Amélie Lièvre-Gravereaux (Acacia Legal) : « Notre nouveau cabinet fait la différence »

Acacia Legal vient d’ouvrir ses portes. Le nouveau cabinet d’avocats accompagne familles fortunées et dirigeants d’entreprise dans leurs problématiques patrimoniales et professionnelles. L’équipe revient sur les tendances fortes de l’année écoulée.

© hors-média

Les associés fondateurs Ludovic Tartanson, Franck Iacovelli (derrière) et Amélie Lièvre-Gravereaux (au centre) entourés de leur équipe (Pierre Wattenne, Caroline Haquin, Adrien Matillon et Caroline Pierre).

Acacia Legal vient d’ouvrir ses portes. Le nouveau cabinet d’avocats accompagne familles fortunées et dirigeants d’entreprise dans leurs problématiques patrimoniales et professionnelles. L’équipe revient sur les tendances fortes de l’année écoulée.

Décideurs. Pourquoi avoir créé Acacia Legal ?

Amélie Lièvre-Gravereaux. Nous avons souhaité nous différencier des cabinets d’affaires dans lesquels nous travaillions car nous ne nous reconnaissions plus dans leurs pratiques professionnelles. Acacia Legal a vocation à offrir sa gamme de services juridiques à Paris et en province. Nous développons l’axe Paris-Marseille et l’agrandirons à d’autres villes (Lyon, Bordeaux, Lille…).

Actuellement, le cabinet compte trois associés et quatre collaborateurs qui interviennent indifféremment selon les besoins des clients sur les deux bureaux.

Quels sont vos champs d’expertise ?

Ludovic Tartanson. Ils sont complémentaires entre les membres fondateurs ­d’Acacia Legal. Amélie est une spécialiste des sujets de fiscalité, notamment en matière patrimoniale et en contrôle et contentieux fiscal des particuliers comme des entreprises. Franck est notre expert du droit des entreprises en difficulté, des reprises de sociétés à la barre ou in bonis. Quant à moi, j’interviens principalement en droit des sociétés sur des dossiers de transmissions d’entreprises, de croissance externe et de levée de fonds. Notre clientèle est plutôt variée et orientée sur le smid-cap : nous accompagnons les particuliers, les start-up, TPE, PME ou ETI.

Quelle analyse faites-vous du marché de la fiscalité patrimoniale aujourd’hui ?

A. L.-G. Il se porte plutôt bien. Des personnes reviennent attirées par le statut d’impatrié fiscal et ceux qui voudraient partir hésitent encore du fait de la flax tax. De même, de nombreux dispositifs ­d’incitation fiscale existent pour les cadres dirigeants.

Justement, l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) a remplacé l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Quel est le rôle des avocats lors de cette transition ?

A. L.-G. Nous n’avons pas de recul sur l’impact de l’IFI sur l’ISF, mais il y a fort à parier que nous assisterons à une recrudescence du contrôle des déclarations ISF des années antérieures, voire à des rectifications, notamment par rapport aux valeurs immobilières y figurant.

Les ICO sont en progression en France. Est-ce la nouvelle tendance en matière de fiscalité patrimoniale ?

Franck Iacovelli. Il existe une vraie dynamique et les avocats y prêtent de plus en plus attention. Je crois que les bénéficiaires de « tokens » choisiront davantage leur conseil juridique en fonction de l’intuitu personae que de la notoriété du cabinet.

Au rang des nouveautés fiscales se trouve aussi le droit à l’erreur. Pouvez-vous nous en dire plus ?

A. L.-G. La loi pour un État au service d’une société de confiance comporte deux piliers : faire confiance et faire simple… C’est la possibilité pour chaque Français de se tromper dans ses déclarations à l’administration sans risquer des pénalités qui peuvent parfois s’avérer confiscatoires.

En résumé, si l’administration fiscale détecte l’erreur de bonne foi dans le cadre d’un contrôle, les intérêts de retard seront réduits de 30 %. Si le contribuable rectifie lui-même son erreur de bonne foi, les intérêts de retard sont réduits de 50 % mais si l’administration fiscale démontre un manquement délibéré les intérêts de retard s’appliquent à 100 %, sans préjudice de la sanction.

Le droit à l’erreur repose sur un a priori de bonne foi : la charge de la preuve est inversée, il reviendra à l’administration de démontrer la mauvaise foi de l’usager. Bien sûr, ce dispositif ne sera pas applicable en cas de fraude fiscale. Or, qu’est-ce que signifiera dans le cadre du droit à l’erreur la fraude fiscale et qui la définira ?


 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L’Autorité de la concurrence publie un nouveau document-cadre sur les programmes de conformité

L’Autorité de la concurrence publie un nouveau document-cadre sur les programmes de conformité

Le document-cadre sur les programmes de conformité vient d’être mis à jour par l’Autorité de la concurrence. Le texte fournit aux entreprises et aux a...

L’AMF a connu une hausse de ses activités en 2021

L’AMF a connu une hausse de ses activités en 2021

En 2021, l’Autorité des marchés financiers a connu une forte hausse des valorisations et des entrées en Bourse et noté la montée en puissance de l’act...

Valmy Avocats s’ouvre au droit public et au droit de l’environnement

Valmy Avocats s’ouvre au droit public et au droit de l’environnement

Le cabinet, spécialiste des sujets de conseil et contentieux des entreprises, élargit son offre de services avec l’arrivée d’une nouvelle associée. Ma...

Squair se renforce en propriété intellectuelle

Squair se renforce en propriété intellectuelle

Quentin Renaud s’associe au sein du cabinet Squair. Habitué des dossiers de propriété littéraire et artistique, droit des marques et dessins et modèle...

B. Bourdon (Brafa) : "Faire ce qu’il y a de mieux pour le marché de l’art en Belgique"

B. Bourdon (Brafa) : "Faire ce qu’il y a de mieux pour le marché de l’art en Belgique"

La 67e édition de la Brussels Art Fair (Brafa), l’une des plus anciennes et prestigieuses foires d’art d’Europe, rassemblera 115 galeries du 19 au 26...

Alerion se renforce en droit de l’environnement

Alerion se renforce en droit de l’environnement

Fahima Gasmi est nommée associée du cabinet Alerion. Elle y pilotera la pratique droit de l’environnement.

DS Avocats se prépare à la mise en place de la juridiction unifiée du brevet

DS Avocats se prépare à la mise en place de la juridiction unifiée du brevet

Charles-Antoine Joly, nouvel associé de DS Avocats, vient étoffer l’offre propriété intellectuelle, technologies numériques et data du cabinet.

En 2021, les activités de contrôle de l’AFA ont rebondi

En 2021, les activités de contrôle de l’AFA ont rebondi

Dans son rapport d’activité 2021 tout juste publié, l’Agence française anticorruption revient sur les chiffres clés à retenir pour la préparation du p...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message