Asset management : la fusion Deutsche Bank-UBS se complique

Malgré des discussions bien entamées, le projet de fusion des divisions asset management des banques allemande et suisse semble au point mort. Un désaccord entre les deux groupes sur le contrôle de ce potentiel géant pourrait être à l’origine de ce coup d’arrêt.

Malgré des discussions bien entamées, le projet de fusion des divisions asset management des banques allemande et suisse semble au point mort. Un désaccord entre les deux groupes sur le contrôle de ce potentiel géant pourrait être à l’origine de ce coup d’arrêt.

Après la fusion avortée avec son rival Commerzbank, qui n’aurait, selon les deux groupes, « apporté aucune valeur ajoutée suffisante », Deutsche Bank voit l’histoire se répéter. Pourtant sur de bons rails, avec en ligne de mire la création d’un géant européen de la gestion d’actifs, plus grand qu’Axa et similaire à Amundi, les négociations autour d’une potentielle fusion sont actuellement à l’arrêt.

Le point central : le volume des encours sous gestion

L’un des points de discorde concernerait le volume d’encours sous gestion des deux entités. UBS étant légèrement plus gros que DWS, la société de gestion d’actifs de Deutsche Bank, cet écart vient contrecarrer les plans de la banque allemande, propriétaire de 79 % de DWS. Elle se retrouverait ainsi minoritaire au sein d’un groupement avec UBS.

Seulement, l’ambition du géant allemand est tout autre. L’allemand souhaiterait en effet prendre pleinement part à la consolidation de cette future structure et non se contenter d’en récolter les revenus. Afin d’éviter ce problème, Deutsche devrait monter à minima à 40 % de participation et exercer un contrôle managérial important. UBS, de son côté, semble ouvert à une entente où le groupe suisse céderait le contrôle de l’entité créée, sécurisé par accord qui reflèterait le poids respectif des deux gestionnaires d’actifs.  

Un nouveau géant européen de l’asset management pourrait voir le jour

Bien qu’en stand-by, la fusion de ces deux entités reste d’actualité. En effet, Deustsche Bank et UBS s’accordent sur le bien-fondé de ce rapprochement et sur son importance stratégique pour lutter plus efficacement face aux géants américains notamment. À titre d’exemple, les deux mastodontes que sont BlackRock et Vanguard représentent 12 000 milliards de dollars sous gestion. Dans un marché structuré de telle sorte que les économies d’échelles des géants de plus d’un trillion de dollars d’actifs leur rapportent une part importante des flux d’affaires, une fusion semble être dans l’intérêt des deux groupes européens.  

Théo Maurin-Dior

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

E.Stofer (CRPN) : "La qualité de la croissance dépend du commerce mondial"

E.Stofer (CRPN) : "La qualité de la croissance dépend du commerce mondial"

Le directeur de la Caisse de retraite complémentaire du personnel navigant professionnel de l’aéronautique civile, Étienne Stofer, s’exprime sur la co...

Hélène Bourbouloux : la référence

Hélène Bourbouloux : la référence

Rallye, la maison mère de Casino a été placée en sauvegarde. Deux administrateurs ont été nommés. Dont Hélène Bourbouloux. Portrait de l’administratri...

Priorité 2019 du directeur financier : optimisation des processus (4/6)

Priorité 2019 du directeur financier : optimisation des processus (4/6)

À l’issue de l’étude de PwC « Priorité 2019 du directeur financier », nous vous proposons chaque semaine un retour sur l’un des six sujets qui cristal...

Philippe Rey (UMR) : "La croissance mondiale est entrée dans une phase de ralentissement"

Philippe Rey (UMR) : "La croissance mondiale est entrée dans une phase de ralentissement"

Créée en 2002, L'Union Mutualiste Retraite (UMR) est une union de mutuelles spécialisées dans l'épargne retraite. Elle gère près de 9,1 milliards d’eu...

Amazon mène la "série G" de Deliveroo à 575 millions de dollars

Amazon mène la "série G" de Deliveroo à 575 millions de dollars

Avec ce nouveau tour de table, l’entreprise de livraison de repas, a levé au total 1,53 milliard de dollars.

TransferWise, la fintech qui valait 3,5 milliards de dollars

TransferWise, la fintech qui valait 3,5 milliards de dollars

Les cofondateurs de TransferWise ainsi que certains investisseurs historiques cèdent une partie de leurs titres sur la base d’une valorisation qui att...

P. Cénac (C&C Notaires) : "Céder les rênes de son entreprise n’est pas qu’une affaire de fiscalité"

P. Cénac (C&C Notaires) : "Céder les rênes de son entreprise n’est pas qu’une affaire de fiscalité"

Adepte de l’interprofessionnalité, Pierre Cénac est un véritable spécialiste de la transmission d’entreprise. Il nous fait part de son expérience sur...

Alix Bolle (Energy Cities) :  "L’énergie est bien plus qu’une marchandise"

Alix Bolle (Energy Cities) : "L’énergie est bien plus qu’une marchandise"

Créée en 1990, l'association Energy Cities déploie ses actions dans plus de mille villes de trente pays européens par le transfert de savoir-faire et...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message