Avocats, quel modèle de cabinet pour quelle rémunération ?

Les avocats profitent de la reprise économique et de la guerre des talents que mènent les cabinets. Deux paramètres qui ont entraîné une importante augmentation de leur rémunération ces deux dernières années.

Les avocats profitent de la reprise économique et de la guerre des talents que mènent les cabinets. Deux paramètres qui ont entraîné une importante augmentation de leur rémunération ces deux dernières années.

« Pris globalement, les cabinets d’avocats ont augmenté la rémunération de leurs avocats de 7 % à 15 %, commente Ian De Bondt, directeur associé de Fed Legal. Et la seule raison, c’est la concurrence qu’ils se mènent. » Le marché se dispute les meilleurs, et la façon la plus efficace de les attirer, dès la première année, consiste à tirer vers le haut les rétrocessions d’honoraires. La progression démarre généralement chez les firmes américaines qui interviennent sur les deals aux montants les plus élevés. Bien que certains cabinets français « haute couture » aient fait de même avant leurs concurrents anglo-saxons. Des primes exceptionnelles ont été versées, même en milieu d’année. Le profil le plus recherché ? L’avocat mid-level spécialiste des fusions-acquisitions. « On observe une vraie guerre des talents », confirme Florence Ropion, dédiée au marché des avocats chez Robert Walters.

Ce sont surtout les bonus qui augmentent quand le fixe reste relativement stable. Ils peuvent  représenter 50 % de la gratification annuelle dans les cabinets ayant une importante activité M&A et qui affichent des effectifs resserrés, selon la chasseuse de têtes. Cela vaut pour les collaborateurs mais aussi pour les associés. L’activité des cabinets d’avocats augmente, il leur faut grandir pour assurer un service adapté à leurs clients. Pour les partners, tout dépend du système de rémunération déterminé par leur structure d’exercice (lire au-dessous). Avec un pur lockstep, les marges de manœuvre sont restreintes. En revanche, en cas de eat what you kill, tout est possible.

Les cabinets français full service

Il s’agit de la catégorie de cabinet à la fois la plus répandue et la plus diverse. Ces structures, tirées par une activité M&A, sont organisées de telle sorte que l’ensemble des besoins des entreprises soient remplis (tax, concurrence, social, IP, IT…). Il existe autant de fourchettes de rémunération que d’associés dirigeants et de typologie de clientèles.


Les cabinets de niche

Ce sont ceux qui ont choisi de proposer un service de pointe dans une matière du droit (social, fiscal, concurrence, public des affaires, private equity…) afin de dupliquer les méthodes, de diminuer les coûts et de garantir une expertise adaptée à tout type de clientèle. Certains sont de toutes petites boutiques lorsque d’autres dépassent la centaine d’avocats.


La haute couture française

Ce sont les cabinets français fondés par des entrepreneurs visionnaires qui conseillent le CAC 40 et les grands groupes internationaux pour leurs activités en France. Le M&A représente souvent la moitié de leur activité, auquel s’ajoutent le fiscal, le financement, le restructuring, le contentieux… Très attentifs à leur profitabilité, ils fonctionnent à la méritocratie. Leur positionnement sur les deals les plus importants leur permet de dépasser les limites des rémunérations observées ailleurs sur le marché.


Les firmes du Magic Circle

Le Magic Circle réunit les quatre firmes d’origine britannique dont le niveau de profitabilité est le plus élevé : Clifford Chance, Linklaters, Allen & Overy et Freshfields Bruckhaus Deringer. Ces prestigieux cabinets conseillent des entreprises qui leur ressemblent : le fleuron de l’économie française et les institutions financières. Ils fonctionnement historiquement au lockstep, un système qui est de plus en plus aménagé pour intégrer des critères de performance.


Les cabinets américains large cap

Concurrents directs du Magic Circle, ces cabinets américains installés à Paris souvent depuis plus d’un demi-siècle s’appuient sur leur réseau international pour accompagner les grands groupes internationaux dans leurs activités en France. Les transactions constituent leur corps de métier, auquel ils ajoutent le contentieux ou l’arbitrage international. Leur système de rémunération, soit à points soit à la performance, permet de recomposer les « dealmakers » à hauteur du chiffre d’affaires réalisé.

 

Les cabinets internationaux mid-cap

Le plus souvent d’origine britannique ou américaine, ou les deux par l’effet de fusions, ces cabinets conseillent et accompagnent des entreprises étrangères de taille intermédiaire. Parfois installés récemment sur le marché français, ils bénéficient à la fois d’un réseau international, d’une souplesse dans les modes de facturation et de systèmes de rémunération à points particulièrement sophistiqués.



Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Professions du droit : enquête sur les rémunérations édition 2019

Directeurs juridiques, juristes, compliance officers, avocats ou fiscalistes... quelle rémunération pour quel mode d'exercice du droit ? Décideurs publie la nouvelle édition de sa grande enquête : grilles de salaire, courbes de croissance, éléments de comparaison, analyse du marché de l'emploi et décryptages.
Sommaire Êtes-vous payé à votre juste valeur ? Droit en entreprise : quels salaires ? Fiscalité, une spécialité payante Droit social : tout dépend de la structure d'exercice Experts du M&A, des rémunérations en hausse Français vs Anglo-saxons : le poids du droit Business development : une fonction incontournable pour les avocats À robe égale, rémunération égale Collaboration libérale : le casse-tête de la clientèle personnelle
Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

L’AFA annonce une enquête sur l’état des dispositifs anticorruption en entreprise

L’AFA annonce une enquête sur l’état des dispositifs anticorruption en entreprise

L’Agence française anticorruption a annoncé le lancement d’une nouvelle enquête. L’objectif de ce diagnostic : faire un état des lieux des dispositifs...

Marc Mossé retrouve August Debouzy

Marc Mossé retrouve August Debouzy

Il y a deux décennies, Marc Mossé commençait sa carrière d’avocat chez August Debouzy. Un passage par le monde de l’entreprise et par l’AFJE plus tard...

Edgar Avocats : un an d’existence, des recrutements externes et de beaux dossiers

Edgar Avocats : un an d’existence, des recrutements externes et de beaux dossiers

En décembre 2020, Guillaume Bredon quittait brl avocats, qu’il avait ouvert vingt ans plus tôt, pour fonder Edgar Avocats. Après une première année dy...

Simon Associés se renforce en contentieux des affaires

Simon Associés se renforce en contentieux des affaires

Vanessa Ruffa rejoint Simon Associés. Elle intègre le département contentieux et arbitrage du cabinet d’affaires en qualité d’associée.

Squair crée un département droit public

Squair crée un département droit public

Quentin Maujeul s’associe au cabinet Squair. Il y animera le nouveau département consacré au droit public.

The Line, nouvelle boutique de droit des sociétés et fiscalité

The Line, nouvelle boutique de droit des sociétés et fiscalité

Caroline Zimbris-Golleau et Alexandra Ménard s’associent et lancent The Line, un cabinet spécialisé en droit des sociétés et fiscalité, mais aussi com...

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

La cour d’appel de Paris, qui avait annulé la mise en examen du cimentier pour complicité de crimes contre l’humanité, a opéré hier un revirement. Laf...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message