Ardian cède Photonis à HLD

Le fonds Ardian va finalement céder le spécialiste français de la vision nocturne Photonis à HLD pour 370 millions d’euros. Une opération qui met fin à un long feuilleton et au rejet, par le ministère des Armées, de l’offre formulée par l’américain Teledyne.

© Photonis Defense

Le fonds Ardian va finalement céder le spécialiste français de la vision nocturne Photonis à HLD pour 370 millions d’euros. Une opération qui met fin à un long feuilleton et au rejet, par le ministère des Armées, de l’offre formulée par l’américain Teledyne.

C’était l’un des dossiers les plus discutés en 2020. Photonis battra finalement encore pavillon français à la suite de sa cession à HLD. L’expert en optronique devait, un temps, être vendu à un acquéreur étranger et l’américain Teledyne était même tout proche de réaliser l’opération pour 500 millions d’euros. Un montant revu à la baisse, à 415 millions, après les premières conditions fixées par Bercy. L’exécutif imposait notamment l’entrée au capital de Photonis, à hauteur de 10 %, de Bpifrance de manière à empêcher toute intégration fiscale. C’est le ministère des Armées qui est venu mettre un terme aux négociations en mettant son véto au groupe californien en décembre dernier, du fait de la nature des activités de la société française et de l’impossibilité d’"assurer la souveraineté de cet actif stratégique sur la durée". 

C’est finalement au groupe français HLD que le spécialiste de la vision nocturne va être cédé par Ardian pour près de 370 millions d’euros. Une acquisition qui permettra à Photonis de rester tricolore tout en s’assurant un développement sur le long terme auprès d’un actionnaire qui n’indique pas d’échéance de détention. La holding de Cédric Château a en effet prévu doubler la taille de l’expert en optronique et de faire passer son chiffre d’affaires à 150 millions d’euros sur une période de cinq à dix ans avant de se retirer. 

L’opération permettra de mettre de côté les questions de souveraineté, HLD étant habitué au secteur de la Défense, détenant notamment l’équipementier Rafaut, fournisseur historique de commandes de vols et de palonniers pour l’aviation de l’armée française. Une connaissance qui aura notamment donné l’avantage au groupe de Cédric Château sur son concurrent, PAI, pour le rachat de Photonis. Reste désormais à savoir ce que deviendra Photonis à la sortie du groupe HLD et si la question de la souveraineté fera de nouveau irruption.

De leur côté Safran et Thales, détenteur du concurrent direct du spécialiste de l’optronique, Lynred, ne se sont pas positionnés sur l’offre, fermant la porte à un éventuellement rapprochement des deux acteurs.  

David Glaser

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Président de Saur depuis un an et demi, Patrick Blethon déroule son plan stratégique. Au menu : s’internationaliser, se rapprocher de ses clients et s...

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte