Affacturage et Private equity

Les fonds de Private Equity s’intéressent de plus en plus à l’affacturage pour leurs participations actuelles ou futures. Bâtir un programme d’affacturage pour un groupe international détenu par un fonds de Private Equity c’est justement l’une des expertises de Chateaudun Crédit. Thibaut Robet et Gaëtan du Halgouët, dirigeants de Chateaudun Crédit répondent à nos questions.

Les fonds de Private Equity s’intéressent de plus en plus à l’affacturage pour leurs participations actuelles ou futures. Bâtir un programme d’affacturage pour un groupe international détenu par un fonds de Private Equity c’est justement l’une des expertises de Chateaudun Crédit. Thibaut Robet et Gaëtan du Halgouët, dirigeants de Chateaudun Crédit répondent à nos questions.

Décideurs. Présentez-nous Chateaudun Crédit.

Chateaudun Crédit. Créée en 2005, Chateaudun-Crédit est en France et en Europe la première société de conseil spécialisée dans l’affacturage et ses dérivés. Son métier est d’aider l’entreprise, quelle que soit sa taille ou sa situation géographique, à mettre en place la meilleure solution de financement possible. Nous conseillons nos clients sur tous les aspects de leur projet d’affacturage : Évaluation du financement, choix de la banque, négociation, organisation interne, informatique, comptable et juridique.

Qu’est-ce que l’affacturage ?

L’affacturage, c’est une technique de financement qui permet de transformer le poste clients d’une entreprise en cash. L’entreprise transfert ses factures à un établissement financier qui les paye immédiatement puis l’établissement financier est à son tour payé par les clients de l’entreprise.

Prenons un exemple chiffré :  une entreprise réalisant 100 M€ de chiffre d’affaires annuel qui est payée à 60 jours par ses clients pourra rapatrier entre 12 et 15 M€ de cash grâce à l’affacturage.

On peut faire de l’affacturage dans tous les pays ?

L’affacturage est possible dans tous les pays de l’OCDE mais pas seulement.  Ce sont les techniques, les conditions de financement ou encore l’environnement juridique qui varient d’un pays à l’autre.A ce jour, Chateaudun Crédit a eu l’occasion de négocier des contrats d’affacturage dans 23 pays.

Et combien ça coûte ?

L’affacturage, c’est comme une ligne de crédit revolving mais en moins contraignant et en (beaucoup) moins cher. Moins contraignant car peu tributaire des résultats financiers de l’entreprise. Moins cher : le taux all-in d’un contrat d’affacturage est compris entre 1 et 2% !

On comprend l’intérêt de l’affacturage pour l’entreprise. En quoi l’affacturage présente-t-il un intérêt pour l’actionnaire ?

L’intérêt est indirect. L’actionnaire s’assure grâce à l’affacturage que l’entreprise dispose d’une réserve de financement du BFR sécurisée et stable, cela lui permet de maîtriser son apport en equity. Les lignes de financement bancaires classiques sont souvent assorties de limites et de covenants financiers sévères. L’affacturage apporte une solide contribution financière au développement de l’entreprise ce qui est très sécurisant pour l’actionnaire.

Quels sont les enjeux et les challenges d’un programme d’affacturage international ?

Le premier enjeu est d’en déterminer le périmètre : choisir les pays et les filiales qui vont apporter leurs créances au programme d’affacturage du Groupe. Ce choix se fait en fonction de la taille, de l’activité et de l’environnement juridique de la filiale ; le rapport entre la complexité du projet et la contribution au financement.Le deuxième enjeu est le montant de l’accord de crédit et donc le choix et le nombre d’organismes financiers à impliquer dans le projet. Le challenge principal c’est d’emmener 3, 5 parfois 20 sociétés d’un même groupe dans un projet à délai limité. C’est là toute l’expertise de l’équipe internationale de Chateaudun Crédit.

Quand, selon vous, l’actionnaire doit-il se poser la question de l’affacturage ?

Le plus tôt possible : idéalement avant même d’acquérir l’entreprise. L’actionnaire doit savoir très tôt si l’entreprise est éligible à l’affacturage et si elle l’est, dans quelles conditions. Connaître la « factorabilité » de l’entreprise est déterminant dans les choix de financement de l’acquisition. Par ailleurs le contrat de dette d’acquisition prévoit un « basket » d’affacturage avec ou sans recours qu’il faut avoir pu évaluer.Chateaudun crédit accompagne les fonds de Private Equity sur ce sujet aussi.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Plan Marshall et cantonnement de la dette : les propositions de François Bayrou

Plan Marshall et cantonnement de la dette : les propositions de François Bayrou

Le haut-commissaire au Plan a dévoilé plusieurs pistes pour faire de la crise sanitaire un levier de croissance pour l’économie tricolore.

F.G. Vaissier (White & Case) : "L’année 2020 est restée très dynamique avec le développement de projets miniers majeurs"

F.G. Vaissier (White & Case) : "L’année 2020 est restée très dynamique avec le développement de proj...

Malgré les conditions sanitaires actuelles et une conjoncture économique morose pour les matières premières, les 122 millions de dollars de dette banc...

La Financière de Courcelles et FinTouch signent un partenariat d’affaires

La Financière de Courcelles et FinTouch signent un partenariat d’affaires

La banque d’affaires Financière de Courcelles a conclu avec la société FinTouch un accord pour accompagner les PME et ETI dans leur développement au c...

Nouvelle levée de fonds de 300 millions d'euros pour Serena

Nouvelle levée de fonds de 300 millions d'euros pour Serena

L’acteur français du capital-risque annonce la finalisation d’une levée de fonds de 300 millions d’euros pour son nouveau fonds, Serena III, qui lui p...

X. Desmaison (Antidox) & J.-M. Bally (Aster) : "Le grand sujet, c’est de repenser le fonctionnement des entreprises"

X. Desmaison (Antidox) & J.-M. Bally (Aster) : "Le grand sujet, c’est de repenser le fonctionnement...

Xavier Desmaison, président du groupe de stratégie de communication Antidox, et Jean Marc Bally, fondateur du fonds de venture capital Aster, ont réce...

Le gouvernement affronte la menace digitale

Le gouvernement affronte la menace digitale

Pour garantir la protection numérique de nos institutions, le gouvernement annonce une stratégie nationale pour la cybersécurité.

Valérie Baudson succède à Yves Perrier à la tête d’Amundi

Valérie Baudson succède à Yves Perrier à la tête d’Amundi

Dix ans après sa création en 2010, une page se tourne pour Amundi. Yves Perrier, jusqu’alors directeur général du gérant d’actifs, cède sa place à Val...

Veolia-Suez, quel rôle pour l’AMF ?

Veolia-Suez, quel rôle pour l’AMF ?

La bataille boursière qui fait rage entre les deux groupes semble fragiliser le rôle de l’Autorité des marchés financiers. Mais, malgré les déclaratio...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte