K. Courboin (J.P. Morgan) "Les petites entreprises n'ont généralement pas assez de trésorerie pour résister à un recul fort de l

En exclusivité, Décideurs publie cette tribune signée par le CEO de J.P. Morgan en France, Kyril Courboin, qui revient sur les efforts consentis par la banque américaine en cette période délicate, notamment au soutien des petites entreprises et des initiatives à impact sociétal positif.

En exclusivité, Décideurs publie cette tribune signée par le CEO de J.P. Morgan en France, Kyril Courboin, qui revient sur les efforts consentis par la banque américaine en cette période délicate, notamment au soutien des petites entreprises et des initiatives à impact sociétal positif.

Le Covid-19 ayant amené la population à rester massivement chez elle, les petites et moyennes entreprises ont souffert, et continue encore de souffrir, de cette crise sanitaire sans précédent.

Une étude menée par l’Enterprise Research Centre à Londres, Paris, Francfort, Milan et Madrid, a permis de constater que près du tiers (31%) des entreprises de ces villes ont connu une crise majeure au cours des cinq dernières années. Cette pandémie exacerbe la pression exercée sur les petites entreprises partout à travers le monde. Bon nombre d’entrepreneurs situés dans des territoires durement touchés comme certaines communes de Seine-Saint-Denis - et qui étaient déjà vulnérables avant le début de la crise - luttent pour leur survie.

La collaboration actuelle et à venir entre les entreprises, les organismes gouvernementaux et les communautés, est primordiale pour faire face à l’impact du COVID-19 sur les propriétaires de petites entreprises vulnérables et les communautés qu’elles desservent - leur apportant de l’aide aujourd’hui et leur permettant de participer à la reprise future de l’économie.

À la différence des grandes entreprises, dont la plupart ont des plans importants de résilience et des capitaux en réserve, les petites entreprises n’ont généralement pas assez de trésorerie pour résister à un recul fort et durable de leurs revenus. Ces entreprises manquent également souvent de personnel et de temps pour naviguer parmi les programmes d’aide ou les moyens technologiques nécessaires pour transposer et poursuivre leurs activités en ligne pendant cette crise. À Paris, les activités commerciales des petites et moyennes entreprises ont diminué de 49% en moyenne - avec une baisse de 91% dans certains secteurs.

Même dans notre monde de plus en plus numérique, les petites entreprises constituent encore le cœur des communautés locales - elles sont les piliers de l’activité commerciale, encouragent les autres entreprises dans leur chaîne d’approvisionnement, aident à stimuler le développement immobilier et créent les emplois locaux indispensables, particulièrement dans les quartiers à faibles revenus.

Des banques comme la nôtre considèrent qu’elles ont une responsabilité sociétale et un rôle à jouer pour soutenir les communautés - et les entreprises qui y exercent leurs activités – que ce soit en temps difficiles comme en périodes plus fastes. Pendant la crise du COVID-19, il importe d’utiliser notre trésorerie, nos talents et certaines autres ressources pour répondre dès à présent aux besoins économiques et humanitaires immédiats, et pour favoriser une reprise économique inclusive. En plus de servir des clients de toute taille, nous devons collaborer avec le gouvernement et le monde associatif pour faciliter la transition des petites entreprises et des micro-entrepreneurs vers des ressources personnalisées et essentielles, afin de réagir à la crise aujourd’hui et commencer à remonter la pente alors que la relance économique s’amorce peu à peu.

Par exemple, depuis le début de la crise, J.P. Morgan s’emploie à aider certaines ETI à moyenne capitalisation dans le cadre de prêts garantis par l’Etat, telles que Daher ou Infopro,  pour renforcer leurs liquidités en établissant de nouvelles lignes de crédit ou par le tirage de lignes existantes.

En outre, nous avons débloqué presqu’un million d’euros pour aider les petites entreprises et les micro-entrepreneurs pour faire face à l’impact économique et humanitaire de la crise du COVID-19, dans le cadre de notre engagement de 30 millions de dollars visant à offrir aux résidents de la région parisienne de meilleures opportunités économiques. Nous collaborons avec IMPACT pour offrir aux propriétaires de petites entreprises en difficulté des quartiers de la région parisienne avec des seuils de pauvreté et de chômage importants, une aide à court terme et un soutien de planification personnalisée pour cette crise.

Pour illustrer ces propos, nous pouvons citer Gilles Bravo, un entrepreneur de Seine-Saint-Denis qui a lancé il y a quatre ans à Aubervilliers « Hoops Factory », un centre sportif dotés de huit terrains de basketball indoors. Avant l’apparition de la crise du COVID-19, l’entreprise prospérait, inaugurant régulièrement de nouveaux centres, créant des emplois pour les résidents locaux et devenant un endroit de rencontre et d’échange pour la communauté. La crise a entraîné la fermeture temporaire de l’entreprise de Gilles. Même si la voie de la reprise est incertaine pour lui et pour de nombreux entrepreneurs, IMPACT lui a offert un encadrement, lui a permis de prendre des mesures pour renforcer son entreprise maintenant et dans le futur, réviser la structure et les activités de son entreprise, ainsi qu’explorer différentes sources de soutien financier et non financier afin de traverser la crise et en sortir plus fort.

Nous collaborons aussi avec l’ADIE, une organisation qui vient en aide aux travailleurs autonomes et aux micro-entrepreneurs aux prises avec une baisse de leur revenu, en prolongeant l’accès aux prêts ou aux aides financières, en plus de les encadrer durant la crise.                                     

Les crises ont un impact disproportionné sur les personnes et les entreprises dans les communautés mal desservies, et bien que nous soyons toujours en attente d’évaluer l’impact à long terme de la crise engendrée par le COVID-19, nous savons déjà que cela affectera les commerces et les petites entreprises. Cela dit, ces entrepreneurs sont résilients, ingénieux et peuvent composer avec l’adversité. Nous avons tous un rôle à jouer pour s’assurer de ne pas les oublier dans le sillage de la crise, faire en sorte que la reprise soit inclusive et bénéficie à ceux qui sont aujourd’hui les plus durement touchés.

Tribune recueillie par Firmin Sylla.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Come back de l'économie : les plans de relance, un défi collectif

Prévisions - acteurs de la relance - secteurs
Sommaire L'État dégaine un plan de 8 milliards d'euros pour l'automobile La relance post-Covid sera verte ou ne sera pas La dépression guette les loyers de l’immobilier d’entreprise Plan de relance : Bruxelles met 750 milliards d'euros sur la table Aéronautique : l’État débloque 15 milliards d’euros BTP : un plan de façade ? Politique commerciale : l’Europe lance une réflexion approfondie Trésorerie : Bercy met en œuvre de nouveaux outils
Santé, Biotech & Medtech : les 10 pépites qui montent !

Santé, Biotech & Medtech : les 10 pépites qui montent !

Positionnées sur les secteurs porteurs de la Santé, des Biotechs et des Medtechs, voici les 10 pépites qui montent en France et en Europe.

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Le groupe dirigé par Bernard Charlès est le leader mondial des logiciels de simulation industrielle. Depuis quelques années, il se lance avec succès d...

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

Le 15 février 2021, Laurence Comte-Arassus a été nommée General Manager de GE Healthcare pour la zone France, Belgique, Luxembourg et Afrique francoph...

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners fête ses trois ans, l’occasion de revenir sur un modèle unique, à contre-courant de ce que propose la concurrence.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte