Au Japon, une sérénité mise en doute par le Coronavirus

Le Japon a rapidement maîtrisé la propagation du Covid-19. Jusqu'à afficher une certaine insouciance, malgré une menace toujours présente. À tel point que l’état d’urgence n'a été déclaré que sous la pression de l’opinion publique et des médecins.

Le Japon a rapidement maîtrisé la propagation du Covid-19. Jusqu'à afficher une certaine insouciance, malgré une menace toujours présente. À tel point que l’état d’urgence n'a été déclaré que sous la pression de l’opinion publique et des médecins.

Cette année encore, avec l'apparition fin mars des premières fleurs de cerisiers, l'hanami a attiré des milliers de Japonais dans les parcs. Le contraste avec les capitales européennes, enfermées dans la lutte contre le Covid-19, ne pouvait être plus saisissant.

Et pourtant, dès l'apparition des premiers cas, en janvier, les mégapoles du Japon semblaient cernées par leur proximité avec la Chine et la Corée du Sud, où les cas s'envolaient. Sa population – 35,88 millions de Japonais ont plus de 65 ans – faisait craindre de nombreuses victimes à venir. Mais très rapidement, la courbe épidémique s'est aplatie, n'annonçant que rarement plus de 500 nouveaux cas par jour, pour un bilan officiel de 400 décès fin avril.

Une distanciation culturelle

Un succès porté par l'adoption sans peine des gestes barrières : lavage des mains et distanciation physique font déjà partie de la culture japonaise. Tout comme le port de masques. Le Japon, malgré sa production nationale élevée, n'a pourtant pas échappé aux pénuries. Mais les stocks détenus dans chaque foyer, renouvelés chaque hiver pour se protéger de la grippe, ont limité ce risque.

Sans oublier un système de santé dessiné pour la prise en charge à l'hôpital des personnes âgées. On comptait ainsi, en 2017, près de 13,1 lits pour 10 000 habitants au Japon, contre 6 en France. Une politique coûteuse, en pleine réforme pour privilégier les soins à domicile, mais qui protège aujourd'hui les plus fragiles face à l'épidémie.

Un plan pour encourager ses industriels à quitter la Chine

Depuis le début de l'épidémie, le Premier ministre Shinzo Abe s'est attaché à protéger l'économie. Un important plan de soutien de 915 milliards d'euros a été annoncé. Il prévoit notamment une enveloppe de plus de 2 milliards d'euros pour aider ses entreprises, en particulier dans le secteur électronique, à déplacer des capacités de production actuellement en Chine vers le Japon ou un pays tiers.

Le Japon, malgré sa production nationale, n'a pas échappé aux pénuries

Le gouvernement japonais a par ailleurs ajouté mi-avril l'industrie de la santé à la liste de ses secteurs stratégiques, qui font l'objet d'une enquête systématique pour toute prise de participation de capital supérieure à 1 % par un groupe étranger. Une façon de les protéger des influences étrangères, et d'éviter le risque de détournement de produits de santé stratégiques, comme les vaccins, médicaments, les masques ou encore les respirateurs.

Rassurer une population…

Comme Taïwan, le Japon s'est rapidement méfié des informations rassurantes de la Chine voisine, en réduisant drastiquement ses liaisons aériennes. En janvier, près d'un million de chinois se sont rendus au Japon. Ils n'étaient plus que 89 000 en février. Mais pour le reste, Tokyo s'est surtout contenté de recommandations : les écoles fermées ont accueilli les enfants plusieurs semaines durant pour faire leurs devoirs. Le télétravail, conseillé, n'a pas tellement convaincu les entreprises, et les bars et restaurants ont été autorisés à rester ouverts pendant la journée. Surtout, aucun dépistage massif de la population n'a été organisé en dehors des principaux clusters.

Une stratégie assumée par Shigeru Omi, épidémiologiste et conseiller du gouvernement japonais, qui veut d'abord éviter une vague d’inquiétude démesurée au sein de la population. Une façon de reconnaître aussi que les chiffres sont sous-estimés, et que la mortalité est sans doute plus élevée que celle affichée officiellement.

… qui s'inquiète de plus en plus

Mais si l'épidémie est stabilisée, elle ne diminue pas encore, et semble même s'accélérer dans certaines préfectures. Progressivement, les hôpitaux entrent en zone rouge. Tokyo, qui compte 848 lits de soins intensifs, accueille ainsi 903 patients atteints d'une forme grave de Covid-19.

Sous la pression de la population, l'état d'urgence a finalement été décrété le 7 avril par le gouvernement, toujours miné par ses hésitations et ses considérations économiques. À tel point que les autorités locales ont fini par prendre le relais, en multipliant les alertes et en imposant des mesures coercitives dans les régions les plus touchées. Jusqu'à la mise à l'arrêt, le 25 avril, des grandes villes japonaises, où le trafic a soudainement chuté. Une prise de conscience volontaire, sans doute salvatrice, qui marque aussi la fin de l'exception japonaise, face à un Coronavirus bien difficile à éliminer.

Fabien Nizon

Retrouvez ici notre dossier spécial "Gagner la guerre sanitaire"

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gagner la guerre sanitaire : cas pratiques, armes et boucliers

La guerre sanitaire contre le Covid-19 se joue sur de très nombreux terrains. Déclarations politiques, plans d'action, stratégies de déconfinement, cas pratiques pays, mais aussi armes sanitaires pour remporter la bataille contre le virus, telles que les masques, respirateurs et vaccins, Décideurs fait le point sur cette pandémie inédite en ampleur.
Sommaire La bataille du vaccin est lancée A.Calvo (NG Biotech) : "Nous pourrons produire un million de tests par mois en juillet" Essais cliniques. Où en est la recherche ? Tracer les cas contacts : l'apport "indispensable" des applications numériques de tracing Contrôles de température : indispensable plan B contre les clusters de Covid-19 Demain, ouvrez une porte avec le pied ! L'immunité, clé d'une guerre d'usure contre le Covid-19 Coronavirus au Brésil, le fiasco Bolsonaro Isolement des malades, le casse-tête français Stop Covid, double feu vert !
Edito : Chine - Russie, une relation (très) déséquilibrée

Edito : Chine - Russie, une relation (très) déséquilibrée

La guerre en Ukraine oblige Moscou à se tourner vers Pékin. Un choix contrait qui pourrait pénaliser la Russie à moyen-terme

Les défis de Pap Ndiaye à l’Éducation nationale

Les défis de Pap Ndiaye à l’Éducation nationale

Renouer avec les enseignants, relever le niveau des élèves, promouvoir l’enseignement républicain… Plusieurs chantiers majeurs attendent le nouveau mi...

Parti socialiste : bientôt l’implosion ?

Parti socialiste : bientôt l’implosion ?

L’accord noué avec LFI crée plus de remous que prévu au parti socialiste qui subit une fronde venue en grande partie du Sud-Ouest. La vieille maison n...

Gabriel Attal, un coup de jeune pour les comptes publics ?

Gabriel Attal, un coup de jeune pour les comptes publics ?

Nommé ministre délégué au Budget, le trentenaire hérite d'un poste qui sert de tremplin.

Catherine Colonna, l’expérimentée du Quai d'Orsay

Catherine Colonna, l’expérimentée du Quai d'Orsay

Peu connue du grand public, la nouvelle ministre des Affaires étrangères est pourtant l’une des diplomates les plus chevronnées de l’Hexagone. La chir...

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Une relative stabilité, peu de débauchages, des ministres et des députés promus : voici les principales informations sur le nouveau gouvernement.

Logement : ministère amer

Logement : ministère amer

Malgré les interpellations multiples dénonçant une campagne au cours de laquelle la question du logement est restée très secondaire, en dépit des aler...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message