Arabie Saoudite : de grandes ambitions pour le fonds souverain

La visite, ce mardi 10 avril à l’Élysée, de Mohammed Ben Salmane le prince héritier d’Arabie Saoudite, a été l’occasion pour le dirigeant du fonds saoudien de faire part de ses ambitions. À l’heure où la France affiche de bonnes relations avec le Royaume, l’avenir du Public Investment Fund (PIF) se dessine.

La visite, ce mardi 10 avril à l’Élysée, de Mohammed Ben Salmane le prince héritier d’Arabie Saoudite, a été l’occasion pour le dirigeant du fonds saoudien de faire part de ses ambitions. À l’heure où la France affiche de bonnes relations avec le Royaume, l’avenir du Public Investment Fund (PIF) se dessine.

Créé en 1971, le PIF qui comptait une quarantaine de collaborateurs a dorénavant une équipe de 240 personnes pour gérer ses 300 milliards de dollars d’actifs. Les États-Unis sont la première cible de ses financements puisque le fonds est rattaché à une société de lobbying sur place : Yasir Al-Rumayyan, le dirigeant du Public Investment Fund estime que le marché nord-américain est porteur. Alors que la part des investissements à l’international est de 10 %, celle-ci devrait atteindre 50 % d’ici à 2030. Pour atteindre cet objectif, le dirigeant multiplie les engagements. Déjà au capital d’Arc International, le numéro un mondial des arts de la table, le PIF a également créé une filiale pour investir dans l'industrie du divertissement. Il vient de signer un partenariat avec le fonds « tech » du japonais Soft Bank, pour un montant de 45 milliards de dollars sur un projet en rapport avec l’énergie solaire. Il s’apprête par ailleurs à entrer au capital de la branche immobilière du groupe hôtelier AccorInvest à hauteur de 15 %

Vision 2.030

Les ambitions du PIF évoluent aux côtés du plan de développement saoudien appelé « vision 2.030 ». L’objectif est ainsi d’être gestionnaire de 2 000 milliards de dollars d’actifs d’ici à dix ans et d’atteindre un rendement de 8 à 9 % par an. Cela représente un réel challenge puisque plus le fonds est grand, plus la performance est difficile à réaliser. S’il atteint ses objectifs, le PIF détrônera le fonds norvégien qui enregistre un rendement de 6,1 %.  Les effectifs devraient doubler et des bureaux seront ouverts aux États-Unis, en Grande Bretagne ainsi qu’au Japon. L’intention de Yasir Al-Rumayyan est double : d’une part de diversifier l’économie saoudienne et d’autre part, de faire du PIF le « le fonds souverain le plus grand et riche du monde ».

Pour arriver à ses fins, il compte sur les recettes des investissements réalisés a posteriori mais aussi sur les bénéfices que rapporteront la cotation en bourse de 5 % du grand pétrolier Aramco prévue en 2018 et qualifié « d’opération du siècle ». Yasir Al-Rumayyan a également pour projet de construire une « cité futuriste » sur les bords de la Mer rouge. L’homme d’affaires veut faire des terres du gouvernement des projets rentables. Malgré le fait qu’une grande partie des investissements du PIF soient pour l’heure dirigée vers la vieille économie, le fonds affirme de plus en plus son intérêt pour les secteurs d’avenir : la technologie, la communication, les transports et infrastructure et d’autres secteurs de pointe ou émergents.

Morgane Al Mardini 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L’environnement inscrit dans la constitution

L’environnement inscrit dans la constitution

L’assemblée nationale a voté l’inscription de la sauvegarde de l’environnement dans la constitution. Une réussite pour Nicolas Hulot qui a milité arde...

O. Requin (Matmut) : « Les outils digitaux et les tendances collaboratives transforment le métier d’assureur »

O. Requin (Matmut) : « Les outils digitaux et les tendances collaboratives transforment le métier d’...

Confronté à des tendances nouvelles et à une digitalisation massive, le monde de l’assurance connaît une transformation sans précédent. Olivier Requin...

Guerre commerciale : de lourdes conséquences sur les ETF

Guerre commerciale : de lourdes conséquences sur les ETF

La guerre commerciale déclenchée par les États-Unis entraîne un ralentissement sans précédent de la croissance des ETF.

Martin Vial (APE) : « Avec une régulation suffisante, le plein actionnariat public n’est plus nécessaire »

Martin Vial (APE) : « Avec une régulation suffisante, le plein actionnariat public n’est plus nécess...

L’heure est aux privatisations. À l’occasion de la présentation du projet de loi Pacte, le gouvernement a confirmé son intention de céder ses particip...

David Solomon devient CEO de Goldman Sachs

David Solomon devient CEO de Goldman Sachs

Goldman Sachs nomme ce 17 juillet 2018 David Solomon, banquier d’affaires, 56 ans, en tant que nouveau CEO.

Les start-up, PME et ETI à la conquête du monde

Les start-up, PME et ETI à la conquête du monde

Ce mardi 17 juillet, Pramex et Banque populaire ont dévoilé les résultats 2018 de leur baromètre sur l’implantation internationale des start-up, PME e...

Bourse : qu’arrive t-il aux sociétés de gestion ?

Bourse : qu’arrive t-il aux sociétés de gestion ?

Après un début d’année positif, les gestionnaires d’actifs semblent désormais devoir essuyer un revers du fait d’un recul des actions au premier semes...

Bank of Singapore poursuit son développement en Europe

Bank of Singapore poursuit son développement en Europe

Après avoir implanté sa banque privée à Londres, la filiale du groupe OCBC, vient de recevoir sa licence pour l’exécution d’ordres et le conseil en in...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message