Accord en vue pour Korian qui va lever 400 millions d’euros pour le rachat d'Inicea

Le groupe français de cliniques et de maisons de retraite, Korian, souhaite lever 400 millions d’euros de fonds pour racheter Inicea et poursuivre sa croissance.

© DarkoStojanovic de Pixabay

Le groupe français de cliniques et de maisons de retraite, Korian, souhaite lever 400 millions d’euros de fonds pour racheter Inicea et poursuivre sa croissance.

Groupe de soins et d’accompagnement des personnes âgées et fragiles, Korian, vient d’engager des négociations exclusives en vue du rachat d’Inicea, troisième opérateur français en santé mentale pour un montant de 360 millions d’euros. L’augmentation de capital de 400 millions d’euros annoncée leur permettrait d’acquérir Inicea et de favoriser leur croissance future. Une opération qui devrait être réalisée d’ici à la fin de l’année, et où les actionnaires bénéficieront d’un droit préférentiel de souscription. Les deux principaux actionnaires de Korian, Prédica (à 24,3 %) et Malakoff-Médéric Humanis (à 7,6 %), affirment qu’ils prendront part à ce projet, à hauteur de leur participation. Concernant Inicea, 140 millions d’euros seraient alloués à l’acquisition d’actifs immobiliers ainsi qu’une enveloppe pour le rachat partiel de la dette. Pourtant, la nouvelle est mal accueillie sur la place boursière où l’action de Korian a dégringolé d’un peu plus de 9 % juste après l’annonce.

Devenir un acteur important du soin psychiatrique

Cette augmentation de capital est l’occasion pour Korian de se faire une vraie place dans le secteur de la santé mentale, un domaine d’avenir où peu de groupes d’ampleur sont implantés. Le groupe, qui compte aujourd’hui 11 cliniques, récupérerait les 12 cliniques et les 7 hôpitaux de jour détenus actuellement par Inicea. Avec des implantations géographiques complémentaires, celles-ci permettraient à Korian d’affirmer sa présence sur le marché français et de s’établir en Allemagne et aux Pays-Bas. Par ailleurs, avec un chiffre d’affaires annoncé d’environ 110 millions d’euros, cette opération placerait le groupe Korian à la troisième place du secteur privé français de la psychiatrie avec 17 % des parts du marché, derrière Orpea et Ramsay. Grâce à cette synergie, le groupe entend renforcer sa gamme de services et de soins auprès des personnes âgées ou malades, et de lancer la télémédecine en matière de soins psychiatriques.

Désormais, compte tenu de la crise actuelle, Korian, qui avait suspendu ses objectifs fin avril, les revoit à l’horizon 2022, misant sur 4,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Agathe Giraud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

La reprise de Carbone Savoie par Tokai Carbon coche toutes les cases du retournement idéal : financier et réputationnel pour Alandia Industries; socia...

M. Boché-Robinet : "Les WiR, c’est un réseau, des savoirs, de la convivialité, de bons moments"

M. Boché-Robinet : "Les WiR, c’est un réseau, des savoirs, de la convivialité, de bons moments"

L’association des WiR (Women in Restructuring) est une jeune association, créée en 2018. Elle connaît un développement rapide et compte aujourd’hui pr...

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre capacité à innover"

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre ca...

Toute entreprise qui rencontre des difficultés bénéficie autour d’elle de divers acteurs pour lui venir en aide. Delphine Caramalli, associée de Cliff...

N.Guffroy (Grain de Malice) :  "À partir du moment où les salariés sont remobilisés, tout se passe bien"

N.Guffroy (Grain de Malice) : "À partir du moment où les salariés sont remobilisés, tout se passe b...

Comme beaucoup d’entreprises du retail, l’entreprise de prêt-à-porter Grain de Malice affronte une forte concurrence et un avenir bien incertain pour...

Nicolas Bouzou (Asterès) : "Économiquement, la France fait ce qu’il faut”

Nicolas Bouzou (Asterès) : "Économiquement, la France fait ce qu’il faut”

Alors que la crise sanitaire se prolonge, comment juger les mesures économiques et budgétaires mises en œuvre pour tenter de circonscrire ses effets ?...

Jean-Pierre Mustier, le directeur général d’UniCredit démissionne

Jean-Pierre Mustier, le directeur général d’UniCredit démissionne

Après quatre ans passés à la tête de la banque italienne UniCredit, qu’il a redressé d’une main de maître, le français Jean-Pierre Mustier met fin à s...

C. Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

C. Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Même si la vague de défaillances attendue en 2020 n’a pas eu lieu, les conséquences de la pandémie sur l’économie française ne sont pas négligeables....

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

Jeudi 26 novembre étaient décernés les prix pour les meilleures opérations financières 2019 par le Club des Trente. Cette année, ce sont la Française...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte