AXA Venture Partners en passe de gérer 1 milliard d’euros en late growth

Créé par AXA en 2016, AXA Venture Partners (AVP) ouvre aujourd’hui ses véhicules d’investissement à des LPs externes et se voit confier la gestion du nouveau fonds late growth dont l’ambition est d’atteindre 1 milliard d’euros sous gestion. François Robinet, managing partner d’AVP, et Sébastien Loubry, partner en charge du développement, reviennent sur l’émergence d’un nouvel acteur qui compte dans le venture hexagonal mais également au-delà.

Créé par AXA en 2016, AXA Venture Partners (AVP) ouvre aujourd’hui ses véhicules d’investissement à des LPs externes et se voit confier la gestion du nouveau fonds late growth dont l’ambition est d’atteindre 1 milliard d’euros sous gestion. François Robinet, managing partner d’AVP, et Sébastien Loubry, partner en charge du développement, reviennent sur l’émergence d’un nouvel acteur qui compte dans le venture hexagonal mais également au-delà.

Décideurs. Après l’aventure Ardian, AXA revient dans le capital-investissement par le biais d’AXA Venture Partners. Pourquoi ce retour ?

François Robinet. AXA a toujours investi de manière importante en capital-investissement et rapidement perçu que la création de valeur passait de plus en plus par la technologie. AVP est aujourd’hui une plateforme unique d’investissement dans la technologie, regroupant plusieurs véhicules d’investissement. C’est la plateforme par laquelle tous les investissements d’AXA dans la tech passent. Et demain, AVP accueillera également des investisseurs externes. Dans la stratégie d’asset management d’AXA, il faut plutôt voir cela comme la création d’une plateforme d’investissement dans la tech plutôt qu’un retour dans le capital-investissement.

Sébastien Loubry. Susciter des liens, créer des relations entre nos sociétés en portefeuille et nos investisseurs est un élément fort de notre proposition de valeur. Nous nous efforçons ainsi, lorsque c’est opportun, d’organiser et de structurer la relation entre nos start-up et nos investisseurs et nous nous engageons à leur présenter les meilleurs interlocuteurs au sein de nos partenaires investisseurs. En particulier chez AXA. Cet apport de valeur est mis en avant par les entrepreneurs qui, très souvent, recherchent autre chose qu’uniquement du capital. C’est également un apport important pour les équipes business de nos partenaires investisseurs qui sont ainsi en contact avec des solutions tech de première catégorie dans des secteurs aussi variés que la santé digitale, l’intelligence artificielle, la fintech ou encore les logiciels SaaS et autres plateformes.

Avec un tel soutien, est-il vraiment nécessaire de faire appel à des LPs extérieurs ?

F.R. AXA est un partenaire formidable qui nous a permis en particulier de lancer nos premiers fonds. Nous abordons, quatre ans après notre création, une nouvelle étape de notre développement et l’objectif est désormais de nous ouvrir à des investisseurs externes afin de bénéficier de moyens élargis mais aussi de compléter nos différents relais et partenaires. AXA a vocation à rester un investisseur important. Pour rappel, AVP dispose de véhicules ayant des caractéristiques de risk-return différents et permettant d’investir sur tout type de sociétés technologiques, de la petite start-up à la grosse scale-up. Tout d’abord, un fonds « Early-Stage » investissant dans des start-up pré-revenus ou « early revenue » (moins de 5 millions de dollars de chiffre d’affaires).

Quel type de risque acceptez-vous dans le cadre de ce fonds ?

F.R. Nous couvrons jusqu’au risque « product market fit » : y a-t-il ou non des clients pour le produit ou le service ? S’il s’agit d’une nouvelle technologie, nous voulons également savoir s’il existe une early adoption de celle-ci. Nous ne prenons cependant jamais le risque de développement produit et voulons toujours voir un MVP avant d’investir. Le premier fonds faisait 110 millions de dollars et le second en fera 180 après le second closing et nous investissons entre 1 et 6 millions de dollars dans chaque participation, dans des start-up qui génèrent entre 0 et 4 millions de dollars de chiffre d’affaires.

"l’objectif est désormais de nous ouvrir à des investisseurs externes"

Quels sont vos autres fonds ?

S. L. Un fonds « Early Growth » investissant dans des start-up en phase d’accélération. Le risque prix dans ce fonds est le risque d’exécution, d’accélération et dans le cas d’une technologie, de diffusion large de la technologie, au-delà des « early adopters ». Habituellement, ces start-up doivent devenir break-even pendant le business plan. Le premier fonds pèse 170 millions de dollars. Nous prévoyons de lancer un fonds II courant 2021.

F.R. Et enfin, un fonds de fonds qui investit globalement dans les meilleurs fonds tech du marché. Le premier fonds faisait 170 millions de dollars et le second en fera 250. Nos cibles sont des fonds allant du seed au late growth. L’objectif est de sélectionner, mais surtout d’avoir accès aux meilleurs fonds de la planète (top quartile) et de gérer activement la diversification entre « vintage », style d’investissement, stade d’investissement, géographie...

S. L. AVP se positionne aujourd’hui comme une plateforme dédiée aux investissements dans le monde de la tech. Nous gérons aujourd’hui plus de 600 millions d’euros (avant le lancement du nouveau fonds Late Growth) avec une présence aux États-Unis à San Francisco et à New York, en Europe à Paris et à Londres) et plus récemment à Hong-Kong pour accompagner nos sociétés dans leur développement en Asie. Notre équipe provient en grande majorité du monde de l’investissement (DN capital, FTV, etc.). AVP a réalisé à ce jour 42 investissements dans des entreprises (33 en early stage et neuf en early growth) et dix investissements dans des fonds.

Quels profils d’entreprises regardez-vous ?

F. R. Nous prêtons beaucoup d’attention aux équipes dirigeantes, qui sont pour nous le critère prioritaire, tout en nous efforçant de conserver une approche souple. Tout en appréciant d’avoir un véritable rôle au côté des entrepreneurs, nous pouvons investir, co-investir, toujours en minoritaire, avec des tickets compris entre 1 et 20 millions de dollars. Sectoriellement, nous nous voulons agnostiques avec quelques verticales privilégiées :  la santé digitale, la cybersécurité, les nouvelles plateformes, les fintech/insurtech, ou encore les techs appliquées à l’univers RH. Plusieurs de nos sociétés ont connu récemment des phases fortes d’accélération : SecurityScorecard et Contrast Security dans le domaine de la cybersécurité, Phenom People dans le domaine du Talent management, happytal dans les services aux personnes dans l’univers hospitalier ou encore Policygenius aux États-Unis dans le domaine de l’insurtech.

S. L. Côté business development, nous avons sécurisé de nombreuses relations commerciales entre nos sociétés et AXA. L’objectif, dans les prochains mois, sur ce sujet est désormais double : renforcer ces liens et les consolider, mais également étendre nos relations d’affaires au-delà d’AXA avec des leaders comme LVMH, Accor, etc. dans chaque secteur.

En quoi l’équipe d’AVP se distingue-t-elle en matière de stratégie d’investissement ?

F. R. Notre approche s’est immédiatement voulue globale, nous permettant ainsi d’être au plus près des écosystèmes innovants. À cela s’ajoute un prisme « tech » ainsi que de fortes compétences sectorielles, quel que soit le niveau de maturité des sociétés ou des fonds dans lesquels nous investissons. La qualité de notre équipe combinée à la discipline de nos process permet ainsi d’être aux meilleurs standards du marché et d’être en capacité d’investir aux côtés des meilleurs fonds du marché.  Enfin, la capacité de mise en relation avec nos investisseurs, AXA en particulier, nous a permis de nous différencier d’autres fonds.

S. L. Pour donner un exemple sur l’un de nos fonds, je citerais le produit Fonds de fonds. Ce dernier est actuellement ouvert à des investisseurs externes et présente des caractéristiques très intéressantes pour des investisseurs qui souhaitent commencer à investir sur la tech, mais sans savoir ou commencer et quels fonds choisir. Nous leur garantissons une diversification forte (tant géographique que sectorielle) et surtout un accès aux meilleurs fonds du monde. Le fonds de fonds s’appuie sur la plateforme globale développée par AVP pour identifier les meilleurs fonds où qu’ils soient.

"AVP se positionne aujourd’hui comme une plateforme dédiée aux investissements dans le monde de la tech"

Quelle est votre expérience en matière de fonds de fonds ?

F. R. Notre premier vintage – 175 millions de dollars sous gestion – est déployé à plus de 60 % dans une dizaine de fonds. L’allocation est diversifiée, tant en matière de taille des fonds souscrits que de géographie. Nous complétons ainsi notre présence territoriale en Europe et aux États-Unis avec l’Asie, où il est encore difficile d’être présent directement pour le moment, Israël et les pays émergents.

Et pour le venture ?

S. L. Les 110 millions de dollars de notre premier vintage early stage sont déjà entièrement investis en Europe et aux États-Unis. Pour le moment, aucune sortie n’a été réalisée mais nous recevons plusieurs marques d’intérêt sur certaines sociétés. Nous commençons les investissements de notre deuxième fonds avec trois opérations réalisées à ce jour.

F. R. Sur les 170 millions de dollars de notre premier fonds « Growth », nous avons investi plus de 100 millions de dollars dans neuf participations. Comme indiqué auparavant, nous prévoyons déjà de lancer le deuxième véhicule en 2021 avec un objectif compris entre 250 millions d’euros et 300 millions.

Vous vous êtes récemment vu attribuer la gestion d’un nouveau fonds late growth…

F. R. AXA a récemment répondu de façon positive à l’initiative du président Macron dans le sillage du rapport Tibi. AXA a ainsi confirmé son souhait d’investir 250 millions d’euros pour lancer un fonds « Late growth ». Le fonds devrait faire 1 milliard de dollars et investir des tickets entre 25 millions et 75 millions sur des sociétés de plus de 50 millions de dollars de chiffre d’affaires, voire pré-IPO. Le risque que prend ce fonds est le risque d’internationalisation, d’adoption de la technologie, du service ou du business model en dehors du marché initial ou le risque de lancement de nouveaux produits. Il s’agit d’investir dans des sociétés qui ambitionnent de devenir des « global leaders ». AVP sera en charge de gérer ce nouveau fonds, qui complète bien la gamme de nos produits existants et qui nous permettra d’investir à tous les stades de développement des sociétés technologiques. C’est un engagement fort de la part d’AXA et une confirmation que la plateforme AVP est solide et de long terme pour investir dans la tech.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

X.Ouvrard (Babilou Family) : "Il nous fallait un partenaire qui relève le défi et nous pousse à aller plus loin"

X.Ouvrard (Babilou Family) : "Il nous fallait un partenaire qui relève le défi et nous pousse à alle...

Le réseau de crèches Babilou Family, créé en 2003 en France, leader en Europe et très présent à l’international, poursuit sa croissance malgré une ann...

S. Andries (Vestiaire Collective) & le cabinet Dechert : "La connaissance de la société par le conseil est prioritaire"

S. Andries (Vestiaire Collective) & le cabinet Dechert : "La connaissance de la société par le conse...

En 2021, Vestiaire Collective, spécialiste de la vente de vêtements et d’accessoires d’occasion de luxe, est devenu l’une des licornes françaises de l...

Ledger intègre le troupeau des licornes françaises

Ledger intègre le troupeau des licornes françaises

Le courtier de portefeuille de cryptomonnaies Ledger boucle un nouveau tour de table de 380 millions de dollars. Désormais valorisé 1,23 milliard de d...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

V. Malka (Teknowlogy Group) : "En IT, la France a été la plus touchée de l'Europe de l'Ouest"

V. Malka (Teknowlogy Group) : "En IT, la France a été la plus touchée de l'Europe de l'Ouest"

Conseil des entreprises du secteur du numérique, des éditeurs de logiciels aux sociétés de services, PAC - teknowlogy Group propose son offre à des en...

Économie : état des lieux par Geoffroy Roux de Bézieux

Économie : état des lieux par Geoffroy Roux de Bézieux

Alors que le gouvernement amorce la sortie des aides exceptionnelles, déconfinement oblige, les sujets ne manquent pas : de la réforme des retraites a...

Aramis s’apprête à entrer en Bourse

Aramis s’apprête à entrer en Bourse

Aramis se prépare à lancer son introduction en Bourse sur le marché coté Euronext 40. Créée en 2001, l’entreprise a su se démarquer de la concurrence...

F. Balochard (Coruscans) : "L’industrie du private equity a gagné en maturité depuis 2008"

F. Balochard (Coruscans) : "L’industrie du private equity a gagné en maturité depuis 2008"

La pandémie n’en finit pas de maintenir dirigeants et investisseurs dans un brouillard d’incertitudes. Frédéric Balochard, associé-fondateur de la soc...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte