Le défaut de legal privilege des juristes mis en exergue par le confinement ?

Cybersécurité, protection des secrets de l’entreprise, des données personnelles mais aussi des avis juridiques sont des sujets imbriqués qui ont été particulièrement mis en lumière dans le contexte de confinement imposé, et donc de travail à distance. Pour démêler le vrai du faux, Décideurs Juridiques a fait appel à une experte aussi bien du droit que des technologies, Amélie de Braux. Entretien.

Cybersécurité, protection des secrets de l’entreprise, des données personnelles mais aussi des avis juridiques sont des sujets imbriqués qui ont été particulièrement mis en lumière dans le contexte de confinement imposé, et donc de travail à distance. Pour démêler le vrai du faux, Décideurs Juridiques a fait appel à une experte aussi bien du droit que des technologies, Amélie de Braux. Entretien.

Décideurs Juridiques. Le défaut de legal privilege des juristes a-t-il été mis en exergue par le confinement ?

Amélie de Braux. Oui, parce que la protection des consultations juridiques est toujours un sujet sensible pour nous directeurs juridiques, mais aussi parce que le travail à distance a pu nous placer dans des situations difficiles : là où un avocat peut écrire à son client en toute sécurité grâce au secret professionnel dont il bénéficie, le directeur juridique ne peut pas fournir tous ses avis juridiques écrits sans que ceux-ci ne soient saisissables par une autorité de poursuite. En temps normal, nous avions développé des solutions de contournement comme notamment nous déplacer dans le bureau de notre directeur financier ou de notre directeur général. En période de confinement, c’est impossible. Un appel téléphonique n’est pas toujours possible. En d’autres termes, les réflexes que nous avons tous en période normale ont laissé place à la gestion de la crise dans l’urgence, entraînant une perte de temps inutile, voire parfois une prise de risques.

Ce sujet peut-il être séparé de la protection des données personnelles et des secrets de l’entreprise ?

A. de B. Secret professionnel, sécurité informatique, protection des données personnelles et d’entreprise sont des sujets qui ne sont pas nouveaux et se mélangent. Ils ont été exacerbés par la crise qui a placé les salariés seuls chez eux. Or, les failles en ces domaines sont sujettes à deux facteurs de risques : l’humain et la technologie.

L’humain tout d’abord. Certains se sont sentis perdus, n’avaient pas l’habitude de travailler à distance et ont craint de perdre le contact physique. Dans ce cas, les réflexes du bon père de famille peuvent se perdre et des comportements à risques peuvent se produire. La technologie vient donc ensuite palier ce risque : certaines entreprises ont été obligées d’adopter des solutions digitales à marche forcée sans passer par toutes les étapes de diligence nécessaires à leur mise en place : test des failles de sécurité, gestion de la localisation des données… Nous sommes passés en très peu de temps d’un stade où le digital faisait peur à du tout digital et cela est facteur de risques.

Toutes les entreprises ont-elles pris des risques ?

A. de B. Pas vraiment. Il y a celles qui étaient déjà bien outillées, avec des serveurs sécurisés. Notamment, en matière de protection des donnée personnelles, certaines entreprises étaient déjà conformes au RGPD et la crise n’a rien changé. Elles n’ont pas eu non plus à se préoccuper de la protection des secrets des affaires, puisque ce sujet avait déjà été traité en amont. Il y a celles aussi qui ne peuvent pas procéder à une digitalisation massive comme celles du secteur de la défense, qui peuvent être contraintes d’utiliser le papier, ou encore certaines entreprises d’autres secteurs, comme la finance et la pharmacie qui ne peuvent pas non plus tout digitaliser. Et il y a aussi les entreprises qui ont découvert le sujet du digital avec le confinement, et qui ont dû s’outiller dans l’urgence, de la même manière que certaines autres entreprises ont découvert la protection des données personnelles en 2016 ! Ici résident les plus gros risques.

Mais le risque zéro n’existe pas ?

A. de B. Tout à fait. Les données personnelles et d’entreprises sont toujours menacées par des failles ou des attaques. Car même avec les meilleurs outils technologiques, la question n’est pas de savoir si une faille va se produire mais comment on va y répondre. Aucun outil digital ou solution reposant uniquement sur l’humain est fiable à 100 %. Tout réside dans la mise en place d’une hygiène sécuritaire, des « gestes barrière » en quelque sorte avec des politiques internes robustes et surtout des plan de remédiation efficaces.

Et le facteur humain…

A. de B. La gestion de l’émotion a été rendue difficile par le travail à distance. Il fallait faire en sorte que les salariés n’adoptent pas de comportements à risque. La crise sanitaire a été l’occasion de mettre à l’épreuve in concreto les programmes de compliance en place, ainsi que les mesures de sécurité. Je suis persuadée que certains directeurs juridiques ou de la compliance ont dormi sur leurs deux oreilles durant cette période. La source importante d’exposition qui persiste pour les entreprises les mieux protégées, c’est l’absence de secret professionnel de leurs équipes juridiques. Il a fallu trouver des solutions de contournement aux réflexes adoptés avant la crise, causant des pertes de temps inutile tandis que les équipes devaient aussi faire front pour gérer l’urgence de la situation. Si un directeur juridique ne peut pas écrire à son directeur général, c’est un problème…

Propos recueillis par Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Directions juridiques : garder le cap lors de la reprise d’activité

• Les juristes d’entreprise sur le pont • Sécuriser l’équipage • Les leçons de la tempête • Les points de vigilance
Sommaire La ligne droite Les directions juridiques face à la crise : les résultats de l'enquête Gestion de la crise : l’occasion de révéler les atouts des juristes Vol de données : les directions juridiques en première ligne La faculté du juriste à télétravailler Juriste, j'ai pris mon poste en plein confinement Les juristes sur le front de la gestion de crise La nouvelle donne du marché de l’emploi des juristes Le juriste de transition : un atout en temps de crise
SBKG & Associés muscle ses équipes

SBKG & Associés muscle ses équipes

Poursuivant son développement, SBKG & Associés accueille Carol Santoni, Louise Duvernois et Driss Tof en qualité d’associés ainsi que Gwénolé Mori...

DPO Consulting lance myDPO

DPO Consulting lance myDPO

DPO Consulting lance myDPO, la toute nouvelle version de son logiciel de mise en conformité au Règlement général sur la protection des données (RGPD).

Création du Cercle interprofessionnel du droit de l’environnement

Création du Cercle interprofessionnel du droit de l’environnement

Cinq avocats et quatre juristes fondent le Cercle interprofessionnel du droit de l’environnement, un nouvel espace d’échange pour les professionnels œ...

Maximilian Schiessl : "L’Allemagne est prête à faire des affaires"

Maximilian Schiessl : "L’Allemagne est prête à faire des affaires"

Associé du cabinet allemand Hengeler Mueller, le docteur Maximilian Schiessl est intervenu comme conseil lors de certaines d'opérations de fusions-acq...

Pernod Ricard réorganise sa direction juridique

Pernod Ricard réorganise sa direction juridique

Au sein de son équipe juridique, Pernod Ricard place Antoine Brocas à la tête de l'éthique et de la compliance et confie à Jonathan Bay la direction j...

Deuxième associée pour Daher Avocats

Deuxième associée pour Daher Avocats

Le cabinet de niche en droit social Daher Avocats accueille Louise Thiébaut en qualité d’associée. Il renforce par la même occasion ses compétences de...

Chassany Watrelot Associés promeut l’un de ses avocats

Chassany Watrelot Associés promeut l’un de ses avocats

Virgile Zeimet accède à l’association au sein du bureau parisien de Chassany Watrelot Associés. Le cabinet spécialisé en droit social consolide ainsi...

Premier LBO pour Legalstart

Premier LBO pour Legalstart

La plateforme française de création de documents juridiques et de formalités administratives à destination des TPE et des PME Legalstart vient de réal...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte