Assurance habitation, des protections sur-mesure…

Pour quelques dizaines d’euros supplémentaires, notre contrat d’assurance habitation peut couvrir un large spectre de risques du quotidien. Entre offres de base et options parfois très utiles, on fait le point.

Pour quelques dizaines d’euros supplémentaires, notre contrat d’assurance habitation peut couvrir un large spectre de risques du quotidien. Entre offres de base et options parfois très utiles, on fait le point.

Le saviez-vous ? Si l’assurance habitation pour un locataire est obligatoire la loi n’impose aucune souscription d’assurance habitation aux propriétaires. A une exception près, cependant : ceux d’entre eux résidant au sein d’une copropriété doivent être à minima couverts par une responsabilité civile afin de palier les éventuels dégâts pouvant toucher les parties communes. Pas obligatoire donc, mais dans tous les cas fortement recommandée. Et pour cause : en l’absence de celle-ci, et en cas de problème, les charges incomberont entièrement à l’habitant des lieux sinistrés quand une assurance multi-risques aurait pu conséquemment alléger ses frais. D’où son indiscutable utilité ! Mais que couvre donc ce type de contrat qu’on signe bien souvent sans avoir lu toutes les clauses, faute d’en comprendre toujours les tenants et les aboutissants ?

Les offres de base

Quel que soit l’assureur choisi les formules multirisques habitation comprennent une responsabilité civile, et couvre les principaux périls (dégâts des eaux, incendies, catastrophes naturelles) ainsi que les actes de terrorisme et les catastrophes technologiques (les dégâts causés par un chantier ou par une usine aux alentours, par exemple). Bien sûr, elles nous garantissent également une assistance, et (souvent) une prise en charge en cas de déplacements nécessaires ou de relogement temporaire suite à un sinistre. Pour le reste ? C’est à chacun son choix, selon la formule choisie dans le panel d’options proposé par les différentes sociétés d’assurance. Ainsi, on l’oublie bien souvent mais les conséquences d’un cambriolage ou d’un acte de vandalisme ne sont pas systématiquement incluses dans les offres de base. De même pour les bris de vitres. A nous donc, au moment de la souscription, de ne pas nous limiter au strict minimum si l’on veut éviter les mauvaises surprises au premier pépin ! Et de choisir le contrat le mieux adapté à notre profil et aux risques qu’on sait potentiellement encourir (du moins si l’on se fie à de simples facteurs comme notre zone géographique, notre profession, ou simplement notre configuration familiale).

Quelles options choisir ?

Parmi les options les plus communément proposées, on trouvera bien entendu les dépannages d’urgence liées à la serrurerie, l’électricité, le gaz ou la plomberie (souvent proposés 7j/7, 24H/24), les vols et actes de vandalisme, les bris de vitres ou de meubles, les dégâts électriques et la casse ou le vol de nos appareils high tech (mobiles, tablettes, ordinateurs ou téléviseurs). Nombre d’assureurs proposent aussi de couvrir les dommages extérieurs (ceux pouvant surgir au jardin, notamment), de même que les soucis rencontrés sur nos piscines, spas ou jacuzzis. Bref, les possibilités sont grandes.

Reste alors à choisir l’assureur qui nous couvrira le mieux. Et sur ce point l’offre est évidemment pléthorique. Entre les sociétés au profil "classique", les établissements bancaires, ceux disponibles uniquement en ligne et les enseignes ancrées dans l’évolution de nos sociétés et qui revendiquent des assurances « éthiques et engagées » (comme Axa, labellisée « assurance citoyenne »), notre choix dépend bien souvent - outre les tarifs et couvertures proposés - de notre philosophie de vie, intime et personnelle. Parce qu’après tout c’est bien dans notre vie de tous les jours que ces contrats d’assurance habitation nous accompagnent !

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 3 décembre 2020

La veille urbaine du 3 décembre 2020

Un budget de 2,7 Mds€ pour l'Anah en 2021, BNP Paribas REIM qui acquiert l'ensemble « Ilot 4B » à Euronantes, Antoine Onfray nommé CFO de Tikehau Capi...

Environnement de travail : SFL compare les attentes des salariés avant et après le premier confinement

Environnement de travail : SFL compare les attentes des salariés avant et après le premier confineme...

Métamorphosé par la pandémie, le monde du travail se réinvente avec la mise en place massive du télétravail. De cette pratique découle un abandon part...

La veille urbaine du 2 décembre 2020

La veille urbaine du 2 décembre 2020

WeWork qui ouvre un nouvel espace au 7 rue de Madrid à Paris 8e, Géraldine Ajax qui prend la direction de la marque du groupe Quartus, les pertes de l...

Déviation routière : peut-elle porter un intérêt public majeur justifiant une dérogation à la protection des espèces protégés ?

Déviation routière : peut-elle porter un intérêt public majeur justifiant une dérogation à la protec...

Affecter la conservation d’espèces suppose l’obtention d’une autorisation dérogatoire : le projet répond à un impératif d’intérêt public majeur mais a...

La mise en concurrence des concessions hydroélectriques aura-t-elle lieu ?

La mise en concurrence des concessions hydroélectriques aura-t-elle lieu ?

Avec une puissance installée qui avoisine les 25 GW, soit près du 1/5e du parc de production français et près de 12 % de la production d’électricité,...

Face au Covid-19, les aides d’État au soutien du secteur de l’énergie

Face au Covid-19, les aides d’État au soutien du secteur de l’énergie

En principe prohibées, les aides d’État sont aujourd’hui largement mobilisées par la France. Ces aides visent tant à remédier aux perturbations graves...

Contrats administratifs : la fin anticipée à l’initiative de l’acheteur public

Contrats administratifs : la fin anticipée à l’initiative de l’acheteur public

Dans deux arrêts rendus cet été, le Conseil d’État vient préciser le régime de la fin anticipée des contrats publics, frappés d’irrégularité, ou concl...

Le Bail réel solidaire ou la promesse d’un dispositif anti-spéculatif enfin efficient ?

Le Bail réel solidaire ou la promesse d’un dispositif anti-spéculatif enfin efficient ?

Mis en place par l’ordonnance numéro 2016-985 du 20 juillet 2016, conformément à la loi Croissance 2015-990 du 6 août 2015 (ou « loi Macron »), le Bai...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte