Fonds activistes : actifs mais pas nocifs

Qui décide ? Le management ou les actionnaires ? Quand l’actionnariat est dispersé, sans bloc majoritaire, la porte s’ouvre à des thèses divergentes, voire des conflits entre le management – soutenu par certains actionnaires - et d’autres fonds minoritaires mais influents, qui « osent » critiquer la stratégie. Ces fonds activistes se veulent critiques de la stratégie choisie par le management, mais bienveillants pour la société et ses actionnaires.

Qui décide ? Le management ou les actionnaires ? Quand l’actionnariat est dispersé, sans bloc majoritaire, la porte s’ouvre à des thèses divergentes, voire des conflits entre le management – soutenu par certains actionnaires - et d’autres fonds minoritaires mais influents, qui « osent » critiquer la stratégie. Ces fonds activistes se veulent critiques de la stratégie choisie par le management, mais bienveillants pour la société et ses actionnaires.

Depuis leur apparition dans les années 1980, les fonds activistes n’ont jamais eu bonne presse. Il faut dire qu’à leur arrivée, les investisseurs n’hésitaient pas, pour déstabiliser les dirigeants, à organiser des campagnes agressives et à livrer des batailles judiciaires coûteuses. Les médias les accusaient alors d’avoir des pratiques douteuses, une vision court-termiste et un impact négatif sur l’emploi. Le raid de Carl Icahn, l’un des plus célèbres activistes américains aujourd’hui âgé de 80 ans, sur la compagnie aérienne américaine TWA, restera sans doute le symbole de cette période critique. Une mauvaise image qui colle encore à la peau de ces fonds minoritaires. Mais trente ans plus tard, leur stratégie a bien changé et les campagnes de terre brûlée ne sont plus la norme.

Pour un activisme « constructif »

Désormais, les fonds activistes privilégient le dialogue. L’arrivée de ces investisseurs au capital devient l’occasion d’instaurer une meilleure communication entre les actionnaires individuels et institutionnels. Bien sûr, ils n’hésitent pas à jouer des coudes si nécessaire. Mais souvent, leurs revendications sont justifiées. En faisant valoir leur droit d’actionnaire minoritaire, ils bousculent l’immobilisme coupable des sociétés sous-performantes où ils ont choisi d’investir. Ces investisseurs concentrent ainsi principalement leurs critiques sur la stratégie et les questions de gouvernance, comme la rémunération des dirigeants et la composition du conseil d’administration. Preuve que les fonds ne sont plus dans une logique court-termiste mais souhaitent construire de la valeur sur le long terme. Les résultats financiers parlent également pour eux. Cinq ans après l’arrivée d’un fonds activiste au capital d’une société, son Ebidta a progressé dans 80 % des cas. En développant un activisme constructif, actionnaire et entreprise peuvent donc sortir gagnants. Mais pour que celui-ci exprime pleinement son potentiel, les sociétés doivent aussi jouer le jeu : aux dirigeants d’accepter les critiques fondées afin de faire de ce troublant investisseur une opportunité. 

Vincent Paes

 

Qu’est-ce que c'est ?

Un fonds activiste est un investisseur professionnel qui entre au capital d’une société de façon minoritaire car il estime que cette dernière est mal gérée et donc sous-valorisée. Son objectif sera alors de faire valoir ses droits pour faire entendre son point de vue au conseil d’administration, à l’équipe de management et aux autres actionnaires. Ses revendications peuvent être multiples : vente d’activités non rentables, scission de la société ou encore destitution du président. Si le fonds activiste a vu juste, qu’il obtient les changements demandés et que la valeur de la société bondit, il peut alors se rémunérer en enregistrant une plus-value au moment de sa sortie.

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les fonds activistes se déploient en Europe

Depuis leur apparition dans les années 1980, les fonds activistes n’ont jamais eu bonne presse. Il faut dire qu’à leur arrivée, les investisseurs n’hésitaient pas, pour déstabiliser les dirigeants, à organiser des campagnes agressives et à livrer des batailles judiciaires coûteuses. Les médias les accusent d’avoir des pratiques douteuses, une vision court-termiste et un impact négatif sur l’emploi. Qu'en est-il réellement ? Enquête.
Sommaire Le bon fonds des minoritaires Caroline Ruellan (SONJ Conseil) : « En 2016, on recensait 650 campagnes activistes dans le monde » Gilles Mentré (Lazard) : « La pire des postures est celle de l'autruche » Thierry Gontard (Simmons & Simmons) : « Les fonds activistes n'ont pas toujours un horizon court terme » Quel avenir pour la gouvernance d’entreprise ?
L’environnement inscrit dans la constitution

L’environnement inscrit dans la constitution

L’assemblée nationale a voté l’inscription de la sauvegarde de l’environnement dans la constitution. Une réussite pour Nicolas Hulot qui a milité arde...

O. Requin (Matmut) : « Les outils digitaux et les tendances collaboratives transforment le métier d’assureur »

O. Requin (Matmut) : « Les outils digitaux et les tendances collaboratives transforment le métier d’...

Confronté à des tendances nouvelles et à une digitalisation massive, le monde de l’assurance connaît une transformation sans précédent. Olivier Requin...

Guerre commerciale : de lourdes conséquences sur les ETF

Guerre commerciale : de lourdes conséquences sur les ETF

La guerre commerciale déclenchée par les États-Unis entraîne un ralentissement sans précédent de la croissance des ETF.

Martin Vial (APE) : « Avec une régulation suffisante, le plein actionnariat public n’est plus nécessaire »

Martin Vial (APE) : « Avec une régulation suffisante, le plein actionnariat public n’est plus nécess...

L’heure est aux privatisations. À l’occasion de la présentation du projet de loi Pacte, le gouvernement a confirmé son intention de céder ses particip...

David Solomon devient CEO de Goldman Sachs

David Solomon devient CEO de Goldman Sachs

Goldman Sachs nomme ce 17 juillet 2018 David Solomon, banquier d’affaires, 56 ans, en tant que nouveau CEO.

Les start-up, PME et ETI à la conquête du monde

Les start-up, PME et ETI à la conquête du monde

Ce mardi 17 juillet, Pramex et Banque populaire ont dévoilé les résultats 2018 de leur baromètre sur l’implantation internationale des start-up, PME e...

Bourse : qu’arrive t-il aux sociétés de gestion ?

Bourse : qu’arrive t-il aux sociétés de gestion ?

Après un début d’année positif, les gestionnaires d’actifs semblent désormais devoir essuyer un revers du fait d’un recul des actions au premier semes...

Bank of Singapore poursuit son développement en Europe

Bank of Singapore poursuit son développement en Europe

Après avoir implanté sa banque privée à Londres, la filiale du groupe OCBC, vient de recevoir sa licence pour l’exécution d’ordres et le conseil en in...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message