’information et réagir ensemble. Il me semble qu’on a eu une réaction de la langue extrêmement positive. On s’est doté très vite de mots, et de mots français, en redonnant vie à des termes anciens qui étaient en sommeil ou en en créant de toute pièce. Il y a eu une appropriation collective de la langue.

Par exemple ?

On a dit qu’on allait augmenter la jauge dans les théâtres et les restaurants. Auparavant, le mot jauge était utilisé pour un volume de liquide, comme une jauge d’essence. Aujourd’hui il est admis qu’on l’utilise pour quantifier un nombre de personnes occupant un lieu. Et pourtant, personne n’a demandé ce qu’était une jauge. Le changement sémantique a été partagé. Nous avons également assisté à des créations de mots. Je pense à aéroporter : avant la crise on parlait de troupes aéroportées, maintenant on dit que le virus est aéroporté, voire manuporté. C’est une création étonnante mais qui ne pose pas de problème de compréhension. Déconfinement vient d’apparaître dans Le Petit Larousse. Il n’existait pas et encore moins sous la forme de redéconfinement. D’ailleurs, quand je saisis sur mon ordinateur le verbe déconfiner, mon correcteur d’orthographe me le souligne toujours.

"Le lien social passe par la langue"

D’où ces mots viennent-ils ?

Il y a d’abord eu un versement dans la langue commune de tout un langage médical, qui s’est par là même démocratisé. Par exemple, ma voisine m’a dit que son fils était asymptomatique. Il s’agit d’un terme assez technique, d’origine grecque. On parle aussi de gel hydroalcoolique. Ce sont des mots que nous n’employions jamais avant et qu’on entend presque tous les jours. Il y a également des créations populaires. Je ne sais pas qui a inventé déconfinement ou manuporté. Sans parler de tous les jeux de mots sur la langue qui, pour certains, vont rester. On a fait entrer dans Le Petit Larousse les coronapistes, ces pistes cyclables créées à Paris à la suite du déconfinement. J’ai aussi dénombré une vingtaine de mots pour l’apéro, même si on pense qu’ils ne vont pas rester : cyberapéro, WhatsAppéro, etc. Le mouvement espagnol après la mort de Franco, la movida, s’est transformé en France il y a quelques semaines en covida, pour dire qu’on va au restaurant, faire la fête… C’est prodigieux. Ce jeu collectif sur la langue est extrêmement significatif. Le lien social passe par la langue.

Est-ce un classique d’inventer des mots pendant les crises ?

Je suis historien de la langue. Quand la pandémie est arrivée, je me suis rendu attentif car je savais qu’elle allait s’accompagner de bouleversements. La Révolution française a renouvelé tout le vocabulaire politique. Les guerres aussi sont des périodes où la langue évolue. En mai 1940, "collaboration" n’avait pas du tout le même sens qu’en juillet 1940. En trois mois, ce mot est devenu odieux. En période de crise, la langue s’adapte. C’est un outil au service des citoyens. Pendant la pandémie, elle s’est adaptée remarquablement.

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Ces personnalités inspirantes qui vont éclairer votre été

Ils sont  journalistes, universitaires, linguistes, journalistes, entrepreneurs...  Décideurs Magazine est parti à leur rencontre pour des échanges inspirants qui nourriront votre réflexion estivale.
Sommaire Trouver les mots Gabrielle Halpern : "L’hybridation représente une stratégie de survie" Vincent Cocquebert, cocon de sort ! Étienne Klein : "À mesure qu’on gagne en compétences, on perd en arrogance" J-M Ferry : "Nous n’avons pas trouvé de relégitimisation du projet européen" Delphine Horvilleur, la lumière après le tunnel Jeff Bezos. Mais où s’arrêtera-t-il ? Nicolas Hazard (Inco) : "Je rêve que l’ESS ne soit plus un secteur"

retrouvez l'intégralité du dossier Éclairez votre été : personnalités et visions inspirantes

Comment tendre vers un monde davantage hybride ? Comment la langue évolue-t-elle en temps de crise ? La société fonctionne-t-elle davantage en vase clos ? Pourquoi construire un nouveau projet européen ?  Ce mois-ci, Décideurs est allé à la rencontre de personnalités inspirantes afin de nourrir nos réflexions sur divers sujets civilisationnels passionnants.
Thierry Breton, le super commissaire

Thierry Breton, le super commissaire

Le commissaire européen est l'architecte du "monde d'après" rêvé par l'UE. Missions principales ? Obtenir une souveraineté technologique et faire émer...

A. Livet (Ipsen) : "Soutenons la filière de production de médicaments en France"

A. Livet (Ipsen) : "Soutenons la filière de production de médicaments en France"

La pandémie de Covid-19 a mis en évidence la dépendance sanitaire de la France et de l’Union européenne en matière de production et d’approvisionnemen...

Édouard Philippe, la puissance du port du Havre

Édouard Philippe, la puissance du port du Havre

Qui est vraiment l’ancien premier ministre ? Un Iznogood qui veut être calife à la place du calife ou un homme fidèle au président ? Le journaliste Tu...

Transformation de la Gare du Nord : retour sur un fiasco

Transformation de la Gare du Nord : retour sur un fiasco

Controversé depuis le début, l’immense chantier de transformation de la gare du Nord de Paris a finalement été annulé hier soir par la SNCF qui invoqu...

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Le cabinet de conseil en stratégie de communication et gestion du capital réputation, Vae Solis Communications, accueille Vincent Le Roux au sein de s...

La loi Sapin 3 pour bientôt

La loi Sapin 3 pour bientôt

Depuis cinq ans, la loi Sapin 2 représente un pilier de la lutte anticorruption en France, celle-ci ayant conduit à deux avancées majeures pour la pro...

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte