À la recherche de la paix économique

Le 14 mai dernier se tenait la première édition des Trophées de la paix économique, organisés par Grenoble École de Management (GEM), qui porte un mouvement destiné à conduire les entreprises à questionner le sens de leurs actions et repenser en profondeur leurs pratiques.

Le 14 mai dernier se tenait la première édition des Trophées de la paix économique, organisés par Grenoble École de Management (GEM), qui porte un mouvement destiné à conduire les entreprises à questionner le sens de leurs actions et repenser en profondeur leurs pratiques.

L’événement est à l’initiative de l’une des chaires de l’école, baptisée « Mindfulness, paix économique et bien-être au travail ». Un titre volontairement éloigné du vocabulaire professionnel habituel puisqu’il entend en bousculer les codes. Pour Dominique Steiler, son fondateur, l’objectif est en effet « de construire une autre représentation, avec d’autres valeurs et un champ lexical propre ».

Expériences

La journée fut l’occasion de nourrir les réflexions autour de cette ambition, et de présenter des exemples de réalisations concrètes. Les entreprises partenaires de la chaire ou membres de sa communauté de pratique ont exposé la façon dont elles essaient de s’inscrire dans une démarche de paix économique. Antoine Raymond, PDG d’Araymond, a par exemple présenté le programme de « servant leadership » développé au sein de son groupe. Le dirigeant de Samse a décrit le processus de libération de son organisation. Au cours de la soirée ont été présentés les huit projets choisis par un jury composé de personnalités du monde politique ou économique parmi les 75 dossiers de candidature. Les lauréats bénéficieront d’un accompagnement de dix heures par GEM. Parmi les réalisations ainsi mises à l’honneur, celle de la mairie de Kingersheim, qui propose aux employés de se former à la pleine conscience, à l’intelligence émotionnelle, et à la psychologie positive, ou encore un vaste programme d’innovation managériale de Veolia baptisé « Osons l’entreprise heureuse ». La soirée de clôture fut aussi l’occasion d’une table ronde de réflexion et de prospective sur l’enjeu de « paix économique ».

Utopie ?

La chaire s’est donné pour mission d’imaginer « un contrepoint à l’hyper-compétition outrancière qui génère tant de dégradation en confondant augmentation du PIB et amélioration de notre bien-être » rappelle le document présentant la chaire dirigée par Dominique Steiler. Le philosophe Patrick Viveret a souligné l’ampleur de ce constat d’échec en évoquant « une guerre économique qui nous mène vers l’abîme, insupportable socialement et dans nos rapports avec la nature ». Pour lui, cette analyse impose de « revenir à la racine même de l’économie ». Il invite notamment à remettre en question la notion de bénéfice et de valeur. « Il faut se donner le droit de revisiter des mots-clés comme valeur, bénéfice, économie ou écologie…poursuit-il, cette libération est essentielle pour faire face aux résistances culturelles. »  « Si l’activité d’une organisation a pour effet de détruire un écosystème vital, par exemple, il est exclu de considérer par ailleurs qu’elle a créé de la valeur. » Et de faire référence au concept qu’il avait proposé dans son rapport « Reconsidérer la richesse » : celui de dépôt de bilan social ou environnemental.

Cette conception plutôt radicale serait-elle utopique ? Pour Fouad Abdelmoumni, militant des droits de l’homme et économiste marocain « bien sûr que la paix économique peut sonner comme une utopie. Mais rappelons que l’humanité est sortie de l’esclavage, du féodalisme…poursuit-il. Le besoin de conflictualité extrême est derrière nous. » Pour lui, les initiatives présentées par les entreprises, ou récompensées par un trophée dans le cadre de l’événement « sont loin d’être la réponse à tous les problèmes. Mais, souligne-t-il, elles font appel à la capacité de régulation de l’être humain et permettent d’avancer dans l’accord comme dans la divergence. » Un optimisme résolument partagé par l’ensemble des intervenants.

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

D. Marie-Jeanne (Hartwood), "La formation coûte trop cher ? Essayez l’ignorance !"

D. Marie-Jeanne (Hartwood), "La formation coûte trop cher ? Essayez l’ignorance !"

Comment rendre opérationnelles de jeunes recrues tout en améliorant sa marque employeur ? En proposant, comme le fait Hartwood, un programme d’on-boar...

Wemean : "La raison d’être est plus que jamais un levier de transformation concrète"

Wemean : "La raison d’être est plus que jamais un levier de transformation concrète"

Les quatre associés et cofondateurs du cabinet Wemean plaident pour une raison d’être concrète et opérationnelle à tous les niveaux de l’organisation....

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Aides aux entreprises, baromètre, mentorat… Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées revient sur les initiatives destinées à...

G. Halpern (philosophe), "L’hybridation représente une stratégie de survie"

G. Halpern (philosophe), "L’hybridation représente une stratégie de survie"

Classes, évènements, télétravail, formations, etc : la crise sanitaire a consacré le règne de l’hybride. Mais comment dissocier ce qui en relève vraim...

"Oui, malgré le télétravail, le bureau reste indispensable"

"Oui, malgré le télétravail, le bureau reste indispensable"

Certains, conquis par le télétravail, ne veulent retourner au bureau qu'avec parcimonie. Pour autant, le bon vieil open space semble promis à un bel a...

F. Zocchetto (PayFit) : "Nous voulons devenir leader européen des solutions RH"

F. Zocchetto (PayFit) : "Nous voulons devenir leader européen des solutions RH"

En mars 2021, la start-up française PayFit a bouclé une nouvelle levée de fonds de 90 millions d'euros. L'entreprise, qui a connu une croissance à deu...

S. Spindler (Tryba) : " La digitalisation, sans les hommes,  cela ne fonctionne pas "

S. Spindler (Tryba) : " La digitalisation, sans les hommes, cela ne fonctionne pas "

Les forces commerciales du spécialiste des menuiseries Tryba ont réussi à tirer leur épingle du jeu pendant la crise sanitaire grâce à la digitalisa...

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus, prendra la tête du leader mondial de la beauté à compter du 1er mai. La récompense ultime pour ce fidèle de la maison qui a grimpé...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte