A. Smiti (Rosaly), "L’éducation financière doit faire partie intégrante de la stratégie des entreprises"

Avec Rosaly, l’entrepreneuse Arbia Smiti se lance dans une aventure engagée et engageante. Focus sur une application qui se propose d’améliorer le bien-être financier des salariés en démocratisant l’acompte sur salaire.

Avec Rosaly, l’entrepreneuse Arbia Smiti se lance dans une aventure engagée et engageante. Focus sur une application qui se propose d’améliorer le bien-être financier des salariés en démocratisant l’acompte sur salaire.

Décideurs. Comment expliquer cette fibre entrepreneuriale qui vous anime ?

Arbia Smiti. Je suis issue d’une famille tunisienne d’origine très modeste. Mes parents étaient tous les deux fonctionnaires ce qui ne leur permettait pas de financer mes études. La seule option qui s’offrait à moi consistait à obtenir une bourse gouvernementale. En effet, un accord noué entre la France et la Tunisie organise une sorte d’immigration des cerveaux. J’ai ainsi suivi un cursus particulier pour passer les concours des écoles d’ingénieurs. Le gouvernement choisit pour nous, prend en charge nos frais, fait tout pour que nous restions. L’entrepreneuriat s’imposait donc comme la seule issue pour tenter d’échapper à ce parcours fléché. Après un double-diplôme, un passage par L’Oréal, j’ai monté ma première start-up en 2010, une market place pour jeunes créateurs que j’ai revendue fin 2017. Carnet de mode m’a inoculé le virus de l’entrepreneuriat ! Le premier exit réussi, j’ai donc souhaité très vite me remettre en selle. Peu m’importait le secteur ou le domaine d’activité. En revanche, j’étais très attachée à la mission, au pain point. Je voulais que ce nouveau projet s’inscrive dans quelque chose de plus large, dans la vraie vie. 

D’où l’acompte sur salaire ?

51% des Français estiment éprouver des fins de mois difficiles, ce n’est pas rien ! Cela peut même s’avérer dramatique pour les ménages les plus fragiles qui, à force de recourir au crédit, sombrent dans le cercle vicieux du surendettement. L’endettement des ménages constitue l’un des risques principaux qui pèsent sur l’économie du pays. Difficile donc de trouver plus belle mission pour concilier rôle de pionnière et impact sociétal fort.

"51% des Français estiment éprouver des fins de mois difficiles"

Que propose exactement Rosaly ?

L’application ne fait que faciliter l’accès des salariés à un droit encore trop peu connu. La loi prévoit, en effet, la possibilité de demander le 15 du mois un acompte correspondant à la moitié de la rémunération mensuelle. Si l’employeur ne peut refuser de le verser, dans de nombreuses entreprises les démarches pour l’obtenir restent compliquées. Rares sont les salariés à pouvoir s’adresser directement aux responsables paie. Ils remplissent alors un formulaire papier transmis au manager qui l’enverra à son tour à qui de droit… Pas très pratique en cas d’urgence ! Avec un dispositif complètement digital, nous apportons une réponse à ce problème. Les salariés reçoivent instantanément leur acompte et ce sans avoir le sentiment désagréable de quémander de l’argent.  

Mais en levant barrières psychologiques et contraintes administratives ne risque-t-on pas d’ouvrir trop largement les vannes ?

C’est pourquoi nous œuvrons à responsabiliser au maximum les salariés. L’application leur permet de suivre en temps réel leurs dépenses en indiquant non pas ce qu’ils ont sur leur compte mais ce qui leur reste pour vivre jusqu’à la fin du mois une fois déduis le loyer, les courses, etc. Nous leur offrons l’opportunité de bénéficier d’un accompagnement personnalisé d’éducation financière. Ce rôle de pédagogue nous le partageons avec les entreprises qui, au travers de leur souscription, contribuent à améliorer le bien-être financier de leurs salariés.

"65% des actifs français seraient stressés par leur situation financière"

Qu’ont-elles à y gagner ? 

D’après une étude réalisée en 2019*, 65% des actifs français seraient stressés par leur situation financière. On imagine aisément que la crise de la Covid-19 ne va rien arranger. Or, les conséquences du stress financier sur la productivité, la motivation, l’engagement ou même la santé des salariés ne sont plus à démontrer. Aussi, pour une entreprise, veiller au bien-être financier des collaborateurs permet de limiter les baisses de performance, l’absentéisme ou le turn over. Cela participe également de l’attractivité de sa marque employeur.  

Mais est-ce vraiment leur rôle de se préoccuper de ce genre de question ?

Je suis totalement convaincue que les entreprises doivent apporter leur pierre à l’édifice. Les gouvernements ne peuvent régler à eux seuls le problème du surendettement. Développer l’éducation financière des collaborateurs doit faire partie intégrante de la stratégie des entreprises et ce d’autant plus qu’elles disposent d’une plus grande liberté dans la mise en œuvre de solutions concrètes, rapides et efficaces. On en a encore eu la preuve avec cette pandémie. Et puis, je trouve trop facile de dire que les finances des ménages ne les concernent pas. Le travail occupe une place si importante dans nos vies que la responsabilité des entreprises ne saurait s’arrêter aux portes des usines, des bureaux et même des home offices ! 

Propos recueillis par Marianne Fougère

*Étude réalisée par YouGov pour Mercer du 10 au 14 janvier 2019 sur un échantillon de 1009 actifs français représentatifs de la population active française.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

D. Marie-Jeanne (Hartwood), "La formation coûte trop cher ? Essayez l’ignorance !"

D. Marie-Jeanne (Hartwood), "La formation coûte trop cher ? Essayez l’ignorance !"

Comment rendre opérationnelles de jeunes recrues tout en améliorant sa marque employeur ? En proposant, comme le fait Hartwood, un programme d’on-boar...

Wemean : "La raison d’être est plus que jamais un levier de transformation concrète"

Wemean : "La raison d’être est plus que jamais un levier de transformation concrète"

Les quatre associés et cofondateurs du cabinet Wemean plaident pour une raison d’être concrète et opérationnelle à tous les niveaux de l’organisation....

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Aides aux entreprises, baromètre, mentorat… Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées revient sur les initiatives destinées à...

G. Halpern (philosophe), "L’hybridation représente une stratégie de survie"

G. Halpern (philosophe), "L’hybridation représente une stratégie de survie"

Classes, évènements, télétravail, formations, etc : la crise sanitaire a consacré le règne de l’hybride. Mais comment dissocier ce qui en relève vraim...

"Oui, malgré le télétravail, le bureau reste indispensable"

"Oui, malgré le télétravail, le bureau reste indispensable"

Certains, conquis par le télétravail, ne veulent retourner au bureau qu'avec parcimonie. Pour autant, le bon vieil open space semble promis à un bel a...

F. Zocchetto (PayFit) : "Nous voulons devenir leader européen des solutions RH"

F. Zocchetto (PayFit) : "Nous voulons devenir leader européen des solutions RH"

En mars 2021, la start-up française PayFit a bouclé une nouvelle levée de fonds de 90 millions d'euros. L'entreprise, qui a connu une croissance à deu...

S. Spindler (Tryba) : " La digitalisation, sans les hommes,  cela ne fonctionne pas "

S. Spindler (Tryba) : " La digitalisation, sans les hommes, cela ne fonctionne pas "

Les forces commerciales du spécialiste des menuiseries Tryba ont réussi à tirer leur épingle du jeu pendant la crise sanitaire grâce à la digitalisa...

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus, prendra la tête du leader mondial de la beauté à compter du 1er mai. La récompense ultime pour ce fidèle de la maison qui a grimpé...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte