Alexandre Crazover (Datawords) : « Il nous semble indispensable de penser dès le départ à l’international »

Retour sur le Grand Prix des Entreprises de Croissance, édition 2015 : aujourd’hui zoom sur Datawords, lauréat du secteur « Services ».

Retour sur le Grand Prix des Entreprises de Croissance, édition 2015 : aujourd’hui zoom sur Datawords, lauréat du secteur « Services ».

Décideurs. Comment définiriez-vous votre stratégie de croissance ?

Alexandre Crazover. Datawords est le pionnier de l’e-multiculturalisme, c’est-à-dire que nous déployons la stratégie digitale des marques à l'international. Depuis notre création en juin 2000 jusqu’à l’acquisition de Digiprod en 2014, la croissance de Datawords a été principalement organique. Notre croissance, régulière et à deux chiffres depuis plus de dix ans, s’est appuyée sur l’élargissement de notre offre, la diversification des secteurs d’activité ciblés, l’augmentation du nombre de cultures couvertes, et par un fort développement international puisque nous réalisons plus de 70 % de nos activités hors de France.

 

 

Décideurs. Quelles ont été les clés du succès de votre croissance ?

A. C. Pour résumer, notre croissance a été progressive et cohérente. En tant que pionniers de l’e-multiculturalisme, nous avons été les premiers à mettre en évidence l’importance pour les grandes marques d’adapter leurs stratégies digitales aux spécificités culturelles des marchés et à apporter une réponse concrète à ce besoin. Le développement d’outils propriétaires (Datawords Multilingual Digital Suite) et d’un savoir-faire validé par les normes ISO 9001 nous ont permis de nous distinguer.  Mais outre la qualité et la singularité de notre offre, c’est surtout au talent de notre équipe multiculturelle et passionnée que nous devons notre succès.

 

 

Décideurs. Quels sont les obstacles que vous avez dû affronter pour permettre une forte croissance ?

A. C. Les deux premières années ont été difficiles, beaucoup de marques pensant à l’époque qu’elles pouvaient se contenter de l’anglais pour leurs contenus digitaux. Par ailleurs, bien des aspects de notre modèle sont originaux et ont pu inquiéter certains investisseurs à nos débuts. Par exemple notre gouvernance : nous sommes quatre associés qui avons créé et dirigeons Datawords ensemble. Cette approche peut prendre plus de temps à court terme mais nous permet d’aligner naturellement nos intérêts sur le long terme et de favoriser le terrain pour la croissance.

 

 

Décideurs. Quels conseils donneriez-vous aux entrepreneurs qui visent une forte croissance ?

A. C. De notre point de vue, il peut être dangereux de dynamiter le plafond de verre trop rapidement si l’on ne veut pas que celui-ci se transforme en plancher de verre dans l’autre sens. C’est pour cela que nous avons toujours fait en sorte de grandir à un rythme soutenu mais gérable, en structurant nos process, en nous entourant des équipes et des partenaires pour offrir de nouveaux services et conquérir de nouveaux marchés. Il nous semble également indispensable de penser dès le départ à l’international. Même s’il peut être préférable opérationnellement de se concentrer sur un marché dans un premier temps, une croissance forte et durable passe nécessairement par l’international.

 

 

Décideurs. Pour financer votre croissance, quels conseils donneriez-vous aux entrepreneurs à l’aune de votre propre expérience ?

A. C. De ne pas être obnubilé par les montants levés. Lorsque nous avons créé l’entreprise au début des années 2000, nous avons été confrontés à la difficulté de lever des fonds et rétrospectivement cela a été une chance. Nous avons ainsi pu nous concentrer sur notre offre et sur nos clients. Je croise aujourd’hui trop de jeunes entrepreneurs qui me semblent focalisés sur la taille de leur prochaine levée de fonds et pas suffisamment sur de nouveaux succès commerciaux ou la fidélisation des clients existants.

 

 

Décideurs. Comment avez-vous géré votre levée de fonds et vos relations investisseurs ?

A. C. Le private equity est un outil de développement extraordinaire. Nous avons eu la chance d’être accompagnés par des investisseurs qui ont bien compris notre activité et ont su nous soutenir efficacement dans notre croissance et nous encourager à prendre des risques. Les investisseurs ont été dans notre histoire et constituent pour nous de véritables partenaires de confiance. Une bonne illustration est le nouveau tour de table que nous venons de réaliser : emmené par Cathay Capital qui nous avait déjà accompagnés entre 2009 et 2011, nous pouvons également compter sur le renfort de Keensight Capital, le soutien de Bpifrance, ainsi que sur l’appui de Capzanine, à nos côtés depuis 2011.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Paroles de Gagnants - GPEC 2015

Sommaire
Internet mobile : Cuba s’ouvre (un peu) sur le monde

Internet mobile : Cuba s’ouvre (un peu) sur le monde

La grande île caribéenne connaît une petite révolution dans le secteur des nouvelles technologies avec le déploiement d’un réseau 3G.

IKKS fait peau neuve

IKKS fait peau neuve

Lourdement endetté, le groupe de prêt-à-porter premium a dû restructurer son capital pour régler sa situation financière. Les créanciers ont accepté d...

Sanofi et Bioverativ, un deal sans effusion de sang

Sanofi et Bioverativ, un deal sans effusion de sang

Sanofi a enfin mis un pied dans le secteur des maladies rares ! En rachetant la biotech américaine Biovertiv pour 11,6 milliards de dollars, Sanofi s’...

Safran décolle enfin avec Zodiac

Safran décolle enfin avec Zodiac

La patience de Safran a fini par payer. Huit ans auront été nécessaires pour que l’OPA amicale engagée sur Zodiac Aerospace aboutisse. Outre les quest...

EssilorLuxottica voit les choses en grand

EssilorLuxottica voit les choses en grand

Ils se sont dit oui. Depuis octobre, Essilor et Luxoticca font maison commune pour devenir leader mondial de l’optique. Au sein de la direction, la pa...

Idex souffle le froid et le chaud

Idex souffle le froid et le chaud

Valorisé près de 1,5 milliard d’euros à la suite d’un LBO tertiaire, l’opérateur intégré d’infrastructures énergétiques ambitionne de franchir la barr...

Goldman Sachs rentre dans le jeu de Voodoo pour 200 M$

Goldman Sachs rentre dans le jeu de Voodoo pour 200 M$

Les incursions de la banque de financement et d’investissement sur le segment des sociétés françaises en hypercroissance sont rares. C’est dire le pot...

Face à Apple, Microsoft défend ses valeurs

Face à Apple, Microsoft défend ses valeurs

Le 30 novembre dernier, Microsoft a brièvement dérobé à Apple la place de première capitalisation boursière mondiale. Un succès qui est le reflet de l...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message