A. Prot (Qonto) : "Nous avons eu beaucoup de chance de réaliser notre série C juste avant la crise"

A. Prot (Qonto) : "Nous avons eu beaucoup de chance de réaliser notre série C juste avant la crise"

En janvier 2020, Qonto bouclait une levée de fonds de 104 millions d'euros, le plus grand tour de table jamais réalisé pour une fintech française et ce deux ans et demi seulement après le lancement de la néo-banque en France. Alexandre Prot, co-fondateur de Qonto fait le bilan plus d’un an après cette série C.

Décideurs. Début 2020, vous avez bouclé une levée record de 104 millions d'euros. Quels étaient vos objectifs et où en êtes-vous aujourd’hui ?

Alexandre Prot. Elle a été réalisée afin de poursuivre le financement de notre croissance. Le résultat est plus que probant : en 2020, nous avons doublé à la fois notre chiffre d’affaires et le nombre de nos clients – 150 000 TPE et PME dans quatre pays – malgré un contexte économique difficile.

Par ailleurs, ce tour de table nous a permis de renforcer notre développement au-delà des frontières françaises. Nous sommes présents en Italie, en Espagne et, depuis peu, en Allemagne et, malgré un retard dû à la crise sanitaire, nous allons ouvrir des bureaux en mai à Milan, Barcelone et Berlin. Cela implique bien sûr le recrutement de nouvelles équipes. En janvier 2020, nous étions 180 contre 300 aujourd’hui, avec l’objectif d’atteindre 450 salariés en fin d’année.

Enfin, nous accélérons également notre communication avec une première campagne radio et télévision diffusée ces dernières semaines.

Quelques mois après cette superbe opération, vous avez dû affronter la crise sanitaire. Comment l’avez-vous vécue ? Cette levée a-t-elle changé les choses pour vous dans votre manière d’aborder cette période ?

Nous avons eu beaucoup de chance de réaliser notre série C juste avant la crise. Cela nous a été d’un grand confort, car à aucun moment nous ne nous sommes posés de questions sur notre survie. Nous avons pu nous focaliser sur notre travail afin d’offrir une continuité de service parfaite pour nos clients.

Côté business, la crise sanitaire a permis de pousser nos clients, TPE et PME à se digitaliser. Une opportunité pour notre modèle. En revanche, nous avons constaté qu’ils avaient besoin d’accéder à des prêts tels que les PGE or nous n’avons pas d’agrément d’établissement de crédit. Nous avons travaillé avec la Bpifrance pour proposer à nos clients des prêts avec cet organisme. D’un autre côté, les entreprises pouvaient aussi se rapprocher de plateformes de crowlending, telles qu’October, pour avoir accès au PGE. Ces solutions permettaient à nos clients de ne pas être obligés de passer par une banque traditionnelle. 

Par ailleurs, les différents confinements et couvre-feu ont eu des conséquences sur le volume des dépenses de nos clients. Comme une petite partie de notre chiffre d’affaires provient de commissions reversées par Mastercard, il s’en est légèrement ressenti. Au-delà de nos revenus, il a été intéressant d’observer en direct les évolutions des volumes de paiement de 150 000 entreprises en Europe.

"Tencent et DST Global ont les capacités de nous accompagner dans la durée"

Vous avez fait entrer de nouveaux investisseurs internationaux avec Tencent et DST Global. Quelles sont les retombées pour Qonto ?

Nous sommes ravis d’avoir accueilli ces deux nouveaux investisseurs à notre capital. Ils sont chacun au capital de fintech à succès partout dans le monde dont Nubank au Brésil ou Chime aux États-Unis. Tencent et DST Global ont les capacités de nous accompagner dans la durée et possèdent une expérience dans le façonnement des licornes aussi bien en termes de croissance que de structuration d’entreprise.

Quels sont vos projets ?

Tout d’abord, nous allons nous concentrer sur la poursuite de notre développement en Italie, en Espagne et en Allemagne. Et nous avons beaucoup à faire pour attirer de nouveaux clients dans les différents marchés européens.

Par ailleurs, le développement de notre service va se poursuivre, en cherchant à apporter toujours plus à nos clients en matière de comptabilité ou de gestion des finances de l’entreprise en équipes. C’est dans cette perspective que la plateforme Qonto Connect a vu le jour il y a cinq mois. Celle-ci permet de connecter Qonto à des services connexes de facturation, de comptabilité, d’assurance responsabilité civile et professionnelle en partenariat, notamment, avec AXA. Nous avons également récemment ajouté Apple Pay et Google Pay à nos fonctionnalités et nous réfléchissons à la meilleure manière de proposer des lignes de crédit avec un partenaire. Notre offre évolue avec et pour les clients afin de simplifier leur gestion financière. Nous sommes donc très à l’écoute de leurs besoins.

Propos recueillis par Béatrice Constans

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Capital-investissement 2021

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Capital-investissement 2021
Sommaire
B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message