A.Sauzé (avocat-youtubeur) : "La legaltech sera le quotidien des juristes de demain"

Le cofondateur de Young Avotech s’est lancé sur YouTube pour parler transformation digitale et legaltech. En août dernier, Arthur Sauzé sort sa première vidéo. Le jeune avocat teste et analyse les différentes start-up du droit proposant un service de robotisation des contrats. Deux semaines plus tard, il organise un « battle » entre deux sites de mise en relation client-avocat. Ses vidéos ont été vues par plusieurs milliers d’internautes et le youtubeur ne compte pas s’arrêter là.

© Alexandre Moisan

Miniature de la vidéo « Trouver un (bon) avocat #1 : battle des legaltechs »

Le cofondateur de Young Avotech s’est lancé sur YouTube pour parler transformation digitale et legaltech. En août dernier, Arthur Sauzé sort sa première vidéo. Le jeune avocat teste et analyse les différentes start-up du droit proposant un service de robotisation des contrats. Deux semaines plus tard, il organise un « battle » entre deux sites de mise en relation client-avocat. Ses vidéos ont été vues par plusieurs milliers d’internautes et le youtubeur ne compte pas s’arrêter là.

Décideurs Juridiques. À qui se destinent vos vidéos ? 

Arthur Sauzé. Ma chaîne Tedi s’adresse principalement aux cabinets d’avocats et aux directions juridiques désireux de moderniser leurs pratiques. La digitalisation est un levier de performance incontestable. Néanmoins, s’informer sur le sujet et choisir la solution adaptée à ses besoins peut être un sacerdoce. Mon expérience chez Young Avotech m’a permis de développer une connaissance fine des outils présents sur le marché des technologies à destination des juristes. C’est pourquoi je suis aujourd’hui en mesure de proposer une véritable étude de marché. L’autre partie de mon audience est constituée par des étudiants en droit et c’est un très bon signe car la legaltech sera le quotidien des juristes de demain. Je suis convaincu qu’à l’avenir, la maîtrise des outils numériques va devenir une compétence très recherchée. 

Quelle est votre démarche ? 

Mon objectif est de proposer un contenu accessible, clair et pédagogique permettant de se faire une idée concrète des services proposés. Je vise les points forts et les points faibles de chaque acteur du marché, dans une approche bienveillante. L’idée n’est pas de défavoriser un concurrent mais de donner un aperçu clair des solutions. Par exemple, dans ma vidéo Trouver un (bon) avocat #1 : Battle des legaltechs, j’ai comparé deux entreprises de mise en relation client-avocat : Call a lawyer et Monavocat.fr. Il se trouve que je connais très bien le CEO de la première, Mathieu Davy, car je travaille avec lui depuis des années. Or, cela ne m’a pas empêché d’analyser les deux solutions de manière objective. Ma démarche est avant tout celle d’un expérimentateur et d’un conseiller. 

Comment vous est venue cette idée ?

Tout bêtement lorsque je cherchais à acheter une moto, je suis tombé sur des vidéos comparatives qui m’ont permis de choisir entre deux modèles. J’ai eu envie de faire la même chose pour la legaltech car il y a un vrai besoin d’accompagnement vers les nouveaux champs technologiques. Ensuite, je me suis réapproprié les codes des chaînes populaires en matière de gaming, d’humour ou de fitness. J’ai passé des heures sur YouTube à regarder leurs vidéos pour m’inspirer de leurs montages.  

Quel est votre business model ? 

Tedi, c’est une chaîne YouTube mais surtout un cabinet de conseil en transformation digitale pour les cabinets d’avocats et les directions juridiques. Mon objectif est donc d’accompagner ces acteurs dans l’adoption d’outils performants. J’ai à cœur de rester indépendant quant à mon analyse des solutions. Aussi, les legal start-up peuvent-elles me contacter pour que j’analyse leurs produits dans mes vidéos. Si j’accueille volontiers les indemnités de défraiement, je ne souhaite pas nouer de partenariats rémunérés avec ces acteurs pour des raisons d’indépendance et de crédibilité. En revanche, je suis totalement ouvert à la sponsorisation de mes vidéos par des acteurs non juridiques tels que des banques ou des assurances. 

Quelles sont vos ambitions pour cette chaîne ? 

J’espère continuer à recevoir des retours positifs. Récemment, on m’a surnommé « le Squeezie du droit » [en référence au célèbre youtubeur qui a 13,6 millions d’abonnés, ndlr]. La comparaison me fait sourire. Plus sérieusement, mon objectif est de passer la barre des 1 000 abonnés dans six mois et d’arriver à une vingtaine de vidéos d’ici un an. Je suis dans une logique qualitative et non quantitative. À terme, ma volonté est de créer une base de contenus qualitatifs sur la legaltech, mais également la fintech et la regtech. 

Propos recueillis par Romane Gagnant

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Legaltech 2020 : quelles sont les meilleures pour se digitaliser ?

Outils collaboratifs, propriété intellectuelle, droit des contrats, audit d'acquisition, contentieux et arbitrage, droit notarial : à chaque spécialité juridique sa palette d'outils numériques qui lui est consacré. Les clés pour bien choisir : les solutions existantes, les technologies disponibles sur le marché, les éléments comparatifs entre elles, des entretiens avec quelques acteurs majeurs...
Sommaire Première étape de la digitalisation du droit : les outils collaboratifs L.Schwirtz (Legal Suite) : "Avec un chatbot, la direction juridique valorise son image et gagne du temps" De la standardisation au smart contract P.Ginestié (Gino LegalTech) : "Les juristes veulent être libérés des tâches répétitives" Fusions-acquisitions : assurer la sécurité de l’audit Propriété intellectuelle et legaltech : le code au service du code Résolution des litiges : anticiper la justice Digital compliance : quand la technologie devient indispensable Droit notarial : une mine de solutions numériques
Yomoni accueille Didier Le Menestrel et Philippe Vayssettes

Yomoni accueille Didier Le Menestrel et Philippe Vayssettes

Pour Yomoni c'est un événement qui fera date ! La société d'épargne en ligne accueille Didier Le Menestrel et Philippe Vayssettes au sein de son conse...

Une étude d’opinion sur le droit et la technologie

Une étude d’opinion sur le droit et la technologie

La legaltech d’édition juridique Lexbase et l’entreprise de sondages politiques et d’études marketing Opinion Way ont interrogé les Français sur leur...

L’intrapreneuriat chez Kramer Levin

L’intrapreneuriat chez Kramer Levin

Chez Kramer Levin, trois counsels spécialisées respectivement en fiscalité, droit social et corporate M&A, lancent une nouvelle offre dédiée aux f...

Un nouvel associé chez DTMV

Un nouvel associé chez DTMV

DTMV renforce son intervention auprès des acteurs du secteur des médias, du numérique et de l’entertainment grâce à l’arrivée de Julien Grosslerner en...

Registre général : nouvelle plateforme de dématérialisation des registres sociaux

Registre général : nouvelle plateforme de dématérialisation des registres sociaux

La start-up Registre général lance un service numérique de tenue des registres sociaux par le biais de la blockchain.

Un ancien conseiller de la Banque mondiale chez Dechert

Un ancien conseiller de la Banque mondiale chez Dechert

À Paris, Cyril Fiat, ancien conseiller de la célèbre institution financière du Groupe de la Banque mondiale, intègre le cabinet Dechert comme local pa...

Création d’un service doctrine chez Akilys

Création d’un service doctrine chez Akilys

Deux universitaires rejoignent le cabinet d’avocats Akilys à Lyon pour développer un pôle dédié à la doctrine.

De la standardisation au smart contract

De la standardisation au smart contract

Le contrat est le socle de la vie des entreprises. C’est aussi l’instrument le plus difficile à contrôler en raison de la complexité des réglementatio...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message