À Madrid, la COP achoppe

Tout ça pour ça ? Observateurs comme parties prenantes, tout le monde semble consterné par la COP25. Retour sur deux semaines de négociations climato-diplomatiques infructueuses.

© Nacho Doce, Reuters

Carolina Schmidt, présidente de la COP25, lors de la séance de clôture

Tout ça pour ça ? Observateurs comme parties prenantes, tout le monde semble consterné par la COP25. Retour sur deux semaines de négociations climato-diplomatiques infructueuses.

Déception, échec et même désastre… Aucun qualificatif ne paraît trop dur pour dresser le bilan de la COP25, qui s’est achevée le 15 décembre dernier à Madrid. Déplacée in extremis dans la capitale espagnole, la grand-messe, qui devait initialement se dérouler au Chili, avait pourtant débuté dans la pure tradition de ce rendez-vous annuel : ambitieux discours de diplomates, manifestations citoyennes pour le climat et discours moralisateur de Greta Thunberg. Si Madrid devait servir de répétition générale avant l’entrée en vigueur, l’an prochain, de l’Accord de Paris sur le climat, les parties en présence auront finalement réussi à ne s’accorder sur quasiment rien. Le fiasco est total.

Positions figées

"Les principaux acteurs dont on espérait des avancées n’ont pas répondu aux attentes." Le constat dressé par l’économiste Laurence Tubiana est implacable. L’architecte de l’Accord de Paris vise directement les États-Unis, lesquels en sortiront dans moins d’un an, mais aussi le Japon, l’Australie, l’Arabie saoudite ainsi que les Brics… En somme les plus gros émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre. Sur les 197 pays présents, seuls 80, représentant à peine 10 % des émissions en question, ont promis de rehausser leurs ambitions climatiques. La Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud et le Brésil se sont de leur côté fendus d’un communiqué commun soulignant que "les lacunes d’avant 2020 doivent être évaluées et comblées, sans transférer aucune charge aux pays en développement".

Entre anciens et nouveaux pollueurs, le torchon brûle.

Entre anciens et nouveaux pollueurs. le torchon brûle toujours et bien malin qui trouvera comment éteindre l’incendie. Tous doivent pourtant livrer dès l’année prochaine de nouveaux engagements volontaires de réduction des gaz à effet de serre afin de contenir le réchauffement climatique à deux degrés et, si possible,1,5 degré. Un objectif qui relève davantage de l’utopie après chaque COP.

Toujours rien sur le carbone

Comme il y a un an à Katowice, l’enjeu principal de cette 25e Conférence des parties portait sur les négociations relatives aux règles de fonctionnement des futurs marchés du carbone, définis dans l’article 6 de l’Accord de Paris sur le climat, conclu il y a tout juste quatre ans. Les deux semaines de négociations madrilènes ont trébuché sur les mêmes obstacles qu’en Pologne. D’abord sur la question du comptage. En effet, le protocole de Kyoto (1997) a créé un marché d’émission de CO2 permettant aux États les moins pollueurs de revendre leurs quotas aux gros émetteurs. ­Cependant, plusieurs pays (Chine, Brésil, Inde et Arabie saoudite) souhaitent que la tonne de carbone soit comptabilisée à la fois par le pays acheteur et par le pays vendeur, un tour de passe-passe conduisant à des réductions de CO2 plus importantes sur le papier qu’en réalité. La seconde pierre d’achoppement concerne le reliquat des ­crédits carbone issus du mécanisme de Kyoto, détenus à 60 % par la Chine, l’Inde et le Brésil, qui ne veulent pas les perdre.

L’Europe, nouveau gendarme vert de la planète ?

S’il est une chose qui semble avoir émergé de ce marasme et contenté les observateurs, c’est le rôle de la diplomatie européenne, avec l’annonce collective,à l’exception de la Pologne, de son objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050. On se gardera cependant de tresser des couronnes de laurier avant de constater les mesures concrètes nécessaires à l’accomplissement de ces objectifs. Tout ce beau monde a de nouveau rendez-vous en décembre 2020, cette fois à Glasgow, pour tenter de rectifier le tir... La conclusion ressemble furieusement à celle de l’année dernière.

Boris Beltran

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Communication de Gérald Darmanin, Chat le fait

Communication de Gérald Darmanin, Chat le fait

Marine Le Pen n'est pas la seule à tenter d'amadouer les électeurs en instrumentalisant de charmantes boules de poils. Boris, le matou de Gérald Darma...

Comment Macron, Mélenchon ou Zemmour séduisent les geeks

Comment Macron, Mélenchon ou Zemmour séduisent les geeks

Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon ou Éric Zemmour draguent sans vergogne les amateurs de jeux-vidéo. Une stratégie qui permet en réalité de s’adress...

Législatives : Marine Le Pen peut dire merci à Éric Zemmour

Législatives : Marine Le Pen peut dire merci à Éric Zemmour

Déjouant tous les pronostics, le RN fait son entrée en force à l’Assemblée nationale tandis que Reconquête n’a placé aucun candidat au second tour. Ér...

Législatives, vers une France ingouvernable ?

Législatives, vers une France ingouvernable ?

Une majorité sortante qui boit la tasse, un RN qui ne se voyait pas si haut, une Nupes principale force d’opposition, LR qui perd des sièges mais gagn...

Infographies : les grandes questions qui se posent après le premier tour des législatives

Infographies : les grandes questions qui se posent après le premier tour des législatives

Beaucoup de députés ont-ils été élus au premier tour ? Est-ce plus que d’habitude ? Combien de ministres ont-ils été contraints à la démission après u...

Stanislas Guerini, dans la bataille du second tour

Stanislas Guerini, dans la bataille du second tour

En duel avec une candidate EELV, le délégué général de la République en marche va tenter de conserver son siège dans une circonscription traditionnell...

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

Le déclin de l'empire Les Républicains

Le déclin de l'empire Les Républicains

Les législatives se succèdent et la droite voit son influence inexorablement réduite à l’Assemblée nationale. Seul moyen de peser : jouer le rôle de p...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message