J.-P. Viennois (Bret Bremens) : "Nos équipes possèdent un très haut niveau de technicité juridique"

J.-P. Viennois (Bret Bremens) : "Nos équipes possèdent un très haut niveau de technicité juridique"
Jean-Pierre Viennois, associé fondateur de Bret Bremens

Deux ans après la création de Bret Bremens, Jean Pierre Viennois, associé fondateur du cabinet, dresse le bilan de l’activité de cette association pluriprofessionnelle réunissant avocats et notaires.

Décideurs. Deux ans après la création de votre structure réunissant avocats et notaires, quel bilan faites-vous de l’activité du cabinet ? 
Jean-Pierre Viennois.
À la création du cabinet début 2019, nous étions 20 personnes dont 13 avocats et nous totalisions un chiffre d’affaires consolidé de 2 millions d’euros. Début 2021, après deux ans d’existence, nous avons plus que doublé notre effectif ; nous comptons désormais une quarantaine de personnes, dont 30 avocats. Notre chiffre d’affaires a connu une hausse de 125 % sur la même période. L’activité des notaires n’est pas restée en marge de cette croissance. L’étude est en outre devenue multi-office avec l’absorption d’une étude parisienne. 

Quelles synergies avez-vous pu développer au sein de cette association ­pluriprofessionnelle ? 
Les avocats et notaires sont regroupés en un même lieu ce qui favorise grandement le travail en équipe et le développement d’une culture d’entreprise commune. Concernant nos activités, nous travaillons en étroite collaboration sur de nombreux dossiers comme ceux impliquant la transmission patrimoniale du chef d’entreprise ou des actionnaires ; nous travaillons ici ensemble par exemple sur les donations de parts sociales ou d’actions et les transmissions successorales. Nos associés notaires travaillent par ailleurs avec les principaux promoteurs immobiliers lyonnais pour la mise en place, la validation de dossiers sur le plan de l’urbanisme, le conseil au montage de l’opération et l’assistance à la commercialisation. Et nous intervenons en complément de leurs prestations sur toutes les problématiques d’ingénierie sociétaire notamment dans la structuration juridique du promoteur, la gestion des relations entre investisseurs, la gestion des accords de co-promotion ou encore dans la mise en place de pactes d’associés ou de joint venture entre promoteurs. Cette synergie nous a permis de développer nettement notre activité en immobilier, à tel point que nous avons recruté le 1er janvier 2020 Rodolphe Auboyer-Treuille, un associé spécialiste des baux commerciaux et professionnels, accompagné par deux avocats. D’autre part, cette synergie se perçoit à travers le chiffre d’affaires réalisé sur des dossiers traités en commun, qui a ­quadruplé entre 2020 et 2021.

"Au cours des deux dernières années, nous avons doublé notre effectif et notre chiffre d'affaires" 

Historiquement, vous êtes très bien positionné en droit de la santé. Avez-vous été particulièrement sollicité depuis le début de la crise sanitaire ? 
Le cabinet Bret Bremens est effectivement intervenu sur des problématiques particulières liées au contexte de la crise du ­Covid-19, essentiellement dans le cadre de la mise en place de partenariats entre établissements de santé publics et privés. Il a aussi conseillé un groupe de laboratoires d’analyses de biologie médicale sur la mise en place de contrats de sous-traitance avec un groupement hospitalier, ayant pour objet la réalisation de tests Covid. Certains de nos clients, du secteur privé, nous ont également sollicités au moment de la mise en œuvre des mesures gouvernementales qui ont conduit entre autres à une monopolisation de leurs lits d’hospitalisation au profit de l’activité hospitalière publique. 
D’autres sujets, tels que la mise en place de mesures Covid dans l’entreprise, la prise en charge des rémunérations et le recours au chômage partiel, ou le financement notamment lié au recours aux PGE et autres modes exceptionnels de structuration financière, ont mobilisé nos compétences. En somme, nous sommes restés actifs aux côtés de nos clients afin de leur apporter l’assistance nécessaire pour surmonter cette période difficile.

Hormis ce contexte, quels autres types dossiers vous ont occupé ?
Au cours de ces derniers mois, nous avons mené plusieurs opérations significatives principalement dans les domaines de la finance et du corporate/M&A. Nous avons par exemple accompagné un groupe d’établissements sanitaires et sociaux en vue de l’acquisition d’un petit groupe d’établissements de santé totalisant 150 millions d’euros de chiffre d’affaires et plus de 1 500 salariés. Nous avons également conseillé un acteur majeur de la distribution des assurances (April) dans le cadre d’une prise de participation au sein d’une plateforme collaborative de crédit et assurance. Nous avons réalisé une opération originale de constitution d’un fonds d’investissement participatif innovant disposant d’un capital initial de dix millions d’euros. Nous avons aussi accompagné le concessionnaire du fleuve Rhône dans la mise en œuvre de son développement et l’acquisition d’un parc éolien.  
En droit du travail, nous avons participé à la négociation d’un accord de rupture conventionnelle collective dans le secteur 
de l’industrie. Dans le domaine du restructuring, nos équipes ont réalisé l’étude et la mise en œuvre d’une liquidation amiable internationale de société dans le cadre de la réorganisation d’un groupe industriel ­international.

Sur quoi repose l’ADN du cabinet ? 
Nos équipes possèdent un très haut niveau de technicité juridique. Beaucoup de nos juristes sont universitaires. Tous sont spécialisés dans un domaine spécifique du droit. Autre élément essentiel à nos yeux, la qualité de vie au cabinet, qui contribue largement à la performance de nos collaborateurs ainsi qu’à leur bien-être personnel. Ce qui nous vaut aujourd’hui d’être régulièrement recommandés par nos équipes à des candidats en quête de stage ou de collaboration. Le nombre des candidatures spontanées pour exercer chez nous a explosé. 

"La qualité de vie au cabinet contribue largement à la performance de nos collaborateurs"

Quelles sont vos perspectives de développement ? 
Nous préparons la création de nouveaux pôles de compétences notamment en droit des assurances (avec l’arrivée prochaine comme associée de Sabine Abravanel-Jolly et comme consultante permanente d’Axelle Astegiano-Larizza, toutes deux maîtres de conférences à l’université Lyon 3, anciennes directrices de l’Institut des assurances de Lyon et cofondatrices du Bulletin juridique de droit des assurances) et en droit des associations et fondations. Certains de nos domaines d’activité traditionnels seront renforcés, notamment le département santé, grâce à l’arrivée d’un spécialiste français du droit pénal médical, Patrick Mistretta (professeur à l’université Lyon 3, directeur du Centre de droit pénal) en qualité de consultant permanent. Au total, nous prévoyons dix avocats et consultants supplémentaires d’ici à la fin de l’année 2021.
Par ailleurs, nous avons récupéré des ­locaux supplémentaires pour notre bureau à Lyon et bénéficierons ainsi désormais de près de 3 000 m2 d’espace professionnel. 
À Paris, nous nous sommes installés dans de nouveaux bureaux situés à l’angle de l’avenue de l’Opéra et de la rue de l’Échelle (face à l’Autorité de la concurrence) dans le courant du mois de février 2021. La mise en place d’un pôle consolidé en droit de la concurrence est d’ailleurs à l’étude...  Enfin, la fusion avec les notaires en vue de former une seule entité juridique (SPE), sera formalisée le 1er juillet 2021. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les Décideurs Juridiques 2020-2021

Retrouvez notre dossier issu du Guide des Décideurs Juridiques 2021-2021.
Sommaire
Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message