Amaury Dumas-Marze (Delsol Avocats) : "Je pressens un renforcement des restructurations de dettes bancaires."

Delsol Avocats vient tout juste d'accueillir un nouvel associé spécialiste du droit des entreprises en difficulté, Amaury Dumas-Marze, et ses deux collaboratrices. L’avocat nous en dit plus sur ce mouvement et ses projets de développement pour le cabinet.

Delsol Avocats vient tout juste d'accueillir un nouvel associé spécialiste du droit des entreprises en difficulté, Amaury Dumas-Marze, et ses deux collaboratrices. L’avocat nous en dit plus sur ce mouvement et ses projets de développement pour le cabinet.

Décideurs Juridiques. Vous quittez, avec vos deux collaboratrices, Lexcase pour Delsol Avocats. Qu’est-ce qui a guidé votre choix ?

Amaury Dumas-Marze. Après douze très belles années depuis la création de LexCase, j’ai eu envie d’un nouveau projet. Nous nous sommes rencontrés avec Emmanuel Kaeppelin à l’occasion d’un dossier et avons rapidement commencé à réfléchir à un rapprochement qui a très vite pris beaucoup de sens et m’a convaincu de rejoindre Delsol Avocats, ses associés et ses collaborateurs. L’implantation très solide du cabinet à Lyon et à Paris, son développement continu, l’engagement de ses associés, sa réputation forte et sa volonté de structurer une équipe restructuring aux compétences larges font partie des nombreuses raisons qui ont guidé mon choix.

Vous rejoignez une équipe déjà composée de deux associés, Philippe Dumez et Manuel Wingert, entourés de leurs collaborateurs et pouvant compter sur les départements droit social et financement. Quel est votre projet chez Delsol Avocats ?

Mon projet est de constituer une équipe forte et rapprochée avec Philippe et Manuel, mais également avec Delphine Bretagnolle en droit social et Séverine Bravard en financement. Nous aurons, ensemble, la capacité d’intervenir rapidement sur des dossiers complexes en apportant un panel de savoir-faire large. Par ailleurs, les évolutions du droit des procédures collectives en cours vont nous offrir des perspectives passionnantes pour lesquelles nos compétences respectives permettront de construire collectivement des solutions nouvelles et audacieuses pour nos clients.

Pourriez-vous décrire votre clientèle et le type de dossiers sur lesquels vous intervenez ?

Nous intervenons avec mes collaboratrices majoritairement en amiable pour une clientèle d’entreprises de toute taille et de fonds d’investissement. Nous les accompagnons sur des problématiques de financement de l’activité, mais aussi de relations client/fournisseur ou sur des litiges entre actionnaires. Nous avons également une activité historique consacrée aux mandataires judiciaires que nous conseillons sur les contentieux qu’ils ont à traiter, sur les mises en jeu de la responsabilité des dirigeants ou les extensions de procédure.

À présent que la fin des aides d’États est annoncée, pressentez-vous l’arrivée d’une vague de faillites ?

Je ne vois pas une vague de faillites, car beaucoup de travail a été mis en œuvre pour accompagner les entreprises. Si vague il y a, ce sera peut-être plutôt du côté des entreprises de petite taille pour lesquelles il y aura plutôt un effet de rattrapage. Dans la mesure où les entreprises de taille moyenne ou importante ont été financièrement soutenues, mais de facto se sont, pour certaines, très endettées, je pressens surtout un renforcement de l’activité amiable et judiciaire pour traiter les restructurations de dette bancaire qui vont inévitablement intervenir dès 2022 et encore plus en 2023 au fur et à mesure du début de l’amortissement des PGE.

Pensez-vous que la réforme en cours du droit des procédures collectives va dans le bon sens pour les entreprises en difficulté ?

Seule l’expérience le dira ! On peut néanmoins remarquer que le chemin suivi par les législateurs français et européens, est de progressivement rapprocher notre droit de la pratique anglo-saxonne. En donnant plus de place aux créanciers dans les procédures, on va contribuer à un rééquilibrage des pouvoirs qui, je l’espère, permettra, notamment aux créanciers financiers, de favoriser le financement de l’entreprise en difficulté, en le rendant plus dynamique et plus ouvert, pour permettre d’asseoir le rebond durable de son activité.

Propos receuillis par Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

V. Couroyer (Magnacarta) : "Notre maître-mot est de sécuriser l'activité des cabinets"

V. Couroyer (Magnacarta) : "Notre maître-mot est de sécuriser l'activité des cabinets"

Entretien croisé avec Vincent Couroyer, président du groupement de cabinets indépendants de gestion en patrimoine Magnacarta, et Julie Compagnon, prés...

Herbert Smith Freehills se renforce en financement de projets

Herbert Smith Freehills se renforce en financement de projets

Michaël Armandou rejoint Herbert Smith Freehills en qualité d’associé à Paris. Au sein du département finance de la firme, l’avocat travaillera sur le...

Fidal a définitivement tourné la page

Fidal a définitivement tourné la page

Le bouleversement des équipes parisiennes de Fidal provoqué par le départ d’une centaine d’avocats en janvier 2019 à destination de KPMG ne sera bient...

Ariane de Rothschild, de baronne à patronne

Ariane de Rothschild, de baronne à patronne

Avec une fortune avoisinant les 5 milliards d’euros, Ariane de Rothschild est désormais seule à la tête du groupe Edmond de Rothschild, après la mort...

Un nouvel associé rejoint Consigny Monclin Bellour

Un nouvel associé rejoint Consigny Monclin Bellour

Quelques mois seulement après sa création, le cabinet Consigny Monclin Bellour accueille un nouvel associé en droit pénal des affaires : Benjamin Bohb...

BCLP accueille deux associés en contentieux des affaires

BCLP accueille deux associés en contentieux des affaires

Philippe Métais et Élodie Valette intègrent le pôle contentieux et investigations de Bryan Cave Leighton Paisner (BCLP) en qualité d’associés. Dans ce...

P-A. Poussier (Financiale gestion privée) : "Nous exerçons un métier de généraliste en réunissant des experts thématiques"

P-A. Poussier (Financiale gestion privée) : "Nous exerçons un métier de généraliste en réunissant de...

Financiale fête ses 10 ans et Pierre-Antoine Poussier détaille l’impact de la crise sur l’activité du cabinet et ses ambitions pour les prochaines ann...

Le data protection officer : l’art de savoir négocier

Le data protection officer : l’art de savoir négocier

Associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, Jérôme Deroulez se consacre aux problématiques de protection des données personnelles en France et en E...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte