Accuracy : "Nous souhaitons apporter le plus possible de technologies dans nos missions"

Accuracy : "Nous souhaitons apporter le plus possible de technologies dans nos missions"

À l'aube des 20 ans du cabinet, son président Frédéric Duponchel et deux de ses associés, Rodolphe Pacciarella et Nicolas Barsalou, reviennent sur ce qui constitue l’ADN d’Accuracy et sur la façon dont ils envisagent l’avenir du métier de conseil dans un contexte plein d’incertitudes.

Décideurs. Accuracy fêtera ses 20 ans dans moins de deux ans, quelle est votre plus grande fierté quand vous regardez le chemin parcouru ?

Frédéric Duponchel. Lorsqu’on a quitté Arthur Andersen en 2004 pour se lancer à sept dans cette aventure entrepreneuriale, c’était un défi gigantesque. Nous avons pensé notre expertise, formalisé nos stratégies jour et nuit, sept jours sur sept. À l’époque, tout le monde disait que l’on était fou de partir d’une page blanche. Pourtant, très vite, de grands clients prestigieux nous ont fait confiance et, dès les premières années, nous avons accompagné Carlyle, Alstom, Thales, Kering ou encore Suez. Pouvoir aligner de tels noms si rapidement a été une grande fierté.

Rodolphe Pacciarella. Si nous avons pu aussi bien traverser ces années, c’est aussi grâce à notre capital humain et à l’environnement de travail qui est le cœur d’Accuracy, avec beaucoup de moments de convivialité, des formations et une culture de l’innovation que l’on partage avec tout le réseau international. 

À l’inverse, quelle a été la plus grande difficulté que vous ayez rencontrée au cours de ces années ?

F. D. Le défi permanent, d’autant plus dans une période de sortie de crise comme celle que nous vivons, est de garder un rythme sain pour nos équipes. Prendre soin de tous les collaborateurs dans une période d’activité intense comme aujourd’hui est indispensable à la qualité du travail que nous fournissons à nos clients et à la qualité de vie au travail au sein du cabinet. Pour cela, nous devons nous adapter aux nouveaux modes de travail tout en gardant un esprit familial et en garantissant un niveau de challenge intellectuel, caractéristique de l’esprit Accuracy

À ce titre que considérez-vous comme caractéristique de l’esprit Accuracy ?

R. P. Grâce à une présence dans 13 pays et 36 langues différentes, nous restons une structure unique qui offre localement la même qualité de service à nos clients, avec une capacité d’intervention immédiate tout en permettant de vraies perspectives de carrière à l’étranger pour nos collaborateurs. 

"Il va falloir réapprendre à travailler  avec l’inflation"

Nicolas Barsalou. Par exemple, récemment j’ai terminé une mission en France avec une équipe à Singapour et à Hongkong. C’est l’organisation très souple et totalement intégrée d’Accuracy qui nous donne cette capacité et permet cette grande cohérence, caractéristique de notre esprit d’équipe et de la qualité de nos services.

F. D. Cette cohérence est rendue possible par le décloisonnement des systèmes pour évaluer et récompenser les associés, nous n’avons pas de plan de rétribution individuel mais global : le résultat de la société est partagé par tous les associés sur la base de critères qualitatifs d’efforts et de capacité à collaborer, ce qui permet de construire le système collectif qui nous caractérise. 

Alors que la tech s’impose de plus en plus dans les activités de conseil, en quoi se démarque l’approche d’Accuracy ?

F. D. Nous souhaitons apporter le plus possible de technologies dans nos missions. À ce titre, nous avons recruté une équipe dédiée, dont Jean Barrère, expert en data et en intelligence artificielle, et nous avons, depuis plusieurs années maintenant, un Lab avec des collaborateurs issus du monde du digital capables de coder et de proposer de nouveaux services à nos clients. À l’international, nos bureaux de Londres, Montréal et Dubaï intègrent aussi de plus en plus de sujets tech.

N. B. Nous ne sommes pas un groupe de tech et encore moins de services informatiques, nous tenons à rester attachés à nos missions de conseil : la tech est là avant tout pour améliorer la qualité et la pertinence des prestations que nous offrons à nos clients. Elle doit rester de l’aide à la prise de décision. Hausse des taux, inflation, rupture des chaînes d’approvisionnement …

Comment se profilent les prochains moins pour vos équipes ?

R. P. L’enjeu pour les dirigeants aujourd’hui, c’est de faire l’état des lieux de la situation et nous devons les accompagner au mieux dans un environnement fluctuant et incertain. Il y a beaucoup d’excédents de trésorerie grâce aux aides d’État, en parallèle le chiffre d’affaires a baissé puis augmenté brutalement à la suite de la reprise en 2021 et, aujourd’hui, il faut poser les bons diagnostics pour anticiper le futur.

F. D. L’environnement inflationniste est inédit, personne n’en a l’expérience dans ces proportions et il va falloir réapprendre à travailler avec l’inflation. De même pour les ruptures de chaînes d’approvisionnement, ce sont des phénomènes globaux jamais vus auparavant. Mais peu importe la direction du vent pourvu qu’il souffle. Nous saurons nous adapter, notre modèle fonctionne par tous les temps.

Propos recueillis par Céline Toni

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Cabinets de conseil : success-stories françaises

Si les cabinets de conseil anglo-saxons sont souvent mis sur le devant de la scène, la France regorge, elle aussi, de belles aventures entrepreneuriales. Retour sur les succès de Bryan Garnier & Co, Sopra Steria Next, Niji, Accuracy et Mazars.
Sommaire Bryan Garnier : "Nous sommes des banquiers passionnés par la technologie et notre mission, c’est de financer l’innovation" Niji, l’agence conseil nouvelle génération Hugues Meili (Niji) : "Le numérique est éminemment cross-sectoriel" Accuracy, une success story qui s’écrit en équipe Sopra Steria Next : bâtir l'entreprise d'après P. Clapin (Sopra Steria) : "L'éthique doit devenir un critère majeur dans nos recommandations" Mazars, les secrets de longévité d’un pionnier O. Lenel (Mazars En France) : "81 % des Français estiment que les entreprises ont le pouvoir de changer les choses"
B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message