« Aujourd’hui, la fonction de leader ne s’exerce plus par le titre »

Jean-Baptiste Danet, président de Croissance Plus et coprésident de l’entreprise de communication et de stratégie de marque Ipanema, voit dans l’entreprise libérée une évidence et dans le leadership qui s’y pratique un art de plus en plus complexe et déconnecté des anciennes notions de statut et d’autorité. Éclairant.
Entretien avec Jean-Baptiste Danet. Président, Croissance Plus, coprésident, Ipanema

Jean-Baptiste Danet, président de Croissance Plus et coprésident de l’entreprise de communication et de stratégie de marque Ipanema, voit dans l’entreprise libérée une évidence et dans le leadership qui s’y pratique un art de plus en plus complexe et déconnecté des anciennes notions de statut et d’autorité. Éclairant.

Décideurs. Qu’est-ce qui caractérise une entreprise libérée ?

Jean-Baptiste Danet. Une chose est certaine, ce ne sont ni l’open space ni le baby-foot qui font l’entreprise libérée, mais le fait de laisser les talents s’exprimer pleinement hors cadres figés. Cela implique une organisation reposant à la fois sur des valeurs communes et sur des libertés individuelles ; une organisation agile, capable d’anticiper les changements perpétuels du monde extérieur, de s’y adapter, voire de les anticiper en favorisant l’ouverture de chacun sur le monde. Et bien sûr, cela implique une nouvelle façon d’envisager les relations hiérarchiques, en accord avec les évolutions de la société, et notamment avec le fait que les nouvelles générations voient l’entreprise comme un lieu d’épanouissement, pas comme une entité confiscatoire de libertés !

 

Quels avantages l’entreprise tire-t-elle de cette nouvelle forme d’organisation et à quels risques celle-ci l’expose-t-elle ?

Les avantages sont multiples. Non seulement ce type de fonctionnement et d’organisation permet de fidéliser les talents et de les faire fructifier, mais il contribue à la réputation de l’entreprise, à ce qui fait la valeur de sa marque employeur. Autrement dit, cela permet de donner envie – aux collaborateurs en place d’y rester, aux talents extérieurs d’y entrer – en créant une fierté d’appartenance. Mieux, un désir d’appartenance, ce qui est fondamental : avoir envie de travailler tire vers le haut, crée une émulation et une motivation. Avoir besoin de le faire tire vers le bas, puisque cela relève d’une obligation et donc s’apparente à une contrainte.

 

Comment s’organise le pouvoir dans ce type d’entreprises décloisonnées et « déhiérarchisées » ?

L’entreprise libérée s’organise autour de l’idée non plus de pouvoir mais de savoir : les notions de statut et de hiérarchie n’y ayant plus le même poids, toute forme d’autorité tire sa légitimité du savoir, des compétences techniques et des qualités humaines essentielles comme la compréhension et l’écoute. Le management intermédiaire est plus dans la coconstruction, le partage et l’échange que dans le dirigisme, son rôle consistant surtout aujourd’hui à s’assurer que chacun a sa place dans un projet commun. Dans une entreprise libérée, la hiérarchie est là pour libérer les talents tout en veillant à ce que ceux-ci s’expriment dans un cadre donné et conformément à des valeurs communes, ce qui est très différent de ce qu’était sa mission par le passé.

 

Le leadership peut-il s’exercer hors d’une structure hiérarchisée ?

Tout à fait, puisque le leadership est une attitude ; un exercice de « savoir-être » assorti d’une capacité à faire évoluer et fructifier les talents et les personnalités ensemble ; ce qui, encore une fois, ne relève plus du pouvoir décrété et statutaire.

 

Quelles sont les qualités essentielles d’un leader dans une entreprise libérée ? En quoi diffèrent-elles de celles requises dans une organisation classique ?

être leader n’a jamais été aussi complexe que ça l’est aujourd’hui. C’est devenu une fonction qui ne s’exerce plus par le titre mais par la légitimité que confèrent des aptitudes comme la capacité d’écoute, l’empathie et, encore une fois, l’aptitude à mettre en collaboration des talents. Cela requiert une très grande intégrité et beaucoup de savoir-faire. D’autant que, dans une entreprise libérée, cela s’exerce hors prérogatives et territoires traditionnels d’autorité.

 

Propos recueillis par Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Leadership

Certaines personnes changent le monde quand d’autres vivent une vie tranquille, s’affairent « simplement » à manager les affaires courantes. Des personnalités plus affirmées révolutionnent leur secteur, leur environnement, leur pays. Qu’il s’agisse de Xavier Niel, Mark Zuckerberg, Steve Jobs, Ghandi ou Nelson Mandela, quels sont les secrets du Leadership ?
Sommaire
F. Johner (Aldi) : "Nous assumons notre modèle de discounter et cherchons à le réinventer chaque jour"

F. Johner (Aldi) : "Nous assumons notre modèle de discounter et cherchons à le réinventer chaque jou...

Le secteur de la distribution connaît de grands remaniements. Le directeur général adjoint d’Aldi France, Franck Johner, revient sur la reprise de plu...

McKinsey se sépare de son patron

McKinsey se sépare de son patron

Les associés du cabinet de conseil n’ont pas voté le renouvellement du mandat de Kevin Sneader, selon le Financial Times. Le rôle joué par la firme am...

X. Desmaison (Antidox) & J.-M. Bally (Aster) : "Le grand sujet, c’est de repenser le fonctionnement des entreprises"

X. Desmaison (Antidox) & J.-M. Bally (Aster) : "Le grand sujet, c’est de repenser le fonctionnement...

Xavier Desmaison, président du groupe de stratégie de communication Antidox, et Jean Marc Bally, fondateur du fonds de venture capital Aster, ont réce...

F. Rech (McAfee) : "Je recherche des personnes avec des capacités d’innovation"

F. Rech (McAfee) : "Je recherche des personnes avec des capacités d’innovation"

Fondée en 1987 à San Jose, McAfee enregistrait en 2020 un chiffre d’affaires de 2,9 milliards de dollars, en hausse de 10 % sur un an. L’éditeur de lo...

P. Prouvost (Pernod Ricard) : " Les consommateurs se dirigent vers les marques artisanales"

P. Prouvost (Pernod Ricard) : " Les consommateurs se dirigent vers les marques artisanales"

Pernod Ricard a réalisé pas moins d’une douzaine d’acquisitions ces cinq dernières années. Philippe Prouvost, son directeur stratégie et M&A, déta...

Ardian cède Photonis à HLD

Ardian cède Photonis à HLD

Le fonds Ardian va finalement céder le spécialiste français de la vision nocturne Photonis à HLD pour 370 millions d’euros. Une opération qui met fin...

Jean-Pierre Mustier lance son Spac

Jean-Pierre Mustier lance son Spac

L'ancien patron d'Unicredit succombe lui aussi à la mode du Spac. C'est avec le concours de Tikehau Capital, Financière Agache et Diego De Giorgi que...

P. de Passorio (Adyen) : "Il ne faut jamais se couper du marché"

P. de Passorio (Adyen) : "Il ne faut jamais se couper du marché"

Convaincus que les solutions de paiements actuelles sont dépassées, Pieter van der Does et Arnout Schuijff cofondent en 2006 Adyen, une plateforme qui...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte