Autorité bancaire européenne : vol agité pour Paris

Le choix de Paris comme futur siège de l’Autorité bancaire européenne (ABE) a créé la surprise le 20 novembre dernier. Grâce au vote du Conseil de l’Union européenne dont l’issue lui a été favorable, la France gagne un centre de décisions unique pour le secteur bancaire. Les porteurs de la candidature parisienne partagent leur satisfaction avec celle, plus retenue, du régulateur.
Canary Wharf, siège londonien de l’ABE. Les deux baux proposés par le gouvernement, l’un à la Défense, l’autre dans le triangle d’or, sont arrivés à expiration fin décembre faute de réponse de la part des autorités européennes.

Le choix de Paris comme futur siège de l’Autorité bancaire européenne (ABE) a créé la surprise le 20 novembre dernier. Grâce au vote du Conseil de l’Union européenne dont l’issue lui a été favorable, la France gagne un centre de décisions unique pour le secteur bancaire. Les porteurs de la candidature parisienne partagent leur satisfaction avec celle, plus retenue, du régulateur.

Un grand soulagement s’est fait sentir parmi le personnel », se souvient Philippe Allard au moment du vote. Celui dont le titre anglo-saxon de head of policy coordination au sein de l’ABE s’apparente à celui de directeur de cabinet. L’homme originaire de Sèvres se dit lui-même particulièrement satisfait : « Dans mon projet de carrière à l’étranger, je n’imaginais pas que ce serait mon employeur qui s’installerait dans mon pays d’origine ! » Et pourtant, par effet direct du Brexit, tous les régulateurs européens basés à Londres sont relocalisés. Le déménagement de l’ABE est prévu tout au long du second semestre 2018, avec une mise en service début 2019. Et même si le régulateur a déjà fait ses cartons une fois par le passé depuis sa création en novembre 2010, passant du centre de Londres au quartier de Canary Wharf, l’opération de relocalisation est extrêmement rare dans le milieu des institutions européennes.

Des allers-retours le week-end

La décision aurait pu créer un véritable raz-de-marée parmi les membres de l’Autorité bancaire. En effet, les 180 personnes travaillant à l’élaboration de la réglementation financière européenne, auxquelles il faut associer quelques consultants réguliers, ne maîtrisent pas leur destinée qui reste entre les mains des décideurs européens. Et, passé la surprise du vote de la sortie du Royaume Uni de l’Union européenne, l’incertitude résidait dans le choix de la localisation du futur siège. Paris, en concurrence alors avec Bruxelles, Luxembourg, Francfort, Varsovie, Vienne, Prague et Dublin, n’a jamais fait figure de favorite. Et lors des sondages informels du personnel de l’ABE, organisés par la direction pour évaluer le taux de défections dû au déménagement, la capitale française n’est jamais sortie en premier vœu. Néanmoins, elle remplit les principaux critères pour ceux qui ont décidé de suivre le mouvement – un chiffre encore impossible à déterminer : elle présente un tissu urbain développé, doté de structures accueillantes pour les familles, et elle est propice aux déplacements en Europe. Les infrastructures scolaires internationales, le système médical performant, le parc immobilier florissant de la région parisienne ainsi que la diversité des opportunités professionnelles pour les conjoints constituent également des arguments majeurs en faveur de sa candidature. « La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse est venue à Londres nous présenter le groupe de personnes missionnées pour nous accompagner », rassure Philippe Allard. De plus, dans la mesure où « les 28 nationalités de l’Union européenne sont représentées à l’ABE, nous apprend Philippe Allard, et que certains conservent leur famille dans leur pays d’origine et font les allers-retours le week-end », il devient évident que des villes comme Varsovie ou Vienne ne facilitent pas l’organisation de la vie privée des membres de l’institution. « Au sein de mon équipe d’une vingtaine de personnes, précise ce haut cadre, les défections ont surtout été motivées par le souhait de ne pas quitter Londres. » Paris ou une autre ville, aucune option n’aurait retenu ces démissionnaires.

« On part du principe que notre activité ne va pas changer »

Mais au centre de ce choix réside avant tout la force de la place financière de Paris. Sur son dossier de candidature, la capitale se présente d’ailleurs comme la première en Europe. Pour l’association dirigée par Gérard Mestralet, Paris Europlace, parmi les raisons qui penchent en faveur de la Ville Lumière, il faut citer le fait qu’elle est le premier centre de business avec 33 entreprises françaises leaders mondiales dans leur secteur, le siège de quatre banques dans les dix plus importantes d’Europe, le deuxième marché de l’assurance, la première Bourse d’actions de la zone euro, etc. Plus important encore pour l’ABE, Paris est le siège de l’Esma, son homologue du secteur des marchés financiers. Le régulateur bénéficiera dès lors de l’expérience française de son allié et profitera de cette proximité pour approfondir leur collaboration. Avec l’Eiopa (l’autorité européenne des assurances et des pensions) et l’Esma, l’ABE forme un comité paritaire pour l’adoption de règles communes en matière de titrisation, de blanchiment d’argent ou encore de protection du consommateur face aux monnaies virtuelles. Et si chaque régulateur conserve son indépendance, la proximité de l’ABE avec l’ACPR et l’AMF facilitera les échanges. « On part du principe que notre activité ne va pas changer, explique Philippe Allard. Nous organisons des consultations publiques des banques européennes et non européennes et des filiales ou succursales de banques en amont de l’élaboration de nouveaux standards. Nous verrons bien si leur participation depuis Paris sera aussi significative qu’à Londres. »

Un retard qui n’inquiète personne

En attendant, du côté de Bercy, qui pilote l’installation du régulateur, les équipes sont en mouvement. « Il se passe des choses », assure-t-on entre les murs du cabinet de Bruno Lemaire. Un mouvement néanmoins ralenti par la lourdeur des procédures européennes. Le planning élaboré lors de la candidature de Paris subit un important retard. Les deux baux proposés par le gouvernement, l’un à la Défense, l’autre dans le triangle d’or, sont arrivés à expiration fin décembre faute de réponse de la part des autorités européennes. L’ABE a, depuis, publié un nouvel appel d’offres, auquel pouvaient d’ailleurs répondre de nouveau les deux bailleurs sélectionnés par l’État français. « Nos propositions étaient des illustrations, d’ailleurs jugées convaincantes. Mais heureusement nous n’avons pas que deux bâtiments disponibles », répond-on à Bercy. Le choix final devrait être fait avant le mois de juillet, permettant ainsi aux équipes de mettre en branle le déménagement, dont les coûts sont encore tenus secrets. Le régulateur peut cependant compter sur une subvention française d’un million et demi d’euros qui permettra de couvrir une partie des frais de transport et d’honorer les premiers loyers. Le report n’inquiète donc personne. Tout sera prêt pour la sortie effective du Royaume Uni de l’Europe.

Prendre le dessus en Europe

L’importance de Paris pour l’industrie bancaire s’en trouve dès lors renforcée. Son tissu économique était d’ailleurs un argument de poids dans le choix de Paris par le Conseil européen. « Paris est un centre financier de taille, confirme Philippe Allard, qui ne craint pas la comparaison avec Londres. C’est aussi un élément qui joue beaucoup dans notre satisfaction. » Et si le gouvernement à l’époque de Manuel Valls a si bien peaufiné son dossier de candidature avant de jouer de diplomatie lors des deux tours de vote, c’est justement pour que la capitale française prenne le dessus en Europe. Les perspectives sont réjouissantes : le régulateur des banques devrait prochainement voir ses pouvoirs croître grâce à la réflexion qui se tient à Bruxelles sur la coordination des institutions financières européennes et le renforcement de leur contrôle sur le respect de la réglementation. Bercy y tient, tout comme l’ABE elle-même qui, dénuée de pouvoir de sanction sur l’industrie bancaire, pourrait faire valoir une autorité renforcée auprès des régulateurs nationaux et de la Banque centrale européenne. Le ministère de l’Économie parle « d’amélioration de la gouvernance, du fonctionnement interne vers plus d’autonomie et de nouveaux champs d’action ». L’Esma par exemple pourrait intervenir en matière d’agrément des fonds d’investissement. Déjà, certaines banques non européennes ont saisi l’enjeu de ce nouveau centre de décisions financières et prévoient d’y installer leur siège. C’est le cas de Banque of America, HSBC ou encore Goldman Sachs. Et depuis peu, le marché entend parler des 200 salariés de JP Morgan à Londres que la banque envisage de relocaliser en France.

Ce déplacement de La City à Paris intéresse également le marché de l’emploi. Au sein de l’ABE, on a déjà commencé à se constituer une réserve de potentiels nouveaux membres, anticipant les défections de dernier moment. Les intitulés de poste sont formulés en termes généraux afin de combler les chaises vides et ainsi de poursuivre une activité sans rupture. Les Français sont d’ores et déjà en première ligne pour ces recrutements.

Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Jean-Jacques Neuer (Cabinet Neuer) : « La solution est de prévoir sa succession le plus en amont possible »

Jean-Jacques Neuer (Cabinet Neuer) : « La solution est de prévoir sa succession le plus en amont pos...

Si la suppression de l’ISF a rassuré les collectionneurs quant à l’exonération de leurs œuvres d’art, Jean-Jacques Neuer, avocat expert du marché de l...

Antoine Mahé (Artcurial) : « Les voitures de collection constituent un investissement sûr »

Antoine Mahé (Artcurial) : « Les voitures de collection constituent un investissement sûr »

Après des années de croissance exponentielle, la cote des automobiles de collection marque légèrement le pas. Pour Antoine Mahé, spécialiste chez Artc...

Vin : ruée vers l'or rouge

Vin : ruée vers l'or rouge

Devenue valeur refuge notamment depuis la crise, le vin est un actif qui attire de plus en plus d’investisseurs. Intimement lié au plaisir, il peut s’...

Art : collectionner sans s'exposer

Art : collectionner sans s'exposer

Solide depuis la crise des années 2000, le marché de l’art ne séduit plus seulement les riches passionnés. Amateurs et curieux en quête de diversifica...

Création de Clairmont Novus Avocats

Création de Clairmont Novus Avocats

Delphine Ganoote-Mary et Laurent Barissat unissent leur force et leurs expertises complémentaires en IP/IT pour créer Clairmont Novus Avocats.

Vanessa Benichou prend la tête de King & Spalding France

Vanessa Benichou prend la tête de King & Spalding France

L’avocate spécialiste du contentieux et de l’arbitrage international vient d’être nommée managing partner de l’équipe parisienne de King & Spalidi...

Gilles Le Gendre, l’idéal ?

Gilles Le Gendre, l’idéal ?

Successeur de Richard Ferrand à la tête du groupe LREM, le député de Paris doit remobiliser une majorité qui demande plus d’écoute de la part de l’exé...

Affaire Benalla : la Cnil s’en mêle

Affaire Benalla : la Cnil s’en mêle

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) lance un contrôle à propos du délai de conservation des images de vidéoprotection fou...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message