Anne-Laure Frischlander (BNY Mellon IM) : « Trois forces ont influé sur les marchés »

Branche de gestion d’actifs du groupe bancaire éponyme, BNY Mellon IM représente près de 1800 milliards de dollars d’actifs sous gestion, en faisant le cinquième acteur mondial. Le groupe adopte un modèle multi-boutique avec 8 sociétés de gestion détenues. Directrice en charge du marché français depuis la création du bureau de Paris en 2009, Anne-Laure Frischlander livre sa vision d’un secteur en pleine (r)évolution.

Branche de gestion d’actifs du groupe bancaire éponyme, BNY Mellon IM représente près de 1800 milliards de dollars d’actifs sous gestion, en faisant le cinquième acteur mondial. Le groupe adopte un modèle multi-boutique avec 8 sociétés de gestion détenues. Directrice en charge du marché français depuis la création du bureau de Paris en 2009, Anne-Laure Frischlander livre sa vision d’un secteur en pleine (r)évolution.

Décideurs. Comment avez-vous perçu les marchés sur l’année 2018 ?

Anne-Laure Frischlander. C’était une période assez intéressante. On a assisté à la fin du quantitave easing, sous fonds de   guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, des cycles économiques contrastés en Europe et aux USA en plus des mouvement exacerbés dans pays émergents du fait notamment d’un dollar (trop) fort. Ces trois forces ont influé sur les marchés. Celle qui faisait retenir leur souffle à la majorité des observateurs était le passage du quantitative easing au quantitative tightening, non pas tant par ce principe largement intégré par les marchés mais plus dans les anticipations de son ampleur. La fin du soutien des banques centrales a posé la question de savoir comment répondre aux autres chocs que l’on a pu observer comme cela a pu être le cas à l’été 2018 en Argentine ou en Turquie ou encore en automne avec l’inquiétude italienne et le retour du ralentissement économique. Sur les marchés européens, c’est inévitablement le Brexit qui sème le doute quant à sa mise en œuvre. Ensuite, l’inflation restera une variable clé à regarder quant aux futures marges de manœuvre des banques centrales Il faut apprendre à naviguer sans filet dans un cycle qui n’est pas encore arrivé à son point de rupture. Néanmoins, si l’on regarde le monde dans sa globalité nous ne sommes pas assis sur une crise systémique telle que par le passé En effet, le système monétaire est bien plus simple que par le passé et les liquidités sont plus importantes, ce qui n’est pas négligeable.

Comment voyez-vous le mouvement de consolidation actuelle du secteur ?

C’est un mouvement amorcé il y a quelques années et qui va se poursuivre. D’un côté, les géants vont inévitablement croître. De l’autre, les marges s’amenuisent. Mifid II a fortement impacté les coûts, et le volume est devenu plus important que la marge. L’environnement UCITS devient très complexe. Néanmoins, il ne faut pas tomber dans la course à la taille à tout prix, en travaillant très en dessous des marges.

Quelle importance ont pris les critères ESG ?

C’est tout simplement la nouvelle norme. Nous n’en parlerons plus dans quelques années tant il sera normal de les implémenter dans l’ensemble des solutions de l’entreprise. Les asset managers sont de plus en plus force de proposition dans ce domaine. Cependant, il convient de trier les acteurs qui ont mis en place une véritable stratégie ESG depuis plusieurs années de la simple démarche marketing. Cela a été le cas chez nous avec notre société de gestion Newton, pionnier en matière de gouvernance. On se rend compte que ces critères rentrent en ligne de compte autant que les données chiffrées dans le processus de sélection d’une valeur.

La gestion passive représente-t-elle une vraie concurrence pour BNY Mellon ? La gestion Passive peut bien entendu faire concurrence à notre gestion active dans une environnement où nous observons une pression sur les prix. Toutefois, nous en proposons également via notre affliléMellon. La course au niveau des frais oblige le gérant actif à démontrer sa valeur ajoutée face à la gestion indicielle. Il s’agit d’avantage d’un challenge que d’une véritable concurrence. On relèvera par ailleurs que ce phénomène est moins palpable sur le marché français que dans d’autres pays comme la région scandinave ou les Pays-Bas.

Quel segment de clientèle a été le plus porteur en 2018 ?

Les clientèles wholesale et institutionnelle représentent une importance égale, mais cette année le marché institutionnel a été plus porteur pour nous notamment par le fait que nous disposons d’une offre solide en matière de dette privée. Le wholesale a été impacté par un effet wait and see dû à la méforme des marchés notamment.

Propos recueillis par Yacine Kadri

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gestion d'actifs 2019

La rédaction de Décideurs Magazine a sélectionné les leaders du secteur de la gestion d'actifs. Retrouvez les interviews de ceux qui font le marché ainsi que nos classements exclusifs.
Sommaire C. Kolb (Sycomore AM) : Zoom sur une démarche d’investisseur responsable Isabelle Cabie (Candriam) : « La gouvernance est un indicateur précurseur qu'une entreprise va pouvoir gérer des défis ESG » Jorik Van Den Bos (Kempen Capital Management) : « Notre politique consiste à investir dans des entreprises ayant un rendement su Sébastien Barbe (Arkéa IS) : « Il est nécessaire d’adopter une posture plus pédagogique vis-à-vis de la sphère retail » Ph. Sarica (SF2) : « La gestion active reste une source de performance importante. » Jean-François Boulier (AF2i) : « Une tendance se précise vis-à-vis des asset managers » Olivier Roumélian (Artésia) « La profession des CGP devra connaître une évolution dans son organisation » Frédérick Lacroix (Clifford Chance) « On devrait assister à une consolidation du marché européen » Christophe Frespuech (OFI AM) : « Le groupe s’est engagé pour soutenir une finance responsable » G. Dard (Monpensier Finance) : « La collégialité est une vertu importante pour obtenir de bonnes performances »
Pas de retour à la rigueur budgétaire, pour le moment

Pas de retour à la rigueur budgétaire, pour le moment

La Commission européenne suggère mercredi 3 mars de maintenir la suspension des règles budgétaires imposées aux États membres. Auront-elles vocation à...

J. Naginski (Chamas & Marcheteau) : "En Afrique, pas d’investissement sans RSE"

J. Naginski (Chamas & Marcheteau) : "En Afrique, pas d’investissement sans RSE"

Julien Naginski conseille sociétés, entrepreneurs et fonds d’investissement dans leur stratégie de développement dans le secteur minier, de l’énergie,...

T. Rajzbaum (EQT) : "Les sociétés que nous accompagnons doivent sortir de chez nous plus durables"

T. Rajzbaum (EQT) : "Les sociétés que nous accompagnons doivent sortir de chez nous plus durables"

Fondé en 1994, EQT Partners s’est imposé comme l’un des leaders mondiaux du non-coté. Avec 700 employés dans 17 pays à travers le monde et 50 milliard...

Voici comment Microsoft a failli se faire disrupter

Voici comment Microsoft a failli se faire disrupter

Microsoft a bien failli se faire bousculer par plus agile. Comment le géant de Redmond est-il parvenu à inverser la tendance ? La réponse tient en deu...

Spac Attack

Spac Attack

Plus rien ne semble l'arrêter. Le Spac (Special Purpose Acquisition Company) monte en puissance et attire de plus en plus d’investisseurs institutionn...

M.Bonnici (BLF Law Group) : "Il n’existe pas de parcours entrepreneurial sans aventure humaine"

M.Bonnici (BLF Law Group) : "Il n’existe pas de parcours entrepreneurial sans aventure humaine"

Créé en 2020 par Matthieu Bonnici et Bertrand Theaud, après 15 années passés à exercer ensemble chez DLA Piper puis Winston & Strawn à Shanghai, B...

J.-D. Haas (Nextstage AM) : "Le capitalisme français est malheureusement trop conservateur"

J.-D. Haas (Nextstage AM) : "Le capitalisme français est malheureusement trop conservateur"

Avec le mécanisme de l’apport cession, les entrepreneurs ont la possibilité de bénéficier d’un report d’imposition des plus-values générées en réemplo...

Vestiaire Collective, nouvelle licorne française après sa dernière levée de fonds

Vestiaire Collective, nouvelle licorne française après sa dernière levée de fonds

Kering et Tiger Global Management ont participé, aux côtés des actionnaires historiques, à la dernière levée de fonds de Vestiaire Collective, pour un...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte