Astrid Panosyan-Bouvet : "Emmanuel Macron a séduit une partie de la droite et gardé le centre-gauche"

La macronie part à l’assaut des dernières circonscriptions LR de Paris. Parmi elles, la quatrième où se présente Astrid Panosyan-Bouvet, cofondatrice d’En marche et administratrice d’Air-France KLM.

La macronie part à l’assaut des dernières circonscriptions LR de Paris. Parmi elles, la quatrième où se présente Astrid Panosyan-Bouvet, cofondatrice d’En marche et administratrice d’Air-France KLM.

Décideurs. Vous êtes cadre dirigeante dans le secteur privé. Pourquoi descendre dans l’arène électorale ?

Astrid Panosyan-Bouvet : Depuis plusieurs années, la montée de l’extrême droite en France est préoccupante et, désormais, il faut faire avec une extrême gauche qui se structure, grandit et constitue une menace pour la démocratie, l’universalisme et la laïcité. Pour le pays, le risque de paralysie est réel. Je souhaite me présenter pour continuer à défendre à l’Assemblée nationale des idées pro-européennes, sociales et libérales. Même si je me revendique de la société civile, j’ai une certaine expérience du milieu politique puisque j’ai été conseillère d’Emmanuel Macron lorsqu’il était à Bercy et que je fais partie des cofondateurs d’En marche. Cette proximité avec le Président est d’ailleurs un atout pour la circonscription.

Vous vous présentez dans la quatrième circonscription de Paris, quelle est la sociologie ?

Elle regroupe une grande partie du XVIIe arrondissement qui comprend notamment les quartiers des Ternes, Monceau, de Champeret-Berthier mais aussi la partie nord du XVIe arrondissement. Elle est plutôt aisée, le revenu moyen y est plus élevé qu’à Paris, mais elle est plus diverse qu’on ne l’imagine. Ce serait trop simple de la cantonner aux "beaux quartiers".

Globalement, il s’agit tout de même d’une circonscription bourgeoise où la droite est traditionnellement très implantée. Pourtant Emmanuel Macron a terminé largement en tête au premier tour. Le macronisme s’est-il droitisé ?

Parler de droitisation ne me paraît pas totalement justifié. Lors du premier tour de la présidentielle de 2022, Emmanuel Macron est parvenu à garder un solide socle de centre-gauche qui, auparavant, votait socialiste. Le Président a réalisé de très bons résultats dans d’anciennes zones PS comme la Bretagne. C’est somme toute logique puisque de nombreuses avancées sociales ont eu lieu ces cinq dernières années : reste à charge zéro sur les lunettes, dédoublement des classes de CP et CE1 dans les écoles classées REP (réseaux d’éducation prioritaire).

Cela dit, en regardant les résultats de l’ouest parisien, naguère fief LR, on constate que les électeurs de droite ont, pour beaucoup, rallié la majorité en 2022. C’est un électorat pragmatique, qui a compris que 2017 n’était pas un "accident" de l’histoire. Il a pris conscience qu’il était nécessaire de dépasser les clivages sur les questions d’emploi, d’apprentissage, de politique étrangère…

Les électeurs qui, naguère, penchaient à droite ont été séduits par la politique européenne et internationale menée par le Président, par le "quoi qu’il en coûte", la politique pro-entreprise incarnée par des mesures comme la baisse de l’impôt sur les sociétés…

Sur le terrain, quels sont les sujets les plus mentionnés par les électeurs ?

Je note qu’ils sont les mêmes dans les quartiers HLM ou les zones plus huppées. La santé est souvent mise en avant : urgences engorgées, prise en charge de la dépendance, Ehpad… La sécurité est souvent mentionnée, notamment le vol à la tire en pleine croissance dans la circonscription. L’écologie, la difficulté à se loger, les questions de recrutement et de formation reviennent souvent. Globalement, les habitants que je rencontre évoquent plus un angle national que local.

En cas d’élection, quelles sont les thématiques que vous souhaiteriez défendre ?

J’aimerais siéger à la commission des Affaires sociales et œuvrer sur les questions de grand âge, de santé et de dépendance.

Propos recueillis par Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Ce détail qui devrait alarmer la gauche française

Ce détail qui devrait alarmer la gauche française

Si la gauche regagne de l’influence à l’Assemblée nationale, un examen de la carte électorale met en lumière une situation préoccupante : une concentr...

Djibouti, tour de contrôle des puissances étrangères

Djibouti, tour de contrôle des puissances étrangères

Enclavée entre l’Érythrée, l’Éthiopie et la Somalie, et regardant le Yémen dans les yeux, la république de Djibouti constitue, au-delà de son indiscut...

Communication de Gérald Darmanin, Chat le fait

Communication de Gérald Darmanin, Chat le fait

Marine Le Pen n'est pas la seule à tenter d'amadouer les électeurs en instrumentalisant de charmantes boules de poils. Boris, le matou de Gérald Darma...

Comment Macron, Mélenchon ou Zemmour séduisent les geeks

Comment Macron, Mélenchon ou Zemmour séduisent les geeks

Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon ou Éric Zemmour draguent sans vergogne les amateurs de jeux-vidéo. Une stratégie qui permet en réalité de s’adress...

Législatives : Marine Le Pen peut dire merci à Éric Zemmour

Législatives : Marine Le Pen peut dire merci à Éric Zemmour

Déjouant tous les pronostics, le RN fait son entrée en force à l’Assemblée nationale tandis que Reconquête n’a placé aucun candidat au second tour. Ér...

Législatives, vers une France ingouvernable ?

Législatives, vers une France ingouvernable ?

Une majorité sortante qui boit la tasse, un RN qui ne se voyait pas si haut, une Nupes principale force d’opposition, LR qui perd des sièges mais gagn...

Infographies : les grandes questions qui se posent après le premier tour des législatives

Infographies : les grandes questions qui se posent après le premier tour des législatives

Beaucoup de députés ont-ils été élus au premier tour ? Est-ce plus que d’habitude ? Combien de ministres ont-ils été contraints à la démission après u...

Stanislas Guerini, dans la bataille du second tour

Stanislas Guerini, dans la bataille du second tour

En duel avec une candidate EELV, le délégué général de la République en marche va tenter de conserver son siège dans une circonscription traditionnell...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message