Annonces et formalités légales : Médialex vise la première place

En rachetant la branche consacrée aux annonces légales et aux formalités des sociétés de Wolters Kluwer, Médialex renforce sa position sur ce marché de niche où seuls quelques acteurs se concurrencent. Le groupe breton se prépare ainsi à occuper une place prépondérante dans ce secteur en France.

En rachetant la branche consacrée aux annonces légales et aux formalités des sociétés de Wolters Kluwer, Médialex renforce sa position sur ce marché de niche où seuls quelques acteurs se concurrencent. Le groupe breton se prépare ainsi à occuper une place prépondérante dans ce secteur en France.

Le groupe néerlandais Wolters Kluwer vient de vendre sa division consacrée aux annonces et aux formalités légales (AFL) à l’un de ses concurrents sur ce segment, Médialex. Cette division, qui représente 34 personnes dont 18 formalistes, assure la publication des démarches administratives obligatoires de publicité que le droit des sociétés impose et sans lesquelles l’acte juridique (immatriculation, changement de gérant, transfert de siège social, etc.) n’est pas opposable : à savoir le contrôle des pièces constituant le dossier, l’enregistrement éventuel auprès des services des impôts, la saisie et la publication des annonces légales, la transmission des pièces et du dossier aux centres de formalités compétents, le suivi du dossier, la vérification du Kbis puis sa transmission au mandant. Les annonces légales visent à rendre publiques les créations de sociétés, les modifications des statuts et les liquidations d’entreprises. Ce sont donc des formalités spécifiques.

Une agence

L’intégration de la division AFL de Wolters Kluwer chez Médialex permet à l’acheteur de se renforcer en matière de formalités, là où la société bretonne ciblait historiquement la publication d’annonces légales dans la presse régionale ou nationale. En effet, Médialex, créé en 1990, a dans un premier temps géré les annonces légales de nombreux titres comme Ouest France, Courrier de l’Ouest, Le Maine libre, Presse Océan… et de plusieurs radios comme Hit West, Radio Cristal, Océane FM… car il appartient au groupe Précom qui lui-même détient tous ces supports. Et dans un deuxième temps, Médialex est passé à la publication des annonces légales dans tous les titres disponibles en France, se transformant en agence de formalités. Son objectif depuis plus de dix ans étant permettre aux professionnels du droit et du chiffre - notaires, avocats et experts-comptables essentiellement - de sélectionner les supports de communication de leurs formalités en fonction de leur secteur d’activité et de leur localisation. Raison pour laquelle la marque a ouvert plusieurs bureaux régionaux couvrant les régions autour des villes de Paris, Pontoise, Nantes, Le Mans, Caen, Melun, Lyon, Lille, Bordeaux, Strasbourg, Montpellier et Toulon.

Digitalisation de la publicité des sociétés

Avec un chiffre d’affaires 2019 s’élevant à 37 millions d’euros, Médialex a pu s’offrir un de ses concurrents directs. Si le montant de l’opération est confidentiel, il faut s’attendre à une progression mathématique de 20 % de ses revenus dès cette première année. Pour l’aider dans ce rachat, Médialex était conseillé par le cabinet d’avocats De Gaulle Fleurance & Associés tandis que Wolters Kluwer était conseillé par Allen & Overy.

Le marché des annonces légales réunit aujourd’hui quelques acteurs historiques comme Lextenso, Les Petites Affiches et les Affiches parisiennes, auxquels s’ajoutent de nouveaux arrivants, comme LegalVision Pro, nés du développement de la legaltech en France. Ces acteurs se sont pliés à la nouvelle réglementation issue de la loi Pacte du 22 mai 2019, qui a imposé la digitalisation des démarches de publication d’annonces légales. Le texte a aussi permis l’habilitation de certains sites d’information pour assurer la publication des annonces légales dans d’autres supports que ceux de la presse écrite. L’esprit de cette réforme était de simplifier la vie des entreprises. À cela s’ajoute l’intervention des institutions européennes, la France étant le seul pays de l’Union à obéir à ce formalisme réglementaire. Aujourd’hui, la quasi-totalité des démarches de publicité à accomplir par les entreprises est effectuée en ligne. Médialex réalise par exemple plus de 80% de son chiffre d’affaires via sa plateforme en ligne, assurant une publication à la fois dans la presse écrite et en ligne. Son directeur général, Olivier Colin, livre à Décideurs Juridiques les détails de sa stratégie.

Pascale D'Amore

 

Entretien avec Olivier Colin, directeur général, Médialex

Décideurs Juridiques. Comment avez-vous pris l’initiative de racheter la branche AFL de Wolters Kluwer ? 

Olivier Colin. Assez naturellement. J’ai contacté le président de Wolters Kluwer en France en début d’année dernière pour envisager un rapprochement entre Médialex et la division AFL et nous sommes rapidement tombés d’accord puisque cette activité n’était plus identifiée comme fondamentale pour la stratégie du groupe.  

En quoi ce rachat est-il stratégique pour Médialex ? 

Notre intérêt est multiple. Tout d’abord, cela nous permet de rééquilibrer notre positionnement, car là où nous sommes leader en matière de publication d’annonces légales, Wolters Kluwer est surtout connu pour les formalités (avec 18 formalistes sur un effectif total de 38 personnes). Ensuite, nous nous complétons géographiquement, car là où l’essentiel de la clientèle de la division AFL que nous intégrons est située en région parisienne, alors que Médialex a un rayonnement national qui s’appuie notamment sur ses 13 bureaux en région. Enfin, sur la typologie de clientèle puisque Médialex a constitué un important réseau de professions du droit et du chiffre partenaires auquel s’ajoutent aujourd’hui de nombreux grands groupes qui font appel aux services de la division AFL.  

Comment se déroule l’intégration de la nouvelle équipe ? 

Nous nous concentrons depuis le 4 janvier sur son accueil et sur sa formation à nos outils. Nos méthodes de travail sont très proches et l’accès à notre plateforme va faciliter leur travail : nous l’avons conçue nous-mêmes, elle répond totalement à nos besoins et évolue en fonction de nos développements, cela est très confortable.  

Quelle est la prochaine étape ? 

Nous allons regrouper les équipes dès le 1er avril. Pour l’essentiel, nos 34 nouveaux professionnels se situent à Paris mais nous sommes tout à fait ouverts à leur mobilité au sein du groupe dans nos différents bureaux. Cela nous permettra d’optimiser les synergies, notamment sur nos offres de services, de travailler sur nos marques et d’entamer une réflexion sur la réunion de nos sites internet. Nous pensons aussi recruter bientôt. 

Quelle place sur le marché visez-vous ? 

Notre ambition est clairement de devenir le leader en France des formalités juridiques, comme nous le sommes aujourd’hui en annonces légales. Dans la mesure où les annonces légales sont soumises à un tarif réglementé, nous faisons la différence sur notre service de grande qualité mais également sur la qualité de notre plateforme medialex.fr. Là réside notre force pour les services juridiques des grands groupes, les notaires, les avocats et les cabinets d’expertise comptable. Nous leur facilitons la vie en quelques clics, quarante secondes suffisent pour publier une annonce légale sur notre site.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Intermarché et le groupe Casino signent un nouveau partenariat en matière d’achats

Intermarché et le groupe Casino signent un nouveau partenariat en matière d’achats

Les deux grandes chaînes de la distribution alimentaire, Intermarché et Casino, annoncent un partenariat stratégique pour une période de 5 ans, en mat...

François Pelen, comment le fondateur de Point Vision casse les codes

François Pelen, comment le fondateur de Point Vision casse les codes

Diplômé de HEC, cet ophtalmologue a déroulé sa carrière dans le privé avant de fonder Point Vision. Gérés comme des entreprises, ses centres médicaux...

Démarrage réussi pour Stellantis

Démarrage réussi pour Stellantis

Quelques semaines après l’officialisation de leur fusion, PSA et FCA dévoilaient des résultats 2020 dans le vert malgré un contexte difficile pour le...

STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs

STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs

Certaines entreprises ont vu leur croissance de 2019 fondre l’année suivante. Pour le concepteur franco-italien de semi-conducteurs, c’est l’inverse....

VallJet, la bonne altitude

VallJet, la bonne altitude

La compagnie aérienne VallJet, spécialisée dans l’aviation privée, se déploie en France et devrait bientôt se lancer en Europe. En un an, son chiffre...

Sommet Education met le cap sur l'Afrique

Sommet Education met le cap sur l'Afrique

Le groupe d’enseignement spécialisé dans l’hôtellerie, les arts culinaires et pâtissiers, Sommet Education, a annoncé l’acquisition de la majorité du...

Bertrand Andriani (Linklaters) : "Nous visons une équipe corporate de huit associés ou plus"

Bertrand Andriani (Linklaters) : "Nous visons une équipe corporate de huit associés ou plus"

Le spécialiste du financement Bertrand Andriani est la tête du bureau de Paris de Linklaters depuis début 2019. Aux commandes d’une équipe de 170 avoc...

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus, prendra la tête du leader mondial de la beauté à compter du 1er mai. La récompense ultime pour ce fidèle de la maison qui a grimpé...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte