Alain Afflelou : "Le monde d’après ne sera rien d’autre que le monde d’avant, en plus pauvre"

Alors que, partout, l’émergence imminente d’un monde d’après Covid semble faire consensus, Alain Afflelou le reconnaît : il n’y croit pas. Sans cynisme mais avec lucidité, le leader de l’optique européen évoque un monde semblable à celui d'avant, "mais en plus pauvre", sur le plan du pouvoir d’achat comme sur celui des rapports humains.

Alors que, partout, l’émergence imminente d’un monde d’après Covid semble faire consensus, Alain Afflelou le reconnaît : il n’y croit pas. Sans cynisme mais avec lucidité, le leader de l’optique européen évoque un monde semblable à celui d'avant, "mais en plus pauvre", sur le plan du pouvoir d’achat comme sur celui des rapports humains.

Depuis des années, il caracole en tête du baromètre des patrons préférés des Français. Normal : Alain Afflelou incarne sa marque, crée des produits qui améliorent le quotidien, a placé les prix bas au cœur de son positionnement et, à force de campagnes d’affichage et de spots télé, a fini par s’imposer en figure familière dans la vie des Français. Rien d’étonnant, donc, à ce que le leader européen de l’optique soit populaire et son opinion écoutée. Même lorsque, comme c’est le cas aujourd’hui, celle-ci va à l’encontre du discours convenu. Celui qui dépeint "le monde d’après Covid" comme plus solidaire, plus respectueux des équilibres et des écosystèmes et plus pérenne. Ce monde-là, censé émerger de la crise après avoir profité de ses enseignements, Alain Afflelou le dit : il n’y croit "pas une seconde".

Effet dominos

D’abord parce que, pour lui, la crise sanitaire souvent évoquée comme un dossier bouclé serait en réalité loin d’être terminée. Plus inquiétant encore : le pire serait devant nous. "Pour moi, la crise économique, financière et sociale devrait nous atteindre de plein fouet l’hiver prochain, ce à quoi personne ne semble préparé, explique-t-il. Certes, on entend parler de possible sursaut pandémique, mais on s’en préoccupe comme si cela ne devait pas arriver." comme s’il ne s’agissait pas d’une menace réelle mais d’un scénario catastrophe davantage conçu pour justifier les mesures de précautions imposées que pour préparer le pays à la possibilité du pire.

Celle qui, pour Alain Afflelou, se profile de façon certaine avec tous les effets "dramatiques" qu’elle devrait entraîner. "On a voulu croire que ça allait mieux mais la tempête ne fait que commencer et elle va balayer l’économie française, assène-t-il. Le gros des licenciements va arriver si bien que, ce qui nous attend, c’est le monde d’avant assorti d’une crise économique majeure qui, elle-même, entraînera une baisse du pouvoir d’achat et donc, par effet de dominos, de la consommation et de la production".

"On a voulu croire que tout allait mieux mais la tempête ne fait que commencer"

À moindre coût et moindre contact…

Résultat : pas de changement de paradigme en vue ni de remise à plat des modes de production, mais une forme de continuité dégradée, prédit celui pour qui "le monde d’après ne sera rien d’autre que le monde d’avant, en plus pauvre". Plus pauvre en termes de pouvoir d’achat, mais aussi de relations humaines puisque, poursuit-il, en institutionnalisant la vente sur Internet et le travail à distance, "le Covid a créé de nouvelles habitudes et montré qu’on pouvait vivre autrement". À moindre coûts et à moindre interactions. Il en veut pour preuve sa propre entreprise où, désormais, les bureaux à moitié vides "donnent l’impression d’équipes à mi-temps" et laissent présager des dégâts qu’il préfère "évaluer plus tard".

Utopie

Alors pour ce qui est de voir dans la crise "un accélérateur de changement vers un monde meilleur," Alain Afflelou en est convaincu : "On est dans l’utopie. Je ne veux pas être noir, juste réaliste, poursuit-il : mais pour moi, il n’y aura pas de monde d’après". Tout juste une réalité modifiée au sein du monde des entreprises parce que "dictée", désormais, par un consommateur qui, plus que jamais, "va chercher le meilleur rapport qualité-prix". Sur cette évolution comme sur le reste, "il faudra s’adapter", estime le leader de l’optique avec le même fatalisme que lorsqu’il évoque le paradoxe de cette crise. "On a toujours été en lutte contre quelque chose, il y a toujours eu des menaces… rappelle-t-il ; Celle-ci diffère des précédentes parce que la seule façon qu’on a trouvée de s’en protéger est aussi celle qui met en danger l’ensemble de l’économie et donc de la société." Œdipien.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Ces idées et personnalités inspirantes pour le monde d'après

Alors que le monde post-covid est en pleine construction, certaines voix s'élèvent et sont force de proposition.
Sommaire Rencontre avec Patrick Pelloux Esther Duflo, économiste de terrain Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) : "Le véritable défi qui nous attend est celui du monde de maintenant" Il est libre Musk Pour Marc Andreesen, "Nous devons exiger davantage de notre société" J. de Funès (philosophe) : "Le télétravail redonne au travail sa juste place" Patrick Artus (Natixis) : "La dette devient gratuite"
P. Cleach (François, Cleach & Associés) : “Le pire caractère de la crise actuelle tient à l’incertitude qu’elle génère”

P. Cleach (François, Cleach & Associés) : “Le pire caractère de la crise actuelle tient à l’incertit...

Plus qu'un avocat, Philippe Cleach a également porté la casquette d'entrepreneur familial et celle de président d'un grand groupe de mode, chez Cerrut...

LFPI en pole position pour la reprise de Meeschaert

LFPI en pole position pour la reprise de Meeschaert

La société d’investissement LFPI est entrée en négociations exclusives avec Meeschaert ce week-end, d’après Les Echos. Elle figure en première place p...

D. Charlet (Anacofi) : "Les cabinets de CGP seront forcement impactés par la crise"

D. Charlet (Anacofi) : "Les cabinets de CGP seront forcement impactés par la crise"

Le modèle économique des cabinets de conseil en gestion de patrimoine peut-il les protéger de la crise ? David Charlet, président de l’Anacofi estime...

V. Placier (Quadient) : "Nous devons être capables, au quotidien, de courir un marathon plutôt qu’un sprint"

V. Placier (Quadient) : "Nous devons être capables, au quotidien, de courir un marathon plutôt qu’un...

Entre digitalisation, pilotage du risque client et gestion des talents, Vincent Placier, Directeur administratif et financier de Quadient France (anci...

Rémy Weber quitte le directoire de La Banque Postale

Rémy Weber quitte le directoire de La Banque Postale

La filière bancaire du groupe La Poste annonce le départ de son président du directoire, Rémy Weber. Une séparation liée à des désaccords sur la gouve...

Hollywood vs Bollywood : le match

Hollywood vs Bollywood : le match

Les États-Unis construisent leur puissance sur le soft power dont Hollywood est la locomotive. Avec Bollywood, l'Inde espère rivaliser à moyen-terme....

B.Revol (O2 Care Services) : "Nous avons maintenu l’activité, contrairement à nos concurrents"

B.Revol (O2 Care Services) : "Nous avons maintenu l’activité, contrairement à nos concurrents"

Leader dans les métiers de services à la personne, O2 est une entreprise en forte croissance qui a fait le choix de maintenir son activité durant la p...

Ségur de la santé : une nouvelle flexibilité pour l'hôpital

Ségur de la santé : une nouvelle flexibilité pour l'hôpital

Outre la revalorisation des rémunérations des soignants, le Ségur de la santé s’est fixé trois grands chantiers de réformes : l’investissement et le f...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message