Amine El Khatmi, le Danois

Le président du Printemps républicain publie un ouvrage programmatique. Certaines mesures sont pertinentes, d’autres plus critiquables. Mais toutes sont résolument ancrées à gauche et pourraient permettre à son bord politique de renouer avec les classes populaires.

Le président du Printemps républicain publie un ouvrage programmatique. Certaines mesures sont pertinentes, d’autres plus critiquables. Mais toutes sont résolument ancrées à gauche et pourraient permettre à son bord politique de renouer avec les classes populaires.

"Fasciste", "nazi", "suppôt d’extrême droite", "traitre" voire "collabeur". Amine El Khatmi peut se vanter de collectionner les insultes de la part d’une large frange de la nouvelle gauche. Celle qui met la notion de race au centre du débat public, censure tout contradicteur, trouve des circonstances aux agresseurs de Mila, reste silencieuse face à Sarah Halimi, ou soutient jusqu’au bout le CCIF... Tout cela pour laisser partir une partie du peuple de gauche vers l’abstention, le RN ou la Macronie.

Casseur de business

Quel crime a pu commettre Amine El Khatmi pour mériter une telle mise au pilori ? Tout simplement défendre des idées telles que l’universalisme républicain, la laïcité ou la prédominance du social sur le racial. Fils d’immigré marocain, issu d’une cité populaire d’Avignon, passé par le parti socialiste, le trentenaire sait de quoi il parle lorsqu’il fustige certaines dérives d’un bord politique dont il se réclame toujours. En bref, le président du Printemps républicain est légitime lorsqu’il s’attaque à un business model qui, à défaut de séduire les électeurs, gagne du terrain dans les médias ou à l’université. Il faut donc le détruire, le disqualifier, le caricaturer et faire disparaître sa pensée .

Pas de chance, il la dévoile avec précision dans l’ouvrage Printemps républicain qui a tout du livre programme. Intégration, éducation, santé, sécurité, citoyenneté, écologie...Le trublion de la gauche tricolore y dévoile un projet et, qui sait, des ambitions politiques.

La gauche qui gagne ?

Qu’en dire ? Globalement, il s’agit d’un ouvrage politique comme il en existe beaucoup. Amine El Khatmi n’échappe pas à certains travers de ses confrères de gauche ou de droite : proposer des mesures qui existent déjà ou qui sont infinançables. Par exemple, "dédier un corps d’enseignants spécifiques dédiés à l’éducation artistique et culturelle" alors que des professeurs de musique et d’art plastique sont à pied d’oeuvre. Citons également la proposition de doubler le salaire des professeurs dans les établissements scolaires sensibles, la généralisation de l’aide aux devoirs (ce qui suppose un retour aux emplois aidés ?). Mais d’autres pistes peuvent susciter l’intérêt des dirigeants. Citons notamment le fait de sanctionner les communes qui créent sciemment des ghettos ou encore les projets de lutte contre la désertification médicale (antennes de facultés de médecine dans des petites villes), la réforme de la cérémonie de naturalisation.

Le tout reste cohérent et s’inspire en grande partie des mesures de la gauche danoise qui, il y a quelques années a revu entièrement son logiciel idéologique en se reposant sur des jeunes élus, bien souvent issus de milieux modestes ou d’origine étrangère. Un aggiornamento qui a permis à la social-démocratie de revenir au pouvoir, de s’y ancrer solidement et de faire décliner la droite populiste.

Lucas Jakubowicz

Printemps républicain, Amine El Khatmi, éditions de l’Observatoire, 138 pages, 15 euros

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Thierry Breton, le super commissaire

Thierry Breton, le super commissaire

Le commissaire européen est l'architecte du "monde d'après" rêvé par l'UE. Missions principales ? Obtenir une souveraineté technologique et faire émer...

A. Livet (Ipsen) : "Soutenons la filière de production de médicaments en France"

A. Livet (Ipsen) : "Soutenons la filière de production de médicaments en France"

La pandémie de Covid-19 a mis en évidence la dépendance sanitaire de la France et de l’Union européenne en matière de production et d’approvisionnemen...

Édouard Philippe, la puissance du port du Havre

Édouard Philippe, la puissance du port du Havre

Qui est vraiment l’ancien premier ministre ? Un Iznogood qui veut être calife à la place du calife ou un homme fidèle au président ? Le journaliste Tu...

Transformation de la Gare du Nord : retour sur un fiasco

Transformation de la Gare du Nord : retour sur un fiasco

Controversé depuis le début, l’immense chantier de transformation de la gare du Nord de Paris a finalement été annulé hier soir par la SNCF qui invoqu...

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Le cabinet de conseil en stratégie de communication et gestion du capital réputation, Vae Solis Communications, accueille Vincent Le Roux au sein de s...

La loi Sapin 3 pour bientôt

La loi Sapin 3 pour bientôt

Depuis cinq ans, la loi Sapin 2 représente un pilier de la lutte anticorruption en France, celle-ci ayant conduit à deux avancées majeures pour la pro...

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte