Antonin Lévy s’installe avec Ophélia Claude

Le célèbre avocat pénaliste Antonin Lévy quitte Hogan Lovells avec sa collaboratrice senior pour ouvrir sa propre boutique, Antonin Lévy & Associés.
Antonin levy et Ophélia Claude

Le célèbre avocat pénaliste Antonin Lévy quitte Hogan Lovells avec sa collaboratrice senior pour ouvrir sa propre boutique, Antonin Lévy & Associés.

Il est un des meilleurs avocats pénalistes de sa génération. Á 38 ans, Antonin Lévy se lance dans l’aventure entrepreneuriale et ouvre son propre cabinet en s’associant à Ophélia Claude, avec laquelle il travaille depuis plus de sept ans.

Quatrième secrétaire de la Conférence promotion 2007, Antonin Lévy a fondé avec François Sureau l’association Pierre Claver pour venir en aide aux demandeurs d’asile. L’avocat de François Fillon et du général Noriega a été formé à l’école Darrois et Metzner. Il devient l’associé de ce deuxième mentor en 2011. Il quitte aujourd’hui le cabinet anglo-saxon Hogan Lovells qu’il avait intégré à la suite de la dissolution du cabinet d’Olivier Metzner. Dans une équipe dense et internationale, il travaillait sur des dossiers de corruption pour des multinationales et était devenu l’avocat responsable de la pratique « dispute resolution » à Paris, entre le pénal des affaires et la compliance. Á son actif : des dossiers de corruption internationale devant les autorités de poursuites françaises et américaines notamment et la mise en œuvre de programmes de conformité pour des grands groupes. Un positionnement qu’il conservera à partir du 1er janvier prochain dans son propre cabinet, entouré de cinq avocats et de paralegals. Entretien.

Pascale D’Amore

Décideurs Juridiques. Quelles sont les premières réactions à votre installation ?

Antonin Lévy. Excellentes ! Aussi bien du côté des clients que des confrères, qui pourront à présent faire appel à nos services.

Quittez-vous Hogan Lovells en raison d’un frein à votre activité ?

Pas du tout. Hogan Lovells avait tout mis en œuvre pour que notre pratique du droit pénal des affaires s’intègre dans une énorme structure internationale. Nous ne partagions nos données avec personne et seul un groupe restreint de personnes avait accès à la liste de nos dossiers, de manière à traiter les conflits d’intérêts. Nous pouvions ainsi accompagner aussi bien des multinationales que des dirigeants, des personnes privées et publiques. Bénéficiant de cette confidentialité, nous étions des privilégiés.

Dans ce cas, pour quelle raison créez-vous votre cabinet ?

Pour trois raisons. D’abord pour répondre à une certaine demande de la part de nos clients qui, au regard du caractère sensible de leur dossier, souhaitaient qu’on soit indépendants. Ensuite pour assouvir notre volonté entrepreneuriale. Enfin, pour pouvoir constituer, sur un horizon à 5 ans, une offre complète de « dispute ».

Ce n’est pas ce que vous faites déjà chez Hogan Lovells ?

Si, mais la réglementation change très vite et, en conséquence, les demandes de nos clients aussi. Cela se comprend par le renforcement des sanctions à l’égard des personnes morales et la multiplication des outils transactionnels comme l’ouverture de la CJIP [ndlr, convention judiciaire d’intérêt public] à la fraude fiscale par la loi du 23 octobre 2018 (qui permet la transmission automatique de tous les dossiers au parquet et qui permet pour les entreprises d’accéder à la négociation). Le risque pénal devient à présent fiscal et concurrentiel. La prolifération des sanctions administratives exige l’intervention de spécialistes au-delà du droit pénal des affaires. Il y a encore un an, jamais je n'aurais pensé avoir autant besoin d’un fiscaliste à mes côtés ! Cela vaut aussi pour un expert de l’antitrust.

Pourquoi avoir choisi Ophélia Claude comme associée ?

Parce que c’est la meilleure ! Et que nous travaillons ensemble depuis sept ans. Elle a débuté comme stagiaire chez Olivier Metzner et a exercé dans l’équipe que nous formions avec Aurélien Hamelle. Elle l’a suivi chez Allen & Overy et m’a rejoint chez Hogan Lovells dès qu’il a quitté la profession.

Sur un plan personnel, Ophélia agit avec tempérance là où moi je fais preuve d’impétuosité. Sur le plan technique, c’est une experte du droit français des procédures internationales. Après un an dans une juridiction à La Haye, elle est devenue spécialiste du droit pénal comparé, de l’entraide, de l’extradition et des crimes contre l’humanité. En d’autres termes, si moi je vais facilement voir les autorités internationales lors des enquêtes, elle agit dans le cadre d’une entraide ou d’une procédure multinationale en traitant avec les autorités françaises.

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Décideurs Juridiques en pause estivale

Décideurs Juridiques en pause estivale

La rédaction de Décideurs Juridiques souhaite à ses lecteurs un bel été et de bonnes vacances. Retrouvez votre rendez-vous quotidien le 2 septembre pr...

Procès des attentats du 13 novembre : le Conseil de l'ordre vote une compensation financière inédite entre les avocats

Procès des attentats du 13 novembre : le Conseil de l'ordre vote une compensation financière inédite...

Le Conseil de l'ordre des avocats de Paris a mis en place mardi un dispositif exceptionnel dans le cadre de la tenue du procès de terroristes : les ré...

Taylor Wessing amorce son arrivée en Irlande

Taylor Wessing amorce son arrivée en Irlande

Après avoir annoncé sa volonté de s’installer à Dublin en avril dernier, Taylor Wessing nomme deux nouveaux associés pour mener cette expansion : Adam...

Transaction record entre l’AMF et l’ancien directeur général de Fleury Michon

Transaction record entre l’AMF et l’ancien directeur général de Fleury Michon

Accusé par l’Autorité des marchés financiers (AMF) d’avoir commis un manquement d’initié, Régis Lebrun s’engage à verser 225 000 euros au Trésor publi...

Systra signe la seconde CJIP de l’année 2021

Systra signe la seconde CJIP de l’année 2021

Après la convention judiciaire d’intérêt public (CJIP) signée en février dernier par le groupe Bolloré avec le Parquet national financier pour des fai...

Contentieux : Laude Esquier Champey prouve la pertinence de son modèle

Contentieux : Laude Esquier Champey prouve la pertinence de son modèle

Le cabinet d’avocats spécialistes du contentieux des affaires Laude Esquier Champey vient de fêter ses 13 ans d’existence. Passée la phase de lancemen...

Belgique : Laurius accueille trois nouveaux associés

Belgique : Laurius accueille trois nouveaux associés

Doublant les effectifs de son bureau de Bruxelles, Laurius attire un groupe de trois associés : Christina Trappeniers, Damien Stas de Richelle et Caro...

Le régulateur britannique ne lâche pas KPMG

Le régulateur britannique ne lâche pas KPMG

Dans son rapport annuel d’inspection de la qualité des audits réalisés auprès des institutions bancaires au Royaume-Uni publié le 23 juillet, le Finan...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte