Artcurial collectionne les succès

La célèbre maison du rond-point des Champs-Élysées a fêté ses 15 ans l’année dernière. La publication de ses résultats pour le premier semestre est l’occasion de revenir sur les événements marquants d’une courte histoire, mais bien remplie, qui l’a vue devenir un acteur incontournable du petit monde du marché de l’art.

La célèbre maison du rond-point des Champs-Élysées a fêté ses 15 ans l’année dernière. La publication de ses résultats pour le premier semestre est l’occasion de revenir sur les événements marquants d’une courte histoire, mais bien remplie, qui l’a vue devenir un acteur incontournable du petit monde du marché de l’art.

Visionnaire. Voici certainement, s’il n’en fallait qu’un, le qualificatif qui siérait le mieux à Nicolas Orlowski. Comment expliquer autrement l’insolente réussite d’une maison de ventes qu’il a créée il y a 16 ans à peine ? Car, lorsque L’Oréal met en vente, en 2002, ce qui n’était alors qu’une galerie d’édition et une libraire, difficile d’imaginer qu’elle puisse entrer dans le trio de tête du marché de l’art français aux côtés des historiques Sotheby’s et Christie’s. Porté par la libéralisation du marché, après la suppression du monopole des commissaires-priseurs, Nicolas Orlowski voit, dans la création de cette nouvelle maison de vente aux enchères, le seul projet entrepreneurial viable et se lance. Il parvient à fédérer autour de ce projet la famille Dassault et des commissaires de talent. L’objectif alors affiché est clair : créer une structure pluridisciplinaire sur le modèle anglo-saxon, tout en conservant un « esprit maison » incarné par un espace d’exposition, une librairie d’art de référence et un restaurant.

 

Offre globalisée

La recette fonctionne. Non seulement la maison parisienne publie des résultats toujours plus impressionnants – en une décennie, Artcurial a quasiment décuplé ses recettes, flirtant aujourd’hui avec les 200 millions d’euros –, mais elle s’est imposée dans certains domaines artistiques, à l’image de la bande dessinée, de l’Art déco, de la mode et, bien sûr, des automobiles de collection. L’année 2018 ne fait pas exception. Avec une progression à deux chiffres de son volume de vente, au premier semestre, pour atteindre 118 M€, vingt-neuf nouveaux records établis aux enchères et vingt péremptions ou acquisitions par des institutions muséales, l’avenir se dessine sereinement. Mais pas question de se reposer sur ses lauriers. Le chemin est encore long avant d’atteindre les 500 M€ de résultats, objectif à terme affiché par le P-DG. Un premier pas est franchi à la fin de l’année 2017 avec l’acquisition, entièrement sur fonds propres et sans endettement, du groupe John Taylor. En faisant tomber ce prestigieux spécialiste de l’immobilier de luxe présent dans une quinzaine de pays dans son escarcelle, Artcurial double de taille et ajoute une corde à son arc, complétant ses activités de ventes aux enchères d’œuvres et d’objets d’art, et de chevaux de course. Une belle opération donnant naissance « à un leader européen dans l’intermédiation de biens d’exception », se réjouit Nicolas Orlowski.

Objectif monde

Au-delà de cette belle prise, la maison de ventes mise sur l’international pour se développer. La stratégie n’est pas nouvelle. Elle a commencé, en 2012, avec l’ouverture de deux bureaux de représentation à Bruxelles et Milan. Le rythme, depuis, s’est maintenu avec des implantations à Vienne, Munich, Tel Aviv et Monaco et des ventes organisées à l’étranger (Marrakech ou Hong Kong notamment). Un impératif logique, alors que le marché de l’art n’a jamais été aussi mondial et que la clientèle internationale représentait 75 % des acquéreurs des lots d’un montant supérieur à 50 000 euros chez Artcurial en 2017. Pas de doute, la plus française des maisons de ventes aux enchères et sa French touch ont séduit les acheteurs du monde entier.

Les prochaines enchères

 

Camille Prigent et Sybille Vié

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Showroomprivé lève 40 M€ pour devenir rentable

Showroomprivé lève 40 M€ pour devenir rentable

L’e-commerçant français souhaite redresser la barre grâce à l’internalisation de sa logistique et le rachat intégral de Beautéprivée.

E-commerce : 3Suisses rejoint le portefeuille de ShopInvest

E-commerce : 3Suisses rejoint le portefeuille de ShopInvest

Le distributeur de produits multimarques en ligne fait le pari de relancer un groupe qui a perdu près de dix fois ses revenus de 2005.

IKKS : la marque de vêtements reprise par ses créanciers

IKKS : la marque de vêtements reprise par ses créanciers

Au terme d’un debt to equity swap partiel, un pool de trois fonds américains devrait prendre le contrôle du réseau de magasins en difficulté. LBO Fran...

La tête dans les étoiles

La tête dans les étoiles

L’indicateur des phases de Lune est le plus poétique des complications horlogères. Au fil des mois, cette mécanique permet l’affichage du cycle de rév...

Trois questions à Patrick Pruniaux (président, Ulysse Nardin)

Trois questions à Patrick Pruniaux (président, Ulysse Nardin)

Ulysse Nardin est une marque qui n’a jamais été conduite par et pour le marketing. Et pourtant, elle cartonne. Son président revient sur stratégie.

Tiffany, la grande bleue

Tiffany, la grande bleue

Près de deux siècles d’histoire et de succès pour Tiffany & Co. qui s’est imposée comme l’une des plus importantes institutions américaines de joa...

Enchères et vous : zoom sur les plus belles ventes

Enchères et vous : zoom sur les plus belles ventes

En salle des ventes, on-line, par téléphone, les plus belles ventes de ces derniers mois

Antoine Rondeau (cordonnier) « Mon luxe, c’est l’indépendance »

Antoine Rondeau (cordonnier) « Mon luxe, c’est l’indépendance »

Sa gouaille éminemment sympathique et son professionnalisme ont conquis les personnalités de tous bords comme les anonymes du quartier. Rencontre ave...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message