Airbus vs Boeing : la compétition

En 1972, Airbus fait voler son premier appareil. Depuis l’avionneur européen et Boeing se livrent une concurrence féroce. CA, part de marché, production… Qui est le plus fort ?

En 1972, Airbus fait voler son premier appareil. Depuis l’avionneur européen et Boeing se livrent une concurrence féroce. CA, part de marché, production… Qui est le plus fort ?

Les chiffres donnés ci-dessous prennent en compte l’aviation commerciale. Les avions militaires n’ont pas été retenus dans ce « match des titans ».

Chiffre d’affaires : Boeing

C’est un record. En 2018, le chiffre d’affaires de Boeing a dépassé la barre des 100 milliards de dollars (101,1 milliards). Et la firme dirigée par Dennis Muilenburg ne compte pas s’arrêter là, puisqu’elle vise 110 milliards de dollars de CA en 2019. Airbus reste loin derrière puisque le groupe dont le PDG est le Français Guillaume Fleury déclare un chiffre d’affaires de 63,7 milliards de dollars en 2018. Contre 60,7 en 2014.

Résultat net : Boeing

Belle performance de Boeing dont le résultat net frôle les 12 milliards de dollars en 2018 contre 3 milliards du côté d’Airbus. La progression de l’européen est régulière mais relativement modeste puisque le résultat net était de 2,4 milliards en 2014.

Part de marché : Airbus

Selon une étude prévisionnelle de l’institut Statista, en 2019, Airbus devrait s’arroger 50% du marché de l’aviation commerciale contre 47% pour Boeing. En 2020, le fleuron toulousain devrait accentuer son avance (51% contre 46%). Les concurrents, tels le brésilien Embraer, devront, une fois encore, se contenter de miettes. C’est un changement important puisqu’en 2015, Boeing détenait 58% du marché… Notons que c’est surtout sur le segment des moyens courriers qu’Airbus tire sa force grâce à son « hit », l’A320.

Production : Boeing

Sur l’année 2018, les usines Airbus ont fonctionné à plein régime, ce qui a permis de produire 800 appareils (dont 626 A320). Un chiffre en forte hausse par rapport à 2017, année durant laquelle 718 avions sont sortis des sites de production.

Mais cette dynamique ne suffit pas à dépasser Boeing, une constante depuis 2012. La firme de Chicago l’emporte d’une courte tête avec 806 avions produits. 2018 a également été une année faste pour l’américain dont la production s’élevait à 736 appareils un an plus tôt.

Carnet de commandes : Airbus

Si la production annuelle est un bon indicateur, il n’est pas suffisant pour mesurer la bonne santé d’un groupe aéronautique. Mieux vaut se pencher sur le carnet de commande qui permet d’établir des prévisions à moyen terme. Et à ce petit jeu, c’est le groupe aéronautique européen qui remporte la mise. En 2018, Airbus a enregistré 747 commandes nettes contre 893 chez Boeing. Mais c’est Airbus qui a le plus de « commandes dans le pipe » : 7 577 contre 5 772 chez le mastodonte de Chicago.

Conclusion : Boeing 3 – Airbus 2

Les deux géants sont clairement en situation de duopole et dominent largement le marché de l’aviation mondiale. Leur avance financière et technologique est telle que ce sera le cas pendant de longues années encore. Pour le moment, Boeing possède une légère avance. Mais Airbus n’a pas dit son dernier mot. D’autant plus que le carnet de commandes du symbole de la construction européenne se porte bien. De quoi aborder le futur avec optimisme.

LJ

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Adena Friedman, le capitalisme au sang neuf

Adena Friedman, le capitalisme au sang neuf

Depuis qu’elle a pris la tête du Nasdaq en 2017, Adena Friedman en diversifie les activités. Elle mise sur les données et les nouvelles technologies e...

Coworking et bureaux partagés, la solution pour demain ?

Coworking et bureaux partagés, la solution pour demain ?

Entre l’obligatoire réorganisation du travail et une stratégie immobilière à revoir, la reprise annoncée s’accompagne de nombreuses problématiques. Et...

Banque et assurance : voici les directions les plus influentes sur les réseaux sociaux

Banque et assurance : voici les directions les plus influentes sur les réseaux sociaux

AmazingContent, spécialiste de l’influence des dirigeants et top managers sur les réseaux sociaux, a récemment publié une enquête sur le classement de...

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

A. Rabec (Kingfisher France) : "L'engouement pour le bricolage pourrait durer une dizaine d'années"

A. Rabec (Kingfisher France) : "L'engouement pour le bricolage pourrait durer une dizaine d'années"

En 2020, Kingfisher France enregistrait des résultats en hausse de plus de 3 % à 5 milliards d'euros. À la tête depuis 2019 de 123 Brico Dépôt et 93 C...

Sheryl Sandberg, la femme qui a rendu Facebook rentable

Sheryl Sandberg, la femme qui a rendu Facebook rentable

La directrice des opérations a permis au groupe de Mark Zuckerberg d’atteindre des niveaux de performance historiques. Son réseau, mais aussi son expé...

Square part à l’assaut de la finance décentralisée autour du Bitcoin

Square part à l’assaut de la finance décentralisée autour du Bitcoin

Jack Dorsey, fondateur du réseau social Twitter et CEO de Square, a annoncé que la société spécialisée dans le paiement digital s’apprête à lancer une...

Thomas Jeanjean prend la direction des opérations de PayFit

Thomas Jeanjean prend la direction des opérations de PayFit

Entreprise française spécialisée dans l’automatisation de la paie et la gestion des ressources humaines, PayFit annonce l’arrivée de Thomas Jeanjean,...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte