Agnès Touraine (IFA) : « Les erreurs et les échecs font partie du métier de dirigeant »

Agnès Touraine est depuis 2014 présidente de l’Institut français des administrateurs (IFA) où elle s’engage en faveur d’une modernisation de la gouvernance des entreprises. Parmi ses causes de prédilection, la parité des conseils mais aussi la valorisation du rôle des administrateurs indépendants et du conseil d’administration dans son ensemble. À l’approche de la fin de son mandat, elle se félicite de l’écho rencontré par le rapport qu’elle a coécrit avec le député LREM Stanislas Guérini sur « le partage de la valeur et l’engagement sociétal de l’entreprise », dont certaines conclusions ont été reprises dans la loi Pacte.

Agnès Touraine est depuis 2014 présidente de l’Institut français des administrateurs (IFA) où elle s’engage en faveur d’une modernisation de la gouvernance des entreprises. Parmi ses causes de prédilection, la parité des conseils mais aussi la valorisation du rôle des administrateurs indépendants et du conseil d’administration dans son ensemble. À l’approche de la fin de son mandat, elle se félicite de l’écho rencontré par le rapport qu’elle a coécrit avec le député LREM Stanislas Guérini sur « le partage de la valeur et l’engagement sociétal de l’entreprise », dont certaines conclusions ont été reprises dans la loi Pacte.

Décideurs. La définition du succès est personnelle et subjective. Quelle est la vôtre ?

Agnès Touraine. Le succès est le fait de parvenir en équipe à réaliser les objectifs que l’on s’est fixés… en incluant l’ensemble des parties prenantes.

Vous vous êtes engagée en faveur d’une modernisation de la gouvernance des entreprises. Dans quel contexte est né cet engagement ?

Il est né de la conviction profonde qu’une gouvernance exemplaire est un avantage compétitif pour les entreprises, comme pour le pays dans son ensemble d’ailleurs. L’éthique et le courage sont plus que jamais les vertus indispensables des dirigeants.  Certains voient la gouvernance comme une source de contraintes, ou la cantonnent à un rôle de conformité alors qu’elle est bien plus que ça. Parfois, les patrons supportent mal les conseils d’administration, ils les perçoivent comme une remise en cause personnelle. Cette réaction se retrouve encore en France notamment, où l’évaluation est souvent vécue comme une critique ou une sanction. Les contre-pouvoirs sont nécessaires et constructifs. Ils permettent de gagner en compétitivité.
Il est important de rappeler qu’en France la gouvernance a fait des progrès considérables. Il faut s’en féliciter et persévérer. Nous sommes en tête de tous les pays en termes de parité sans oublier le faible cumul des mandats aujourd’hui, les strictes notions d’indépendance, le rajeunissement en âge et la diversité des compétences et expériences professionnelles.

La passion est-elle un moteur de ­­réussite ? Diriez-vous qu’elle vous a ­amenée à prendre des risques et donc à vous autoriser l’échec ?

Oui, la passion est indispensable. J’ai dirigé de grandes entreprises et j’ai beaucoup de respect pour les décideurs, pour tous ceux qui ont le courage de s’engager. D’autant que la tâche des chefs d’entreprise n’a jamais été si complexe : elle impose de prendre en compte la vitesse avec laquelle le monde change, dans un contexte de globalisation et de transformation des business models et des sociétés ainsi que de difficultés à établir des prévisions...  Il s’agit de prendre en compte l’ensemble des parties prenantes : d’établir des scenarios « what if » ainsi que choisir et motiver ses équipes. A un niveau stratégique, il y a souvent plusieurs réponses possibles.
Le contrôle des risques est évidemment nécessaire, la prise de risques maîtrisée est indispensable. L’acceptation des erreurs et des échecs fait partie du métier de dirigeant.

Quel message aimeriez-vous diffuser aux décideurs de demain ?

Nous sommes aujourd’hui à la croisée des chemins en présences de mutations majeures. Pour y faire face, l’engagement et le courage sont des valeurs et des vertus essentielles.

Propos recueillis par Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Leadership et réussite durable : de la passion au succès

Hegel l'affirmait il y a près de deux siècles : rien de grand ne se construit sans passion. Une assertion qui, plus que jamais, se confirme dans la construction de succès majeurs. Entrepreneurs, personnalités politiques, sportifs... se livrent à Décideurs.
Sommaire Jean-Pierre Raffarin : « Les passions me tiennent debout » Jacques Aschenbroich (Valeo) : « Je n’ai jamais considéré que le succès pouvait être un but » Gilles August : « La passion n’est pas en option, ce n’est pas le wifi ni l’air conditionné, c’est le moteur » Olivier Wigniolle (Icade) : « Le leadership implique ambition, transparence et prise de risques » G.Hatem (La Maison des Femmes) : « Sans alignement des actes et des valeurs il ne peut y avoir de sentiment de réussite » Charles-Edouard Vincent : « C’est de la part de rêve que découle le changement ; pas des business plans » Marc Madiot (Groupama-FDJ) : « La performance fait de vous un leader » Alain Altinoglu (chef d'orchestre) : « Un authentique leader ne peut se résumer à être un donneur d’ordres » Vincent Lavenu (AG2R La Mondiale) : « Les décideurs préfèrent s’engager aux côtés de personnes passionnées »
A. Smiti (Rosaly), "L’éducation financière doit faire partie intégrante de la stratégie des entreprises"

A. Smiti (Rosaly), "L’éducation financière doit faire partie intégrante de la stratégie des entrepri...

Avec Rosaly, l’entrepreneuse Arbia Smiti se lance dans une aventure engagée et engageante. Focus sur une application qui se propose d’améliorer le bie...

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

La start-up spécialisée dans les titres restaurants étend son offre. Elle vise désormais les comités d’entreprise en proposant des chèques cadeaux et...

Au travail, attention à l’effet Big Brother

Au travail, attention à l’effet Big Brother

Si de nombreux outils permettent de travailler de chez soi ou de gagner du temps, d’autres peuvent servir à espionner les salariés en toute discrétion...

C. Weck (Groupe Weck) : "notre secteur est porteur de sens au travail"

C. Weck (Groupe Weck) : "notre secteur est porteur de sens au travail"

Acteur spécialisé dans les solutions d’économies d’énergies et implanté dans le Sud-Ouest depuis quarante ans, le groupe Weck ambitionne de devenir u...

N.Estrada (Cdiscount) : "Nous pratiquons la préférence intra-entreprise"

N.Estrada (Cdiscount) : "Nous pratiquons la préférence intra-entreprise"

Acteur majeur du e-commerce, Cdiscount est une entreprise en mouvement. Entretien sur fond de transformation et mobilité avec Nathalie Estrada, la d...

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

Spécialiste du management de transition Valtus accompagne des entreprises en pleine croissance ou lorsque celles-ci font face à une problématique spéc...

Marie Ekeland, cap sur 2050

Marie Ekeland, cap sur 2050

La cofondatrice de France Digitale et du fonds de capital-investissement Daphni lance 2050. Une nouvelle structure qui a pour mission de mettre l’arge...

Catherine MacGregor, l'énergie au sens propre

Catherine MacGregor, l'énergie au sens propre

Directrice générale d’Engie depuis janvier, Catherine MacGregor a effectué la majeure partie de sa carrière dans le secteur parapétrolier. Pour autant...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte