Aurore Gaspar (Boursorama) : « Les banques en ligne peuvent être rentables »

Première banque en ligne avec plus de 1,5 million de clients, Boursorama envisage de franchir la barre des deux millions d’utilisateurs d’ici à fin 2019, en avance d’un an sur les prévisions. Dans un secteur ultra-concurrentiel, elle se démarque en affichant les frais bancaires les plus bas et l’offre produit la plus complète. Suffisant pour atteindre la rentabilité ? Entretien avec la directrice générale adjointe de Boursorama.

© Julien Millet

Première banque en ligne avec plus de 1,5 million de clients, Boursorama envisage de franchir la barre des deux millions d’utilisateurs d’ici à fin 2019, en avance d’un an sur les prévisions. Dans un secteur ultra-concurrentiel, elle se démarque en affichant les frais bancaires les plus bas et l’offre produit la plus complète. Suffisant pour atteindre la rentabilité ? Entretien avec la directrice générale adjointe de Boursorama.

Décideurs. Comment expliquez-vous le succès des banques en ligne ?

Aurore Gaspar. Il y a trois raisons principales à cela. La première est que les consommateurs sont plus matures pour ce type de solutions. Hier, disposer d’un compte dans une banque 100 % en ligne pouvait faire peur. Aujourd’hui, les mentalités ont changé. Nous le voyons dans l’accélération de notre conquête de nos nouveaux clients. Par ailleurs, les consommateurs sont de plus en plus sensibles à la question des  frais bancaires. Ils veulent savoir pour quels services ils paient et pourquoi ils doivent s’acquitter de ce montant. Troisième point, les banques sur Internet sont celles qui proposent, grâce à leur innovation, la meilleure expérience client en ligne.

Comment vous différenciez-vous dans un secteur très concurrentiel ?

Notre credo est de permettre au client de se débrouiller tout seul. Ce positionnement nous rend plus compétitifs. En matière de frais bancaires, cela fait dix ans de suite que nous sommes élus banque la moins chère, et cela quel que soit le profil (jeunes actifs, classique ou premium). Nous innovons également en permanence pour fournir la meilleure expérience. Nous pouvons réaliser un crédit immobilier sans aucun rendez-vous physique. Enfin, nous proposons toujours plus de nouveaux services. Nous avons par exemple lancé une offre de carte gratuite sans minimum de revenus qui séduit particulièrement les jeunes.

« Nous préférons raisonner en termes de résultat net hors frais marketing »

Dans un tel environnement, quel modèle économique construire ?

Deux éléments demeurent essentiels : la taille et la diversité des produits proposés. Étant leader du secteur avec plus de 1,5 million d’utilisateurs, nous sommes bien positionnés sur ce premier point. Et nous continuons de croître de manière significative. Au cours du premier semestre, nous avons acquis plus de 240 000 nouveaux clients. En 2016, il nous avait fallu un an pour y arriver. Sur le deuxième point, nous travaillons en permanence pour diversifier nos offres et produits. Aujourd’hui, nos clients ont en moyenne 13 000 euros de dépôt et  5 000 de crédit. Plus de 500 000 comptes, contrats et prêts ont été ouverts et octroyés sur le premier semestre 2018, soit 50 % de plus par rapport à l’année passée.

Vous continuez néanmoins à dépenser beaucoup pour conquérir de nouveaux clients. Dans ces conditions, pensez-vous pouvoir atteindre l’équilibre financier ?

Oui, les banques en ligne peuvent être rentables. Notre budget marketing est un poste important vu notre fort rythme de croissance, mais nous ne cessons de l’optimiser. Notre coût d’acquisition a ainsi baissé de 25 % entre 2016 et 2018. Une fois acquis, nous n’avons pas les mêmes coûts fixes qu’une banque traditionnelle. C’est pourquoi nous préférons pour le moment raisonner en termes de résultat net hors frais marketing. De ce point de vue, nous sommes déjà rentables. En parallèle, nous continuons de réduire nos dépenses : notre nombre de conseillers pour un million de clients est passé de 219 en 2016 à 150 cette année.

Quelle relation entretenez-vous avec les fintechs ?

Ayant une volonté de toujours innover, nous surveillons avec attention ce qui se passe sur notre marché. Nous n’avons néanmoins pas mis en place une veille structurée. Chaque collaborateur est amené à faire ce travail. Si cela peut nous permettre de développer de nouveaux produits, nous n’hésitons pas à entrer en contact avec elle pour nouer des partenariats ou même plus. En 2015, nous avons par exemple fait l’acquisition de Fiduceo, une start-up techno dans l’agrégation de comptes et le rapprochement de factures.

Propos recueillis par Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Jaguar et Land Rover électrisent le canal pro

Jaguar et Land Rover électrisent le canal pro

L’an passé, les deux constructeurs ont introduit des motorisations hybrides rechargeables dans leurs gammes. Laurent Letourneur, Directeur Marketing e...

Coralie Oger et son équipe arrivent chez Scotto Partners

Coralie Oger et son équipe arrivent chez Scotto Partners

Grâce à l’arrivée de Coralie Oger, de Pierre Lumeau et de Caroline Vieren en provenance de FTPA, la boutique française spécialiste du management packa...

F. Duval (Amazon France) : "Seule une PME sur huit utilise des solutions de vente en ligne"

F. Duval (Amazon France) : "Seule une PME sur huit utilise des solutions de vente en ligne"

Amazon France comptera 14 500 collaborateurs à la fin de l'année et se place aujourd'hui comme un acteur de la digitalisation. Frédéric Duval, son dir...

Intermarché et le groupe Casino signent un nouveau partenariat en matière d’achats

Intermarché et le groupe Casino signent un nouveau partenariat en matière d’achats

Les deux grandes chaînes de la distribution alimentaire, Intermarché et Casino, annoncent un partenariat stratégique pour une période de 5 ans, en mat...

François Pelen, comment le fondateur de Point Vision casse les codes

François Pelen, comment le fondateur de Point Vision casse les codes

Diplômé de HEC, cet ophtalmologue a déroulé sa carrière dans le privé avant de fonder Point Vision. Gérés comme des entreprises, ses centres médicaux...

Démarrage réussi pour Stellantis

Démarrage réussi pour Stellantis

Quelques semaines après l’officialisation de leur fusion, PSA et FCA dévoilaient des résultats 2020 dans le vert malgré un contexte difficile pour le...

STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs

STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs

Certaines entreprises ont vu leur croissance de 2019 fondre l’année suivante. Pour le concepteur franco-italien de semi-conducteurs, c’est l’inverse....

VallJet, la bonne altitude

VallJet, la bonne altitude

La compagnie aérienne VallJet, spécialisée dans l’aviation privée, se déploie en France et devrait bientôt se lancer en Europe. En un an, son chiffre...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte