Alstom officialise ses noces avec Bombardier

Le groupe français Alstom, leader national du secteur ferroviaire, a finalisé vendredi l’acquisition de son concurrent canadien Bombardier pour 5,3 milliards d’euros. Cette fusion, marque l’avènement d’un nouveau numéro deux mondial.

Le groupe français Alstom, leader national du secteur ferroviaire, a finalisé vendredi l’acquisition de son concurrent canadien Bombardier pour 5,3 milliards d’euros. Cette fusion, marque l’avènement d’un nouveau numéro deux mondial.

Après trois années tumultueuses, et une année 2020 marquée par la crise sanitaire, Alstom aura finalement trouvé chaussure à son pied et officialise son mariage avec Bombardier. Une union qui, il y a encore peu de temps, n’était pourtant pas envisagée. 

D’abord promis au groupe allemand Siemens, le français aura vu ses plans compromis par la Commission européenne s’opposant au projet “d’union entre égaux". L’interdiction mettait en lumière le quasi-monopole des deux géants sur les lignes à grande vitesse de leur pays respectif. Le rapprochement aurait permis d’en faire un leader européen susceptible de concurrencer le numéro un mondial du secteur ferroviaire, le géant chinois CRRC. L’État français, qui soutenait, avec son ministre de l’Économie Bruno Le Maire, que l’union entre Siemens et Alstom serait la seule option, se voyait ainsi opposer une fin de non-recevoir.

Un mariage sous le signe de la complémentarité 

L’obstacle concurrentiel n’aura, cette fois-ci, pas été un problème majeur dans la réalisation de ces noces. Alstom a ainsi choisi un partenaire aux forces différentes des siennes, notamment sur le plan des implantations géographiques. La première alliance, franco-allemande, qui consistait à résister au leadership mondial du groupe CRRC, ne convenait pas aux instances européennes du fait de la mise en place d’un monopole européen contrevenant aux règles de concurrence. 

Le groupe français et le québécois mobilisent ainsi leurs complémentarités. Henri Poupart-Lafarge, PDG d’Alstom précise d’ailleurs qu’ils n’avaient "pas eu de problème avec les autorités de la concurrence parce que précisément, marché par marché, nos points forts sont leurs points faibles et réciproquement". Pour autant, la Commission aura eu à cœur de limiter, dans certains pays, le potentiel monopole de ce nouveau géant européen. Elle soumet donc la fusion à la promesse de la vente par le français de ses usines de Reichshoffen (Bas-Rhin) et de Hennigsdorf (proche de Berlin) ainsi que la cession partielle de ses participations dans les trains à grande vitesse de l’italien Zefiro 3000. Les premières devraient être cédées au groupe tchèque Skoda Transportation quand l’activité ferroviaire italienne reviendrait, à hauteur de 50 %, au japonais Hitachi. 

Dans cette nouvelle opération, Siemens conserve son positionnement européen face au nouveau rang d’Alstom, désormais numéro deux mondial du secteur ferroviaire avec un chiffre d’affaires combiné des deux entités de 15,7 milliards d’euros en 2019 et plus de 75 000 salariés, devant l’allemand (9 milliards d’euros de CA) mais toujours loin derrière CRRC (29 milliards d’euros de CA). 

Une fusion avantageuse dans un contexte de crise

Les négociations, entamées début 2020, peu avant la crise sanitaire, annonçaient un prix compris entre 5,8 et 6,2 milliards d’euros pour le rachat à 100 % de Bombardier. Si les effets de la crise n’ont pas eu raison de cette union, elles permettent au français d’obtenir une révision de la transaction fin septembre pour un montant estimé entre 5,5 et 5,9 milliards d’euros. Alstom l’emporte finalement sur son concurrent au prix minimum de la fourchette et paiera 4,4 milliards d’euros pour la reprise des activités ferroviaires avant d’ajouter 1,1 milliard destiné à combler la trésorerie négative ainsi que "d’autres ajustements contractuels". 

Alstom poursuit, avec cette opération, son développement et marque de son empreinte l’activité M&A de ce début d’année. 

David Glaser

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Première fortune chinoise, Zhong Shanshan est le patron à la fois du géant de l’eau en bouteille Nongfu Spring et de l’entreprise pharmaceutique Beiji...

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

L’INPI (Institut national de la propriété industrielle) dévoile son palmarès 2021 des déposants de brevets. Cette année encore, cette compilation soul...

Jessica Alba, Emma Watson, Oprah Winfrey : les célébrités des conseils d'administration

Jessica Alba, Emma Watson, Oprah Winfrey : les célébrités des conseils d'administration

Jessica Alba intègre le board de Yahoo. L’actrice n’est pas la première à rejoindre l’instance non exécutive d’un grand groupe, en recherche de nouvel...

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

Rémunérations : objectifs climat pour le CAC 40

Rémunérations : objectifs climat pour le CAC 40

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a promis d’inciter les grands groupes à davantage lier la rémunération de leurs dirigeants à des c...

Jean-Pascal Pham-Ba : l’idéaliste de terrain

Jean-Pascal Pham-Ba : l’idéaliste de terrain

Il est avocat d’affaires, entrepreneur, financier, conseiller stratégique… Mais ce qui définit avant tout Jean-Pascal Pham-Ba c’est son engagement san...

Parité : l’UE impose des quotas de femmes au sein des conseils d’administration

Parité : l’UE impose des quotas de femmes au sein des conseils d’administration

Le 7 juin, les représentants des États membres et le Parlement européen trouvaient un accord sur une directive proposée il y a dix ans par Bruxelles....

Cabinets de conseil, success-stories françaises

Cabinets de conseil, success-stories françaises

Si les cabinets de conseil anglo-saxons sont souvent mis sur le devant de la scène, la France regorge, elle aussi, de belles aventures entrepreneurial...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message