A. Perrier et J. Samuel (Inkipit Finance) : "Nous offrons un écosystème sur mesure aux dirigeants d’entreprise"

Arnaud Perrier et Jérôme Samuel, fondateurs du family office Inkipit
Finance, évoquent la nécessité d’accompagner sur mesure les dirigeants pour pouvoir répondre à leurs problématiques bien spécifiques.
Jérôme Samuel et Arnaud Perrier

Arnaud Perrier et Jérôme Samuel, fondateurs du family office Inkipit Finance, évoquent la nécessité d’accompagner sur mesure les dirigeants pour pouvoir répondre à leurs problématiques bien spécifiques.

Décideurs. À qui s’adresse Inkipit Finance ?

Arnaud Perrier. Inkipit Finance a développé une offre spécifique à deux catégories de clientèle, à savoir d’une part les dirigeants, qu’ils soient gérants, actionnaires, cadres supérieurs salariés, et d’autre part ce que nous appelons « investisseurs privés » : il s’agit de personnes privées travaillant dans le monde de la finance, dans des fonds d’investissement ou des banques d’affaires… Nous les accompagnons dans leurs problématiques patrimoniales et financières liées à l’organisation et à la gestion de leur patrimoine professionnel et privé.

Quel constat faites-vous de l’année 2020 ?

Jérôme Samuel. La très forte volatilité du marché actions déroute les investisseurs. Se limiter au portefeuille classique 60 % actions et 40 % obligations ne suffit plus. La poche d’investissement alternatif (liquide/illiquide, coté/non-coté) prend de plus en plus de place dans les portefeuilles. Inkipit Finance y est particulièrement sensible depuis sa création et l’année 2020 conforte cette approche. Nous portons donc une attention particulière à la diversification du portefeuille et proposons une offre globale. Nous organisons entre autres des levées de fonds, développons l’immobilier sous forme de club deals, travaillons en gestion sous mandat avec d’autres partenaires…

"La poche d’investissement alternatif (liquide/illiquide, coté/non-coté) prend de plus en plus de place dans les portefeuilles"

Comment accompagnez-vous les dirigeants ?

A. P. La spécificité des dirigeants nous conduit à construire un écosystème sur mesure pour ce type de clientèle. Notre offre se concentre sur des problématiques spécifiques, allant de la structuration de l’entreprise à la rémunération du dirigeant (qu’il s’agisse de salaire ou de stock-options), en passant par la création de holdings. Leurs préoccupations concernent également des problématiques fiscales et juridiques ou encore l’entrée de nouveaux actionnaires, qu’il s’agisse de vente totale ou partielle. Eux- mêmes investisseurs, les dirigeants souhaitent participer au développement de sociétés et nous leur offrons cette opportunité à travers les levées de fonds que nous organisons.

J. S. Nous avons mis en place différents stades d’accompagnement en fonction du statut, du stade de développement de l’entreprise et des projets du dirigeant. Nous orchestrons également les relations entre leurs prestataires financiers et juridiques et nous nous assurons que les problématiques soient bien traitées. Ces dernières seront très différentes en fonction de la maturité professionnelle du dirigeant, qu’il soit actionnaire principal de sa société ou salarié cadre. Concernant le chef d’entreprise actionnaire principal, nous répondons à ses problématiques de retraite, particulièrement en lien avec la loi Pacte qui crée des opportunités plus intéressantes dans la constitution d’une retraite par capitalisation. Nous gérons également la question de l’immobilier d’entreprises. S’agissant du dirigeant salarié cadre, les problématiques de structuration de leur épargne, la rémunération et la retraite reviennent souvent.

Quelles étaient leurs préoccupations majeures durant la crise ?

A. P. Les questions soulevées concernaient le risque de leur patrimoine financier. Notre rôle consistait, en réponse, à leur apporter une certaine sérénité concernant l’organisation de leur portefeuille. Nous passons beaucoup de temps sur le calibrage du risque à travers des scénarios de stress tests et aucun portefeuille n’a dépassé les niveaux de risques préalablement validés avec nos clients. Cela leur a permis d’être en confiance avec notre approche.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

Avec son côté "madeleine de Proust", la bande dessinée attire de plus en plus de collectionneurs bien décidés à faire rimer plaisir avec investissemen...

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

Avec l’ambition de créer une nouvelle marque sur la place parisienne, Melissa Pun lance MLCP Avocat, un cabinet consacré à la fiscalité patrimoniale d...

Scalefast nomme son directeur juridique

Scalefast nomme son directeur juridique

Après plus de quinze années passées à la tête de la pratique propriété intellectuelle de Dentons à Paris, David Masson rejoint Scalefast en qualité de...

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Magistrat de carrière, Ivan Luben est nommé référent déontologue de l’Autorité de la concurrence (ADLC). Il aura pour mission de conseiller les agents...

DWF accueille deux nouveaux associés

DWF accueille deux nouveaux associés

Nicole Coutrelis et Pierre-Nicolas Sanzey rejoignent le bureau parisien de cabinet DWF.

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

L’ancien directeur juridique du contentieux de la Société générale, Nicolas Brooke, quitte Signature Litigation pour retourner en banque, cette fois c...

Harvest et Quantalys se rapprochent

Harvest et Quantalys se rapprochent

L’expert tech de la gestion patrimoniale et financière, le groupe Harvest, annonce l’acquisition de l’un des leaders en Europe des données financières...

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank, première banque indépendante créée en France depuis cinquante ans, a clôturé sa troisième levée de fonds complémentaire auprès de Serena Ca...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte