Aurore Gaspar (Boursorama) : « Les banques en ligne peuvent être rentables »

Première banque en ligne avec plus de 1,5 million de clients, Boursorama envisage de franchir la barre des deux millions d’utilisateurs d’ici à fin 2019, en avance d’un an sur les prévisions. Dans un secteur ultra-concurrentiel, elle se démarque en affichant les frais bancaires les plus bas et l’offre produit la plus complète. Suffisant pour atteindre la rentabilité ? Entretien avec la directrice générale adjointe de Boursorama.

© Julien Millet

Première banque en ligne avec plus de 1,5 million de clients, Boursorama envisage de franchir la barre des deux millions d’utilisateurs d’ici à fin 2019, en avance d’un an sur les prévisions. Dans un secteur ultra-concurrentiel, elle se démarque en affichant les frais bancaires les plus bas et l’offre produit la plus complète. Suffisant pour atteindre la rentabilité ? Entretien avec la directrice générale adjointe de Boursorama.

Décideurs. Comment expliquez-vous le succès des banques en ligne ?

Aurore Gaspar. Il y a trois raisons principales à cela. La première est que les consommateurs sont plus matures pour ce type de solutions. Hier, disposer d’un compte dans une banque 100 % en ligne pouvait faire peur. Aujourd’hui, les mentalités ont changé. Nous le voyons dans l’accélération de notre conquête de nos nouveaux clients. Par ailleurs, les consommateurs sont de plus en plus sensibles à la question des  frais bancaires. Ils veulent savoir pour quels services ils paient et pourquoi ils doivent s’acquitter de ce montant. Troisième point, les banques sur Internet sont celles qui proposent, grâce à leur innovation, la meilleure expérience client en ligne.

Comment vous différenciez-vous dans un secteur très concurrentiel ?

Notre credo est de permettre au client de se débrouiller tout seul. Ce positionnement nous rend plus compétitifs. En matière de frais bancaires, cela fait dix ans de suite que nous sommes élus banque la moins chère, et cela quel que soit le profil (jeunes actifs, classique ou premium). Nous innovons également en permanence pour fournir la meilleure expérience. Nous pouvons réaliser un crédit immobilier sans aucun rendez-vous physique. Enfin, nous proposons toujours plus de nouveaux services. Nous avons par exemple lancé une offre de carte gratuite sans minimum de revenus qui séduit particulièrement les jeunes.

« Nous préférons raisonner en termes de résultat net hors frais marketing »

Dans un tel environnement, quel modèle économique construire ?

Deux éléments demeurent essentiels : la taille et la diversité des produits proposés. Étant leader du secteur avec plus de 1,5 million d’utilisateurs, nous sommes bien positionnés sur ce premier point. Et nous continuons de croître de manière significative. Au cours du premier semestre, nous avons acquis plus de 240 000 nouveaux clients. En 2016, il nous avait fallu un an pour y arriver. Sur le deuxième point, nous travaillons en permanence pour diversifier nos offres et produits. Aujourd’hui, nos clients ont en moyenne 13 000 euros de dépôt et  5 000 de crédit. Plus de 500 000 comptes, contrats et prêts ont été ouverts et octroyés sur le premier semestre 2018, soit 50 % de plus par rapport à l’année passée.

Vous continuez néanmoins à dépenser beaucoup pour conquérir de nouveaux clients. Dans ces conditions, pensez-vous pouvoir atteindre l’équilibre financier ?

Oui, les banques en ligne peuvent être rentables. Notre budget marketing est un poste important vu notre fort rythme de croissance, mais nous ne cessons de l’optimiser. Notre coût d’acquisition a ainsi baissé de 25 % entre 2016 et 2018. Une fois acquis, nous n’avons pas les mêmes coûts fixes qu’une banque traditionnelle. C’est pourquoi nous préférons pour le moment raisonner en termes de résultat net hors frais marketing. De ce point de vue, nous sommes déjà rentables. En parallèle, nous continuons de réduire nos dépenses : notre nombre de conseillers pour un million de clients est passé de 219 en 2016 à 150 cette année.

Quelle relation entretenez-vous avec les fintechs ?

Ayant une volonté de toujours innover, nous surveillons avec attention ce qui se passe sur notre marché. Nous n’avons néanmoins pas mis en place une veille structurée. Chaque collaborateur est amené à faire ce travail. Si cela peut nous permettre de développer de nouveaux produits, nous n’hésitons pas à entrer en contact avec elle pour nouer des partenariats ou même plus. En 2015, nous avons par exemple fait l’acquisition de Fiduceo, une start-up techno dans l’agrégation de comptes et le rapprochement de factures.

Propos recueillis par Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Internet mobile : Cuba s’ouvre (un peu) sur le monde

Internet mobile : Cuba s’ouvre (un peu) sur le monde

La grande île caribéenne connaît une petite révolution dans le secteur des nouvelles technologies avec le déploiement d’un réseau 3G.

IKKS fait peau neuve

IKKS fait peau neuve

Lourdement endetté, le groupe de prêt-à-porter premium a dû restructurer son capital pour régler sa situation financière. Les créanciers ont accepté d...

Sanofi et Bioverativ, un deal sans effusion de sang

Sanofi et Bioverativ, un deal sans effusion de sang

Sanofi a enfin mis un pied dans le secteur des maladies rares ! En rachetant la biotech américaine Biovertiv pour 11,6 milliards de dollars, Sanofi s’...

Safran décolle enfin avec Zodiac

Safran décolle enfin avec Zodiac

La patience de Safran a fini par payer. Huit ans auront été nécessaires pour que l’OPA amicale engagée sur Zodiac Aerospace aboutisse. Outre les quest...

EssilorLuxottica voit les choses en grand

EssilorLuxottica voit les choses en grand

Ils se sont dit oui. Depuis octobre, Essilor et Luxoticca font maison commune pour devenir leader mondial de l’optique. Au sein de la direction, la pa...

Idex souffle le froid et le chaud

Idex souffle le froid et le chaud

Valorisé près de 1,5 milliard d’euros à la suite d’un LBO tertiaire, l’opérateur intégré d’infrastructures énergétiques ambitionne de franchir la barr...

Goldman Sachs rentre dans le jeu de Voodoo pour 200 M$

Goldman Sachs rentre dans le jeu de Voodoo pour 200 M$

Les incursions de la banque de financement et d’investissement sur le segment des sociétés françaises en hypercroissance sont rares. C’est dire le pot...

Face à Apple, Microsoft défend ses valeurs

Face à Apple, Microsoft défend ses valeurs

Le 30 novembre dernier, Microsoft a brièvement dérobé à Apple la place de première capitalisation boursière mondiale. Un succès qui est le reflet de l...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message