À la recherche de la paix économique

Le 14 mai dernier se tenait la première édition des Trophées de la paix économique, organisés par Grenoble École de Management (GEM), qui porte un mouvement destiné à conduire les entreprises à questionner le sens de leurs actions et repenser en profondeur leurs pratiques.

Le 14 mai dernier se tenait la première édition des Trophées de la paix économique, organisés par Grenoble École de Management (GEM), qui porte un mouvement destiné à conduire les entreprises à questionner le sens de leurs actions et repenser en profondeur leurs pratiques.

L’événement est à l’initiative de l’une des chaires de l’école, baptisée « Mindfulness, paix économique et bien-être au travail ». Un titre volontairement éloigné du vocabulaire professionnel habituel puisqu’il entend en bousculer les codes. Pour Dominique Steiler, son fondateur, l’objectif est en effet « de construire une autre représentation, avec d’autres valeurs et un champ lexical propre ».

Expériences

La journée fut l’occasion de nourrir les réflexions autour de cette ambition, et de présenter des exemples de réalisations concrètes. Les entreprises partenaires de la chaire ou membres de sa communauté de pratique ont exposé la façon dont elles essaient de s’inscrire dans une démarche de paix économique. Antoine Raymond, PDG d’Araymond, a par exemple présenté le programme de « servant leadership » développé au sein de son groupe. Le dirigeant de Samse a décrit le processus de libération de son organisation. Au cours de la soirée ont été présentés les huit projets choisis par un jury composé de personnalités du monde politique ou économique parmi les 75 dossiers de candidature. Les lauréats bénéficieront d’un accompagnement de dix heures par GEM. Parmi les réalisations ainsi mises à l’honneur, celle de la mairie de Kingersheim, qui propose aux employés de se former à la pleine conscience, à l’intelligence émotionnelle, et à la psychologie positive, ou encore un vaste programme d’innovation managériale de Veolia baptisé « Osons l’entreprise heureuse ». La soirée de clôture fut aussi l’occasion d’une table ronde de réflexion et de prospective sur l’enjeu de « paix économique ».

Utopie ?

La chaire s’est donné pour mission d’imaginer « un contrepoint à l’hyper-compétition outrancière qui génère tant de dégradation en confondant augmentation du PIB et amélioration de notre bien-être » rappelle le document présentant la chaire dirigée par Dominique Steiler. Le philosophe Patrick Viveret a souligné l’ampleur de ce constat d’échec en évoquant « une guerre économique qui nous mène vers l’abîme, insupportable socialement et dans nos rapports avec la nature ». Pour lui, cette analyse impose de « revenir à la racine même de l’économie ». Il invite notamment à remettre en question la notion de bénéfice et de valeur. « Il faut se donner le droit de revisiter des mots-clés comme valeur, bénéfice, économie ou écologie…poursuit-il, cette libération est essentielle pour faire face aux résistances culturelles. »  « Si l’activité d’une organisation a pour effet de détruire un écosystème vital, par exemple, il est exclu de considérer par ailleurs qu’elle a créé de la valeur. » Et de faire référence au concept qu’il avait proposé dans son rapport « Reconsidérer la richesse » : celui de dépôt de bilan social ou environnemental.

Cette conception plutôt radicale serait-elle utopique ? Pour Fouad Abdelmoumni, militant des droits de l’homme et économiste marocain « bien sûr que la paix économique peut sonner comme une utopie. Mais rappelons que l’humanité est sortie de l’esclavage, du féodalisme…poursuit-il. Le besoin de conflictualité extrême est derrière nous. » Pour lui, les initiatives présentées par les entreprises, ou récompensées par un trophée dans le cadre de l’événement « sont loin d’être la réponse à tous les problèmes. Mais, souligne-t-il, elles font appel à la capacité de régulation de l’être humain et permettent d’avancer dans l’accord comme dans la divergence. » Un optimisme résolument partagé par l’ensemble des intervenants.

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Workelo, spécialiste de l’onboarding lève 1,1 million d’euros

Workelo, spécialiste de l’onboarding lève 1,1 million d’euros

La start-up annonce une levée d’amorçage pour consolider sa place de leader dans l’Hexagone.

Anne Courrier prend la tête de la direction financière du groupe Vyv

Anne Courrier prend la tête de la direction financière du groupe Vyv

Le groupe Vyv, mutualiste français issu du rapprochement de MGEN, Istya et Harmonie Mutuelle, a une nouvelle directrice financière, Anne Courrier.

PayFit lève 70 millions d’euros pour doubler de taille en 2020

PayFit lève 70 millions d’euros pour doubler de taille en 2020

La start-up qui digitalise et simplifie la gestion de paie et des RH frappe un grand coup avec l’une des plus grosses levées de fonds de l’histoire de...

S.Canonne (EDHEC Executive Education) : "Pourquoi développer aujourd’hui vos futures équipes dirigeantes"

S.Canonne (EDHEC Executive Education) : "Pourquoi développer aujourd’hui vos futures équipes dirigea...

Beaucoup d’entreprises considèrent aujourd’hui que le développement de leurs futurs dirigeants est une priorité. Il s’agit de préparer leurs leaders a...

Retour en images sur le cercle Talent management et Formation

Retour en images sur le cercle Talent management et Formation

Le 16 mai dernier se tenait la deuxième session du "Cercle Talent management et formation" de Décideurs Magazine.

E.Capiez (Assystem) : "La notion de communauté casse les silos"

E.Capiez (Assystem) : "La notion de communauté casse les silos"

Assystem est un groupe d’ingénierie composé de 5 700 collaborateurs intervenants sur des projets partout dans le monde. Animées par la direction des r...

Le management de transition, avenir du directeur financier

Le management de transition, avenir du directeur financier

Ces dix dernières années, le management de transition a séduit de plus en plus de dirigeants. Cette évolution, liée au changement du marché du travail...

L.Martinez (Alstom) : "D’ici trois ou quatre ans, un certain nombre de processus seront automatisés"

L.Martinez (Alstom) : "D’ici trois ou quatre ans, un certain nombre de processus seront automatisés"

Laurent Martinez a pris ses fonctions de directeur financier d’Alstom le 1er juillet 2018 après une carrière chez Airbus, alors que le projet de fusio...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message