Artcurial collectionne les succès

La célèbre maison du rond-point des Champs-Élysées a fêté ses 15 ans l’année dernière. La publication de ses résultats pour le premier semestre est l’occasion de revenir sur les événements marquants d’une courte histoire, mais bien remplie, qui l’a vue devenir un acteur incontournable du petit monde du marché de l’art.

La célèbre maison du rond-point des Champs-Élysées a fêté ses 15 ans l’année dernière. La publication de ses résultats pour le premier semestre est l’occasion de revenir sur les événements marquants d’une courte histoire, mais bien remplie, qui l’a vue devenir un acteur incontournable du petit monde du marché de l’art.

Visionnaire. Voici certainement, s’il n’en fallait qu’un, le qualificatif qui siérait le mieux à Nicolas Orlowski. Comment expliquer autrement l’insolente réussite d’une maison de ventes qu’il a créée il y a 16 ans à peine ? Car, lorsque L’Oréal met en vente, en 2002, ce qui n’était alors qu’une galerie d’édition et une libraire, difficile d’imaginer qu’elle puisse entrer dans le trio de tête du marché de l’art français aux côtés des historiques Sotheby’s et Christie’s. Porté par la libéralisation du marché, après la suppression du monopole des commissaires-priseurs, Nicolas Orlowski voit, dans la création de cette nouvelle maison de vente aux enchères, le seul projet entrepreneurial viable et se lance. Il parvient à fédérer autour de ce projet la famille Dassault et des commissaires de talent. L’objectif alors affiché est clair : créer une structure pluridisciplinaire sur le modèle anglo-saxon, tout en conservant un « esprit maison » incarné par un espace d’exposition, une librairie d’art de référence et un restaurant.

 

Offre globalisée

La recette fonctionne. Non seulement la maison parisienne publie des résultats toujours plus impressionnants – en une décennie, Artcurial a quasiment décuplé ses recettes, flirtant aujourd’hui avec les 200 millions d’euros –, mais elle s’est imposée dans certains domaines artistiques, à l’image de la bande dessinée, de l’Art déco, de la mode et, bien sûr, des automobiles de collection. L’année 2018 ne fait pas exception. Avec une progression à deux chiffres de son volume de vente, au premier semestre, pour atteindre 118 M€, vingt-neuf nouveaux records établis aux enchères et vingt péremptions ou acquisitions par des institutions muséales, l’avenir se dessine sereinement. Mais pas question de se reposer sur ses lauriers. Le chemin est encore long avant d’atteindre les 500 M€ de résultats, objectif à terme affiché par le P-DG. Un premier pas est franchi à la fin de l’année 2017 avec l’acquisition, entièrement sur fonds propres et sans endettement, du groupe John Taylor. En faisant tomber ce prestigieux spécialiste de l’immobilier de luxe présent dans une quinzaine de pays dans son escarcelle, Artcurial double de taille et ajoute une corde à son arc, complétant ses activités de ventes aux enchères d’œuvres et d’objets d’art, et de chevaux de course. Une belle opération donnant naissance « à un leader européen dans l’intermédiation de biens d’exception », se réjouit Nicolas Orlowski.

Objectif monde

Au-delà de cette belle prise, la maison de ventes mise sur l’international pour se développer. La stratégie n’est pas nouvelle. Elle a commencé, en 2012, avec l’ouverture de deux bureaux de représentation à Bruxelles et Milan. Le rythme, depuis, s’est maintenu avec des implantations à Vienne, Munich, Tel Aviv et Monaco et des ventes organisées à l’étranger (Marrakech ou Hong Kong notamment). Un impératif logique, alors que le marché de l’art n’a jamais été aussi mondial et que la clientèle internationale représentait 75 % des acquéreurs des lots d’un montant supérieur à 50 000 euros chez Artcurial en 2017. Pas de doute, la plus française des maisons de ventes aux enchères et sa French touch ont séduit les acheteurs du monde entier.

Les prochaines enchères

 

Camille Prigent et Sybille Vié

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Louis de Bayser (Salon du dessin) : « Il n'est pas nécessaire d'investir une fortune pour se faire plaisir »

Louis de Bayser (Salon du dessin) : « Il n'est pas nécessaire d'investir une fortune pour se faire p...

Alors que le Salon du dessin ouvre ses portes à Paris le 27 mars, Louis de Bayser, son président, décrypte un marché encore peu connu du grand public....

Dessins : l'art de diversifier son patrimoine

Dessins : l'art de diversifier son patrimoine

Avec un marché structuré, des œuvres variées et une très large palette de prix, le dessin a tout pour séduire amateurs et passionnés. Le lancement, à...

En voiture avec Jérémie Palacci

En voiture avec Jérémie Palacci

Membre du cabinet Netter depuis quinze ans et associé depuis 2012, cet expert en brevets en France et à l’étranger s’est essayé au pilotage de la Rena...

Le Lutetia : le palace des Parisiens

Le Lutetia : le palace des Parisiens

Après quatre ans de travaux le Lutetia rouvrait ses portes l’été dernier. Résultat : la rive gauche a désormais son palace, avec tous les attendus du...

Sites de seconde main, un marché cousu d'or

Sites de seconde main, un marché cousu d'or

Vinted, The RealReal, Le Bon Coin ou Vestiaire Collective, le secteur de l’occasion fait la fortune de sites d’e-commerce qui dépoussièrent le dépôt-v...

«Je suis une légende»

«Je suis une légende»

Créatif de génie aux talents multiples, Karl Lagerfeld aura « fait Chanel », mais aussi sauvé Fendi, révolutionné Chloé, lancé sa propre marque… Régna...

Hervé Gastinel (Bénéteau) : « Notre objectif, premiumiser nos bateaux»

Hervé Gastinel (Bénéteau) : « Notre objectif, premiumiser nos bateaux»

Président du directoire de Bénéteau, Hervé Gastinel revient sur la culture de ce groupe au positionnement unique qui propose « de l’inaccessible au...

Au volant avec Jacques Séguéla

Au volant avec Jacques Séguéla

Pour Décideurs Magazine, Jacques Séguéla, publicitaire et pilote chevronné a essayé le Citroën SUV C5 Aircross. Voici son verdict.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message