Au travail, attention à l’effet Big Brother

Si de nombreux outils permettent de travailler de chez soi ou de gagner du temps, d’autres peuvent servir à espionner les salariés en toute discrétion…

Si de nombreux outils permettent de travailler de chez soi ou de gagner du temps, d’autres peuvent servir à espionner les salariés en toute discrétion…

La crise sanitaire qui dure depuis plus d’une année aura une conséquence qui peut ravir bon nombre de salariés. Les entreprises ont été contraintes de développer le télétravail et réalisent que ce mode de fonctionnement n’a pas eu d’impact sur la productivité. Un retour à la case « tout bureau pour tout le monde » semble inenvisageable. Désormais, la possibilité de travailler de chez soi quelques jours par semaine est un incontournable pour attirer les meilleurs talents. Le tout grâce à des outils qui permettent réunions à distance, partage de fichiers ou management efficace. Mais dans cette massification du télétravail, un angle mort semble quelque peu négligé. Si elles le veulent, certaines entreprises peuvent très facilement espionner leurs collaborateurs. Un employeur peut potentiellement se transformer en big brother espionnant les salariés directement sur leur poste de travail, du bureau, ou de chez eux. L’avènement du patron ou du manager Big Brother serait-elle venue ? Le quotidien professionnel pourrait-il avoir un petit air de 1984 ? Oui, si certains outils sont utilisés à mauvais escient.

Salariés sous surveillance ?

Ainsi, l’intelligence artificielle (IA) de Cogito Corp, qui propose une application pour centres d’appels, est capable de scruter vos appels téléphoniques et d’analyser le ton de votre voix en s’appuyant sur 200 signaux spécifiques dans le but de déterminer votre niveau d’empathie envers l’interlocuteur. Les données historiques issues de centaines de conversations permettent ensuite de dégager des tendances, voire des difficultés afin d’améliorer le relationnel. Cela fonctionne aussi avec la voix des clients, ce qui permet par exemple de détecter la réceptivité d’une personne par rapport à la proposition de vente. Idéal pour améliorer la relation client. Ou pour voir qui est motivé et qui ne l’est pas…

D’autres logiciels basés sur l’IA permettent de prédire quel employé est le plus susceptible de démissionner ou de tomber malade. Certains, comme Ekran ou Veriato, se consacrent à suivre en permanence ce que fait l’employé qui travaille à distance en prenant des captures d’écran à intervalles irréguliers en enregistrant toutes ses actions. Veriato est ainsi capable de déterminer le temps non productif (passé par exemple à consulter les news ou la météo – et compare même les statistiques des employés entre eux). Ekran dispose de son côté d’un système basé sur l’IA qui analyse le comportement de l’utilisateur et alerte en cas de déviation. Outre le fait que ces outils posent de nombreux problèmes éthiques, lorsque l’IA peut déterminer qu’un niveau de performance n’est pas aligné, pourquoi ne déciderait-elle pas de licencier l’employé sur le champ ? On imagine les difficultés humaines, techniques et légales qu’un tel comportement pourrait induire…

Gilles Lancrey

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

D. Marie-Jeanne (Hartwood), "La formation coûte trop cher ? Essayez l’ignorance !"

D. Marie-Jeanne (Hartwood), "La formation coûte trop cher ? Essayez l’ignorance !"

Comment rendre opérationnelles de jeunes recrues tout en améliorant sa marque employeur ? En proposant, comme le fait Hartwood, un programme d’on-boar...

Wemean : "La raison d’être est plus que jamais un levier de transformation concrète"

Wemean : "La raison d’être est plus que jamais un levier de transformation concrète"

Les quatre associés et cofondateurs du cabinet Wemean plaident pour une raison d’être concrète et opérationnelle à tous les niveaux de l’organisation....

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Aides aux entreprises, baromètre, mentorat… Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées revient sur les initiatives destinées à...

G. Halpern (philosophe), "L’hybridation représente une stratégie de survie"

G. Halpern (philosophe), "L’hybridation représente une stratégie de survie"

Classes, évènements, télétravail, formations, etc : la crise sanitaire a consacré le règne de l’hybride. Mais comment dissocier ce qui en relève vraim...

"Oui, malgré le télétravail, le bureau reste indispensable"

"Oui, malgré le télétravail, le bureau reste indispensable"

Certains, conquis par le télétravail, ne veulent retourner au bureau qu'avec parcimonie. Pour autant, le bon vieil open space semble promis à un bel a...

F. Zocchetto (PayFit) : "Nous voulons devenir leader européen des solutions RH"

F. Zocchetto (PayFit) : "Nous voulons devenir leader européen des solutions RH"

En mars 2021, la start-up française PayFit a bouclé une nouvelle levée de fonds de 90 millions d'euros. L'entreprise, qui a connu une croissance à deu...

S. Spindler (Tryba) : " La digitalisation, sans les hommes,  cela ne fonctionne pas "

S. Spindler (Tryba) : " La digitalisation, sans les hommes, cela ne fonctionne pas "

Les forces commerciales du spécialiste des menuiseries Tryba ont réussi à tirer leur épingle du jeu pendant la crise sanitaire grâce à la digitalisa...

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus, prendra la tête du leader mondial de la beauté à compter du 1er mai. La récompense ultime pour ce fidèle de la maison qui a grimpé...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte