Axelle Davezac (Fondation de France) : « Transformer l’injonction sociale en opportunité business »

Témoin du nombre grandissant d’entreprises décidées à agir pour l’intérêt général, Axelle Davezac, directrice générale de la ­Fondation de France, le « premier réseau de philanthropie » du pays, l’assure : l’engagement sociétal s’apparente dorénavant pour un acteur privé à un levier de croissance.

Témoin du nombre grandissant d’entreprises décidées à agir pour l’intérêt général, Axelle Davezac, directrice générale de la ­Fondation de France, le « premier réseau de philanthropie » du pays, l’assure : l’engagement sociétal s’apparente dorénavant pour un acteur privé à un levier de croissance.

Décideurs. Selon vous, quelles mesures concrètes pourraient permettre de concilier exigence de profitabilité et prise en compte de l’intérêt général ?

Axelle Davezac. Une entreprise n’a pas vocation à s’occuper d’intérêt général au sens strict. Elle a, en revanche, une responsabilité au sein de la société, vis-à-vis de ses parties prenantes et de l’environnement dont elle se sert pour mener à bien son objet social. Plus que des mesures de gestion interne des entreprises, le plus efficace serait de modifier leurs critères d’évaluation. La valorisation des entreprises, à travers les cotations d’actions ou lors d’acquisitions, se fait principalement sur des résultats court terme. Valoriser une entreprise sur sa capacité à générer des bénéfices à long terme nécessiterait d’inclure des critères qui participent des politiques de RSE et, par extension, de l’intérêt général.

Comment faire de cette approche un levier de croissance ?

Comme le montre une étude de notre Observatoire de la philanthropie lancée début 2018, de nombreuses entreprises sont en train de transformer cette injonction sociale en opportunité business. Tout l’enjeu est de bâtir un modèle de croissance véritablement inclusif sans creuser le fossé entre les causes qui mobiliseront l’entreprise parce qu’elle y aura un intérêt commercial, et les sujets en marge comme la grande précarité ou la prison. C’est à cela que le mécénat, qui part de besoins extérieurs à l’entreprise, apporte des réponses. À la Fondation de France, nous voyons de nombreuses entreprises qui ont un ADN tourné vers le bien commun créer une fondation, en complémentarité avec leur démarche RSE.

Quel est le rôle du dirigeant dans cette nouvelle vision de l’entreprise et de sa mission ?

La Fondation de France abrite les fondations de nombreux chefs d’entreprise qui mettent la dimension collective au cœur de leur vision de l’engagement. Je pense notamment à François Lemarchand (Nature & Découvertes), Alain Cojean (chaîne de restaurants), et Charles Kloboukoff (Léa Nature Jardin Bio). Les dirigeants engagés ont tendance à miser sur les jeunes générations, particulièrement exigeantes sur ces enjeux. Il est essentiel de bien communiquer, y compris auprès des actionnaires, sur les objectifs à court et long terme d’un engagement en mécénat, pour que la dynamique soit partagée par tous.

« Une approche contraignante ne serait pas plus efficace que le mouvement spontané qui est en train de prendre de l’ampleur »

Dans quelle mesure l’État doit-il ­encourager ou réguler les entreprises afin qu’elles pensent davantage en termes d’intérêt collectif ?

Le développement du mécénat d’entreprise puis de la philanthropie individuelle depuis les années 1990, porté notamment par un dispositif législatif et fiscal sophistiqué, a montré que l’État pouvait favoriser l’implication des acteurs privés au service de l’intérêt général. Néanmoins, il me semble essentiel de préserver la liberté consubstantielle du phénomène philanthropique. De plus, l’évolution des mentalités et des comportements laisse à penser qu’une approche contraignante ne serait pas plus efficace que le mouvement spontané qui est en train de prendre de l’ampleur.

Que vous inspire le rapport Notat-Senard sur l’objet social de l’entreprise ?

Ce rapport propose de modifier le Code civil pour pouvoir faire figurer dans les statuts d’une société une « raison d’être » sociale qui cohabiterait avec l’objectif de profit. Il préconise de prévoir dans ces entreprises un comité d’impact, un dispositif d’évaluation externe et un mécanisme de reporting extra-financier. Dans les faits, la généralisation de pratiques réellement objectives d’évaluation externe reste un défi. La vigilance quant à la séparation entre intérêts privés et intérêts collectifs doit rester au cœur de ce travail.

Propos recueillis par Capucine Coquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Leadership

Certaines personnes changent le monde quand d’autres vivent une vie tranquille, s’affairent « simplement » à manager les affaires courantes. Des personnalités plus affirmées révolutionnent leur secteur, leur environnement, leur pays. Qu’il s’agisse de Xavier Niel, Mark Zuckerberg, Steve Jobs, Ghandi ou Nelson Mandela, quels sont les secrets du Leadership ?
Sommaire
Chasseurs de têtes : les stars des codir

Chasseurs de têtes : les stars des codir

Avec efficacité et discrétion, ils distillent leurs conseils aux patrons des grand groupes français et internationaux...

T. Gomes, (WeUp Learning) : "La formation mixte est devenue une alternative incontournable"

T. Gomes, (WeUp Learning) : "La formation mixte est devenue une alternative incontournable"

Agence digitale, WeUp Learning propose toutes les solutions afin d’accompagner la digitalisation de la formation. Thomas Gomes, son directeur, nous li...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

La revanche du conseil RH

La revanche du conseil RH

Influenceurs, chasseurs de têtes, bâtisseurs d’empire, ils murmurent à l’oreille des comex et codir. Pourquoi les acteurs de l’univers RH ont-ils réus...

C. Tellier (Beyond & Associés) : "Je suis un vieux startuper"

C. Tellier (Beyond & Associés) : "Je suis un vieux startuper"

Faire de la chasse autrement, tel est le pari de Beyond & Associés. Christophe Tellier, associé fondateur du cabinet, explique comment, par-delà l...

Conseils : les bâtisseurs

Conseils : les bâtisseurs

Souvent discrets mais incontournables dans leurs disciplines respectives, ils ont fait de leurs cabinets de véritables empires du conseil en stratégie...

Conseils : les influenceurs

Conseils : les influenceurs

Pas une décision n'est prise sans leur passer un coup de fil, pas un projet de loi n'émerge sans les consulter. Portraits de ces influenceurs qui murm...

A.Feld (LHH) : "Être utile et me rendre inutile"

A.Feld (LHH) : "Être utile et me rendre inutile"

Quelques mois seulement après avoir pris la direction générale de la filiale française de LHH, Aurélie Feld en est devenue la présidente en mai 2021...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte