Agrivoltaïsme : quand l’agriculture cultive la transition énergétique

Agrivoltaïsme : quand l’agriculture cultive la transition énergétique

© Sun'Agri

Ces derniers mois, l’agrivoltaïsme, ce procédé qui combine fermes solaires et exploitation agricole des sols, prend son essor en France. Des expérimentations inédites sont lancées pour faire la preuve de la pertinence de ces projets qui pourraient participer à une relance du photovoltaïque, tout en protégeant les cultures et en offrant un complément de revenu aux agriculteurs.

Juin 2021 : création de France Agrivoltaïsme pour structurer la filière. Janvier 2022 : le Sénat adopte une résolution pour inviter le gouvernement "à lever les freins législatifs et réglementaires au développement de l’agrivoltaïsme". Mars 2022 : l’Association française de normalisation (Afnor) lance un label dédié pour ce type de projet. Avril 2022 : l’expert en développement photovoltaïque TSE annonce le lancement de dix expérimentations pilotes sur des cultures variées. De leur côté, Qair et Sun’Agri, pionnier du secteur, annoncent un rapprochement pour développer l’agrivoltaïsme piloté. Bref, la dynamique est enclenchée.

Carrefour

Et pour cause. L’agrivoltaïsme s’insère au carrefour de trois problématiques majeures : développer les énergies renouvelables sans rogner sur les terres agricoles, offrir de nouveaux débouchés économiques aux agriculteurs et éleveurs dont 26% vivent sous le seuil de pauvreté selon les chiffres de l’Insee, et protéger les cultures des stress et sinistres liés aux effets du réchauffement climatique. Pour cela, il ne s’agit pas simplement de poser des panneaux photovoltaïques au milieu d’un champ, mais bien de mettre en place un dispositif spécifique et adapté, permettant la poursuite normale de l’activité agricole.

Adaptation

À quoi ressemble donc un agrivoltaïsme vertueux ? Les projets portés par TSE et l’alliance Qair/Sun’Agri en esquissent les contours : des panneaux solaires suspendus à plusieurs mètres au-dessus du sol pour limiter l’emprise au sol et permettre le passage des engins agricoles et un pilotage intelligent de l'orientation de ces panneaux pour moduler l’ensoleillement, optimiser la photosynthèse, protéger contre la grêle, réduire l’évapotranspiration afin de limiter le stress hydrique… Les premières expérimentations laissent présager une augmentation du rendement des cultures pouvant aller jusqu’à 20% ! Comme le notaient les professionnels du secteur, mais aussi des élus locaux et acteurs du monde agricole dans une tribune parue en octobre dernier : "Le gel dévastateur du printemps, mais aussi les canicules répétées des deux derniers étés, ont montré, s’il en était besoin, l’urgence de mettre en place des solutions d’adaptation pour l’agriculture. L’agrivoltaïsme, justement proportionné aux besoins de l’exploitation agricole, en fait partie". À titre d’exemple, Sun’Agri estime que sa solution permet de baisser de 5 degrés la température en période de canicule et au contraire de l’augmenter de 1 à 4 degrés durant les épisodes de gel.

Accélération

Des belles promesses qui n'ont pas laissé de marbre le gouvernement, qui a fait de la filière un élément important de sa stratégie énergétique. "La place donnée à l’agrivoltaïsme dans la stratégie énergétique française 2050 présentée par le président de la République est une consécration dont France Agrivoltaïsme se félicite puisqu’elle hisse l’agrivoltaïsme au statut de filière à part entière. Cette première étape doit maintenant être confirmée par des adaptations réglementaires et législatives qui garantissent le développement d’une filière équitable, responsable et durable", se félicite Antoine Nogier, président de France Agrivoltaïsme et de Sun’Agri. Reste à multiplier les projets pour faire la preuve de leur impact positif sur les différents types de culture et à convaincre les agriculteurs de se lancer. Mais avec de tels arguments en sa faveur, la machine agrivoltaïque semble bel et bien lancée.

Antoine Morlighem

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Mercredi, les parlementaires se sont exprimés majoritairement contre l’arrivée d'Emmanuelle Wargon à la tête de la Commission de régulation de l'énerg...

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

La conséquence des fortes chaleurs sur les centres-villes des mégapoles aux quatre coins du globe est systématiquement la même : rappeler à chacun que...

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a exhorté pouvoirs publics et secteur privé à se libérer de leur cravate pour contribuer aux économies d’én...

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Avec plus de 80 millions de touristes par an, la France est la première destination touristique mondiale. Au-delà d’une riche diversité de territoires...

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Un sondage "OpinionWay – Square pour Les Echos et Radio Classique", explore le soutien des Français aux quelques mesures ou incantations environnement...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Urban Can...

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Désireuse de poursuivre la structuration de ses activités, Foncière Magellan annonce la nomination, effective le 30 juin, de Bertrand Hoornaert, 38 an...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message