Anne d'Anselme (Cogefi Gestion) : « Protéger l’investissement dans des périodes de pic de volatilité »

Cogefi Gestion a tiré les conclusions de l’année passée – qualifiée d’ « annus horribilis » par les spécialistes, et ce, sur tous les marchés, et toutes les classes d’actifs. En prenant le recul nécessaire et avec beaucoup d’humilité, les équipes de Cogefi Gestion ont souhaité faire un travail en conscience sur ce que nos investisseurs attendent d’un gestionnaire de fonds et ce à quoi un référent de la gestion d’actif doit être préparé dans le nouveau paradigme de 2019. Anne d'Anselme, directeur général adjoint, et Charles Bartoli, directeur commercial, Cogefi Gestion , détaillent leur proposition.
Charles Bartoli et Anne d'Anselme

Cogefi Gestion a tiré les conclusions de l’année passée – qualifiée d’ « annus horribilis » par les spécialistes, et ce, sur tous les marchés, et toutes les classes d’actifs. En prenant le recul nécessaire et avec beaucoup d’humilité, les équipes de Cogefi Gestion ont souhaité faire un travail en conscience sur ce que nos investisseurs attendent d’un gestionnaire de fonds et ce à quoi un référent de la gestion d’actif doit être préparé dans le nouveau paradigme de 2019. Anne d'Anselme, directeur général adjoint, et Charles Bartoli, directeur commercial, Cogefi Gestion , détaillent leur proposition.

Décideurs. Quelle réponse proposez-vous aux investisseurs suite aux derniers mois très agités sur les marchés financiers ?

Anne d'Anselme. Une réponse crédible à ce nouvel environnement se retrouve dans la stratégie de stock picking actions développée par Cogefi Gestion depuis des années, en particulier autour des valeurs de croissance large caps européennes. Cette stratégie a fait ses preuves au travers du fonds Cogefi Flex Dynamic, maintes fois primé. Cogefi Gestion a souhaité décliner cette stratégie pure large caps européennes de croissance de deux façons complémentaires et originales : d’abord au sein d’un de ses OPC, le fonds Cogefi Elixir qui suit cette stratégie à plein depuis le 18 décembre dernier. Ensuite, et afin de renforcer le caractère défensif des valeurs résilientes propres à cette stratégie, Cogefi Gestion s’est rapprochée de la Société Générale en vue de la création d’un indice discrétionnaire dont la composition reflète la stratégie de Cogefi Elixir. Les avantages d’avoir créé cet Indice sont multiples, entre autres choses, cela permet notamment de créer des produits sur-mesure en fonction des besoins particuliers de nos partenaires, avec comme dénominateur commun l’exposition à l’Indice, c’est-à-dire la stratégie de gestion active de Cogefi Gestion déployée dans le fonds Cogefi Elixir, avec différents niveaux de protection en fonction de l’évolution des marchés d’actions.

"Nous focalisons nos investissements sur des sociétés qui présentent le moins d’incertitude possible, et les plus liquides"

Le fonds Cogefi Elixir est constitué de cinquante valeurs. Comment sont-elles sélectionnées ? Quel est leur profil ?

A.A. Notre fonds Cogefi Elixir est constitué d’un portefeuille équipondéré d’environ cinquante valeurs, chacune de ces valeurs représentant 2% du portefeuille en moyenne. Afin de sélectionner les meilleures valeurs nous réalisons un screening de l’univers d’investissement (essentiellement le STOXX 600) selon plusieurs critères.

Tout d’abord, la société doit avoir généré des résultats de bonne qualité et être en mesure de réaliser de la croissance sur les trois années futures.

Ensuite, nous nous intéressons au niveau de génération du free cash-flow. Une société réalisera plus facilement de la croissance future si elle est capable de faire des investissements pour soutenir sa croissance organique ou des opérations de croissance externe. Nous privilégions, à ce titre, les entreprises faiblement endettées.

Enfin, notre dernier critère est celui du momentum des résultats. Nous nous attachons à ce que les hypothèses prises en compte dans notre modèle se vérifient, dans le cas contraire, nous n’hésitons pas à réduire ou solder certaines positions pour nous repositionner sur des valeurs plus en phase avec nos convictions.

En 2018, la volatilité du fonds était très légèrement supérieure à celui de son indice de référence. Est-ce un élément sur lequel vous êtes attentifs ?

A.A. Nous avons revisité complètement la stratégie du fonds Cogefi Elixir en décembre dernier. Dans un environnement incertain, il nous fallait borner de manière stricte notre sélection de titres. Désormais nous focalisons nos investissements sur des sociétés qui présentent le moins d’incertitude possible, et les plus liquides, écartant de ce fait les small & mid-caps. Les entreprises sur lesquelles nous investissons doivent notamment avoir démontré une certaine résilience dans leurs résultats.

Les sociétés œuvrant dans le secteur des services aux collectivités ou des télécommunications sont exclues de votre portefeuille. Pour quelles raisons ?

A.A. Ces deux secteurs demandent souvent des investissements très lourds. De ce fait les sociétés qui les composent peuvent être fortement endettées et présenter une croissance plus faible de leurs résultats. Dès lors, elles ont moins leur place dans le portefeuille du fonds Cogefi Elixir.

"l’indice a été construit de telle sorte que sa volatilité annualisée ne pourra pas dépasser durablement 12 %"

La composition de Cogefi Elixir a-t-elle vocation à rester stable ?

A.A. Le fonds n’a pas vocation à évoluer fortement. Un comité d’investissement se réunit au minimum chaque mois pour revoir nos positions. Nous pouvons aussi être très réactifs lorsque l’actualité le demande. Récemment, nous avons sorti EssilorLuxottica de notre portefeuille en raison de l’accentuation de ses problèmes de gouvernance. Les synergies liées à la fusion des deux entités devraient, à notre sens, être moindres que ceux anticipés par le marché.

En revanche, vous appréciez les valeurs du luxe.

A.A. Effectivement, des entreprises comme Kering, Hermès et LVMH vont continuer à profiter de la consommation en Chine, qui reste à un niveau relativement soutenu.

Vous dupliquez la stratégie de Cogefi Elixir au sein de votre Indice dont Société Générale est le sponsor ce qui permet de créer des solutions sur mesure offrant une exposition à l’Indice mais aussi une protection du capital conditionnelle à maturité. Comment se matérialisent les produits associés à cet Indice ?

A.A. Le format indiciel permet de maintenir un portefeuille de valeurs 100% investi et d’articuler une palette large de solutions dédiées présentant une indexation forte à la performance de l’Indice. Nous avons notamment développé pour notre propre banque privée un produit dont l’objectif est de verser à chaque date anniversaire du produit, un coupon annuel égal à 110% de la performance positive de l’Indice observée à cette date. Élément important, l’Indice a été construit de telle sorte que sa volatilité annualisée ne pourra pas dépasser durablement 12 %. Ce qui en période de stress de marché, réduit l’exposition aux valeurs qui composent l’Indice. Ce mécanisme permet par construction de protéger l’investissement dans des périodes de pic de volatilité. La protection du capital à l’échéance est, quant à elle, observée par rapport à l’Euro Stoxx 50 et agit jusqu’à une baisse de 40 % de celui-ci à l’échéance (10 ans) par rapport à son niveau au lancement du produit. Nous rappelons que tous les produits que nous déclinerons sur ce modèle assureront une liquidité quotidienne, c’est-à-dire que les porteurs du produit pourront s’ils le souhaitent sortir du produit tous les jours. Dans ce cas de figure, ils ne bénéficieront plus de la protection du capital à l’échéance mais conserveront une liberté de mouvement totale, comme pour n’importe quel autre produit de bourse très liquide.

"Nous avons une inquiétude sur la volatilité des marchés et sur les circonstances macroéconomiques qui peuvent affecter le cours des sociétés"

Pour quelle raison avez-vous lancé cette offre ?

Charles Bartoli. Nous avons de fortes convictions sur le fonds Cogefi Elixir. Néanmoins, nous avons une inquiétude sur la volatilité des marchés et sur les circonstances macroéconomiques qui peuvent affecter le cours des sociétés, même lorsque celles-ci ont de bons fondamentaux. Nous voulions aller plus loin en proposant une protection supplémentaire. Nous avons donc repensé ce portefeuille de valeurs sous la forme d’un indice comprenant un plafond de volatilité (12%). Si nous entrons dans un cycle de volatilité accrue comme cela a pu être le cas en début d’année, à 24 % par exemple, notre exposition aux valeurs actions qui composent l’Indice sera alors ‘divisée’ par deux, correspondant schématiquement à une exposition à hauteur de 50% à l’Indice et à hauteur de 50% en cash.

Quels sont les avantages de la solution que vous proposez, notamment à vos partenaires CGP, Family Office, banques privées et institutionnels ?

C. B. Les avantages de cette offre sont nombreux. Les investisseurs peuvent ainsi, chaque année, profiter de manière très importante du moteur action que représente l’Indice – c’est-à-dire la stratégie actions européennes large caps développée dans le fonds Cogefi Elixir, tout en bénéficiant de différents mécanismes de réduction du risque de leurs investissements en cours de vie et à l’échéance. Autre intérêt, en distribuant un coupon annuel, on s’affranchit du biais comportemental de certains investisseurs qui ont tendance à investir en fin de cycle à la lecture des bonnes performances passées, et à subir des pressions à la vente quand les marchés se retournent et s’approchent des points bas. Le versement du coupon annuel ne garantit pas de percevoir le point le plus haut de la période mais tout au moins de payer une performance positive tous les ans, si elle est là. 

En définitive, nous offrons aux CGP/CIF, aux Family Offices, aux banques privées et petits institutionnels souhaitant conserver ou se renforcer sur le marché des actions européennes, deux axes d’investissement à une unique stratégie qui nous semble tout à fait pertinente dans un cycle de retour de la volatilité à court ou moyen terme. Après une année très décevante de tous les véhicules dits patrimoniaux, nous avons la conviction que notre approche différenciante, qui allie le meilleur de la gestion active de conviction à des instruments de protection systématiques, constitue une alternative crédible à la défaillance des fonds flexibles ou patrimoniaux en 2018 ; défaillance qui risque malheureusement de se prolonger en raison de la forte corrélation des actifs traditionnels que sont les actions et les obligations.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

E.Stofer (CRPN) : "La qualité de la croissance dépend du commerce mondial"

E.Stofer (CRPN) : "La qualité de la croissance dépend du commerce mondial"

Le directeur de la Caisse de retraite complémentaire du personnel navigant professionnel de l’aéronautique civile, Étienne Stofer, s’exprime sur la co...

Hélène Bourbouloux : la référence

Hélène Bourbouloux : la référence

Rallye, la maison mère de Casino a été placée en sauvegarde. Deux administrateurs ont été nommés. Dont Hélène Bourbouloux. Portrait de l’administratri...

Priorité 2019 du directeur financier : optimisation des processus (4/6)

Priorité 2019 du directeur financier : optimisation des processus (4/6)

À l’issue de l’étude de PwC « Priorité 2019 du directeur financier », nous vous proposons chaque semaine un retour sur l’un des six sujets qui cristal...

Philippe Rey (UMR) : "La croissance mondiale est entrée dans une phase de ralentissement"

Philippe Rey (UMR) : "La croissance mondiale est entrée dans une phase de ralentissement"

Créée en 2002, L'Union Mutualiste Retraite (UMR) est une union de mutuelles spécialisées dans l'épargne retraite. Elle gère près de 9,1 milliards d’eu...

Amazon mène la "série G" de Deliveroo à 575 millions de dollars

Amazon mène la "série G" de Deliveroo à 575 millions de dollars

Avec ce nouveau tour de table, l’entreprise de livraison de repas, a levé au total 1,53 milliard de dollars.

TransferWise, la fintech qui valait 3,5 milliards de dollars

TransferWise, la fintech qui valait 3,5 milliards de dollars

Les cofondateurs de TransferWise ainsi que certains investisseurs historiques cèdent une partie de leurs titres sur la base d’une valorisation qui att...

P. Cénac (C&C Notaires) : "Céder les rênes de son entreprise n’est pas qu’une affaire de fiscalité"

P. Cénac (C&C Notaires) : "Céder les rênes de son entreprise n’est pas qu’une affaire de fiscalité"

Adepte de l’interprofessionnalité, Pierre Cénac est un véritable spécialiste de la transmission d’entreprise. Il nous fait part de son expérience sur...

Alix Bolle (Energy Cities) :  "L’énergie est bien plus qu’une marchandise"

Alix Bolle (Energy Cities) : "L’énergie est bien plus qu’une marchandise"

Créée en 1990, l'association Energy Cities déploie ses actions dans plus de mille villes de trente pays européens par le transfert de savoir-faire et...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message